Encore des idées de trucs à faire.

Posted in mondologie with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 09/11/2014 by recher

Yè-how tout le monde.

Je viens de publier un long article sur le blog de Sam et Max. Il recense un tas d’idées que j’ai dans mon cerveau, et que je sais très bien que je n’aurais jamais le temps de réaliser.

C’est par ici : http://sametmax.com/des-idees-que-jaurais-jamais-le-temps-de-faire/

Comme le dit si bien le professeur Ploum, éminent blogologue : vos idées ne valent rien (https:// ploum.net/votre-idee-ne-vaut-rien/).

J’ai donc offert les miennes au monde. Faites-en ce que vous voulez.

Pour fêter ça, voici l’image d’une femme qui vient elle aussi d’avoir une idée.

"J'ai une idée, je pourrais m'amuser à représenter le fait d'avoir une idée en usant de la métaphore bien connue de la lampe apparaissant au-dessus de la tête !"

« J’ai une idée, je pourrais m’amuser à représenter le fait d’avoir une idée en usant de la métaphore bien connue de la lampe apparaissant au-dessus de la tête ! »

Et c’est pas fini !

Chez Sam et Max, j’ai mis les idées qui me semblaient de la meilleure qualité. Mais il m’en reste d’autres. Je vous les mets ici, peut-être que quelqu’un aura les capacités de les raffiner. Attention, c’est vraiment en vrac et décrit à l’arrache. Ça ressemble un peu à une orgie médiévale, avec montreurs d’ours et tout.

(insérer ici une photo d’époque d’une orgie médiévale).

CreepUSB

Logiciel qui copie silencieusement tout le contenu d’une clé USB dès que vous la branchez. Permet de récupérer les photos de cul de votre collègue, alors que lui, tout ce qu’il voulait faire, c’était vous donner la dernière version de sa présentation Power Point sur les prévisions commerciales consolidées.

Bon en fait ça existe déjà.

Par contre, ce qui n’existe pas, c’est un logiciel de prise de contrôle à distance (genre TeamViewer), qui transfère silencieusement tout le contenu du disque dur du contrôlé vers le contrôleur. Et là y’a moyen de récupérer un volume bien plus important d’images de cul.

Pee-car

Lorsque vous voyez une voiture mal garée, vous la prenez en photo et la mettez sur le site Pee-car. Si une même voiture est mentionnée plusieurs fois, (ce qui est facile à détecter, avec les plaques d’immatriculation), elle apparaît alors dans le « top boulet ». Les personnes les plus actives sur le site ont le droit légitime et moral de faire pipi dessus.

Lorsqu’une voiture est pipitée, son propriétaire peut prendre le résultat en photo et le mettre sur Pee-car. Ça officialise l’acte, et la voiture sort du top boulet. Le pipiteur, s’il est civique, peut fournir de lui-même cette photo salvatrice.

Bien sûr, si le propriétaire continue de mal se garer, la voiture remonte dans le top boulet.

Aucun problème de droit à l’image, puisqu’on prend en photo des voitures, et non des gens. Et le site ne fait pas de connexion entre les voitures et leur propriétaire.

KeyRipper

Keylogger physique. Un tout petit truc qu’on branche entre la prise clavier (PS/2 ou USB) et le fil du clavier. Il envoie ses logs si possible par le Wi-Fi. Sinon on le récupère et on le décharge tranquillement chez soi.

Indétectable par les anti-virus, puisqu’on n’installe rien sur l’ordinateur.

Bon en fait, ça existe déjà aussi.

Plop la bulle

Google enregistre toutes vos recherches, et adapte les résultats suivants en conséquence. Il s’agit du phénomène de la « bulle de filtre » (http:// fr.wikipedia.org/wiki/Bulle_de_filtres).

Le plug-in de navigateur web « Plop la bulle » effectue périodiquement des recherches aléatoires sur Google, et clique tout aussi aléatoirement sur les pages renvoyées. Les critères de recherche sont des mots de n’importe quelle langue, voire du texte complètement random. Il fait croire à Google que vous faites n’importe quoi, donc que vous êtes fou, donc que vous ne pouvez pas être enfermé dans une bulle.

Si beaucoup de personnes l’installe, les statistiques mondiales de Google seront plus ou moins faussées, ce qui peut être rigolo.

Ted is red

Traitement d’image qui rajoute des yeux rouges aux gens sur les photos. Juste parce que c’est rigolo.

Faisez-vos-jeux

Un moteur de jeux de société en réseau. On se connecte, on voit les potes connectés, on choisit un jeu, on joue.

Y’aurait des librairies et des fonctions de base pour gérer les éléments récurrents des jeux de société : lancé de dés, cartes, pion, plateau, …

Pas de serveur central. On fait comme dans les LAN : y’en a un « qui crée » et les autres se joignent. Tous les tirages aléatoires des jeux sont répartis entre les joueurs, afin de diminuer les possibilités de tricherie.

Bon c’est pas très original comme idée et si ça se trouve, ça existe plus ou moins déjà, mais c’est mes idées, tralalée.

Format de description de mouvement de mains et de doigts

Il indiquerait les angles de pliures de doigts, de poignets, etc. Il permettrait de décrire toutes les positions de mains possibles.

Ça servirait pour pleins de trucs : des robots réalisant un spectacle de marionnettes, des logiciels de reconnaissance visuelle comprenant le langage des signes, un truc à la Minority Report, une statue géante d’un doigt qui fait « fuck », …

Momo-démineur

Démineur en MMORPG collaboratif. Avec une aire de jeu géante, des bonus à récupérer, des PNJ, des quêtes, etc.

Histoire d’être dans le bon goût, le jeu proposerait de faire des dons pour des associations luttant contre les mines anti-personnelles.

Et aussi un jeu à la 4 Elements en MMORPG collaboratif. Avec une aire de jeu géante aussi.

Paint Craft

Jeu qui effectue des copies d’écran, les analyse, et fait progresser le joueur en fonction.

Exemple :
« un smurklogz à poil long vous attaque ! Vite ! Dessinez une cuisse de poulet pour l’amadouer ! »
Là, le joueur doit ouvrir Paint (ou un autre logiciel) et dessiner. Le jeu fait périodiquement des screenshots, dès qu’il détecte un truc ressemblant à une cuisse de poulet, il avance à l’étape suivante, dans laquelle il faudra dessiner autre chose.

Pas de sauvegarde dans le jeu en lui-même. Mais on peut sauvegarder des images et les ressortir au moment demandé.

Ou alors, un jeu où on doit explorer une planète, mais il faut la dessiner avant. Selon comment on la dessine (avec de la végétation, des cailloux, …), ça fera un environnement de jeu différent.

Captain Blood

C’était un jeu avec un système de conversation (http:// www. mobygames.com/game/captain-blood).

On dialoguait avec des PNJ en assemblant des suites de signes correspondant chacun à un mot. Par exemple : « Toi connaître coordonnées planète Croolis-Ulv ? ». Il y avait la souplesse et la complexité d’un langage, sans la prise de tête des règles de conjugaison, accords, orthographe, etc.

C’était une putain de bonne idée et il faudrait réutiliser le concept. Avec un langage plus élaboré. Configurable par des « expressions régulières de signes », ou quelque chose comme ça.

Instagramiser le monde

  • Player de son qui ajout des créchitements, et qui répète parfois les mêmes secondes d’un morceau, pour faire comme un disque rayé.
  • Player de vidéo qui ajoute de la neige ou des blarbouillages comme sur les vieilles cassettes VHS, et avec lequel on ne peut pas se déplacer directement dans la vidéo. Il faut faire avance rapide / rewind, comme une bande magnétique.
  • Visualiseur de fichier texte avec des pages qui se tournent. (Comment ça, ça existe déjà ?)
  • Visualiseur de carte (Google map ou autre) avec les images qui ne changent pas selon le niveau de zoom. Ça affiche toujours le niveau le plus précis possible, donc si on est très dézoomé, on voit un gros fouillis. Et il y aurait des fausses marques de pliure de carte. Et des petits trous là où deux pliures perpendiculaires se rejoignent. Et pour quitter l’application, on serait obligé de replier virtuellement la carte, et si on n’y arrive pas, l’appli plante et on ne peut plus la relancer.
  • Flux RSS de news affichant tout comme un journal papier. Et pour quitter l’appli, il faut replier le journal et ça plante si on n’y arrive pas.
  • Client de messagerie affichant les mails sous forme d’un tas d’enveloppe. Il faut les ouvrir pour voir le contenu. Si on ne range pas le bon mail dans la bonne enveloppe, tout est en bordel. Et il faut replier les feuilles de courrier sinon l’appli plante, etc.
  • Explorateur de fichier affichant le contenu du disque sous forme d’une gigantesque bibliothèque. Une étagère = un répertoire. Un livre = un fichier. Il y a un nombre limité de livre par étagère. Les informations du fichier sont écrites sur la tranche du livre. Si on range mal les livres, c’est le bordel. Ah, mince, attendez, c’est déjà le cas avec les explorateurs classiques.
  • Calculatrice toute pourrie avec une touche par chiffre, une mémoire d’un seul élément, et n’affichant pas l’historique des opérations effectuées. Comment ça, ça existe déjà ?

GeoTV

Une smartTV géolocalisée, qui écoute les sons alentours. Au bout d’un temps d’apprentissage, elle peut ajouter dans un film (dont les scènes sont également géolocalisées) des bruits d’oiseaux de la région concernée. Avec plusieurs télés mettant leurs connaissances en commun, on peut synthétiser un accent Ch’ti, un accent du sud, …

Évidemment, le vrai but de la GeoTV est d’écouter les conversations des gens et de les revendre à des fins publicitaires. Faut pas déconner non plus.

Tweet Panic

Vous êtes une personnalité influente (au hasard, Nadine Morano). Sans le faire exprès, vous balancez une connerie sur Twitter, ce qui provoque une « omerta » dans l’internet. La société Tweet Panic vous aide à vous sortir de ce mauvais pas.

Vous leur fournissez votre compte, elle se charge de balancer d’autres conneries, adaptée à votre personnalité, mais encore plus grosse que celle que vous avez dites. Il ne vous reste plus qu’à utiliser un autre moyen de communication pour annoncer publiquement que votre compte Twitter a été piraté, et que tout ce qui y est dit ne viens pas de vous, (y compris votre connerie initiale).

Au bout de quelques jours, Tweet Panic vous rend votre compte. Vous annoncez alors publiquement que vous avez pu le récupérer, vous vous excusez de cette erreur, vous la jouez humble en disant que c’est de votre faute, que vous utilisiez un mot de passe faible, vous remerciez le gouvernement, Twitter et plein d’autres gens sans qui vous n’auriez jamais pu vous sortir de ce mauvais pas. Et vous êtes fin prêt pour balancer d’autres conneries !

Sondage sur les indicateurs visuels

Pour indiquer une quantité de truc par rapport à une quantité globale (par exemple un pourcentage), on peut utiliser une barre horizontale, verticale, ou un camembert. Lequel des trois permet le plus facilement et le plus précisément de visualiser la quantité ? Faisons un gigantesque sondage mondial pour le savoir !

J’ai tenu à vous faire part de cette idée parce que j’ai jamais pu blairer les montres à aiguilles. On n’y comprend rien et on sait jamais vraiment ce que ça affiche. Pourtant, des connards me soutiennent mordicus qu’on se rend mieux compte de l’heure qu’il est par rapport à une montre à numéro. Je ne suis pas d’accord. Ça m’énerve. Ces conneries de montre à aiguilles ne sont qu’un héritage de l’époque où on n’avait pas encore inventé les écrans. Il serait temps de passer à autre chose. D’où : sondage.

Décentraliser des trucs

La religion, le système législatif, les notaires…

Sérieusement, les notaires, c’est des mecs qui prennent un gros tas de pognon juste pour faire l’arbitre lors de la vente d’une maison. Je reconnais que pour quelque chose d’aussi important, il faut faire valider la transaction par une tierce partie neutre. Mais est-ce qu’on ne pourrait pas avoir cette tierce partie sous forme d’un ensemble de gens qu’on payerait un petit peu chacun, plutôt qu’un seul gros truc monolithique qui prend tout le fric ?

Jeu vidéo de corrida

On pourrait jouer le taureau ou le toréador. Ça permettrait de réfléchir à ce sport, avec le point de vue des deux parties.

Il y aurait des personnages ayant des opinions inhabituelles :

  • Un taureau qui pense que c’est super cool les corridas, car c’est la chance de sa vie d’être reconnu et de laisser un souvenir pour les générations futures.
  • Un toréador retrouvé embringué dans cette histoire alors qu’il n’a jamais rien demandé (pression sociale, familiale, tout ça).
  • Francis Cabrel.

Le jeu ne prendrait pas partie au sujet de la tauromachie. Il se contenterait de présenter plusieurs points de vue différents. À la sortie du jeu, on pourrait voir les associations pro et anti s’étriper à son sujet. Et ce serait rigolo.

Universal bricks

Des briques de jeu de construction « multi-modales », permettant d’associer des briques de différents jeux entre elles. Comme ça on pourrait assembler des Legos avec des Duplos, des « Mega Bloks » avec des Legos, etc.

Smart Player

Un player de vidéo et de sons qui filtre la voix et floute le visage des artiste qu’on n’aime pas. Parce que j’en ai marre de tomber sur du Christophe Maé quand j’écoute la radio, parce que j’en ai marre de tomber sur du Guillaume Galienne quand je regarde une émission.

Des macros pour construire des .svg

J’ai utilisé Inkscape pour dessiner les pièces de monnaie de mon superbe jeu Kawax. Je partais de quelques formes simples, puis j’effectuais des opérations dessus (union, intersection, différence, …). Une fois la forme finale obtenue, je m’apercevais que j’aurais du élargir tel côté, ou décaler tel élément.

Et là il fallait tout recommencer. Reprendre mes formes simples de départ, les modifier comme je le souhaitais et refaire toutes les opérations. C’est chiant.

Donc ce qui serait super, ce serait d’avoir des macros, et un petit plug-in d’Inkscape qui les jouerait en live, pendant qu’on modifie les formes simples de départ. Comme ça on se rendrait tout de suite compte du rendu final. Comment ce serait cool !

Mange-correctement

J’ai jamais su manger. C’est une histoire un peu longue et pas très intéressante. Je vous passe les détails. Mais dès qu’un plat est un peu compliqué, je galère.

Quand vous allez au restaurant, la description des plats sur le menu vous renseigne à peu près sur ce que vous allez bouffer, mais nullement sur la façon dont vous êtes censé le bouffer. Il faut donc un site internet pour ça.

Sur ce site, vous indiquez, pour un plat donné dans un restaurant donné, les difficultés inhérentes à son mangeage :

  • sauce salissante, risque de giclures ;
  • trucs compliqués à découper (viande, os, …) ;
  • morceau de gras qu’on voit pas et qui sont pas bons ;
  • arêtes de poisson ;
  • baguettes chinoise ;
  • trucs bizarres à décortiquer : escargot, moule, crevettes, … ;
  • couverts spécifiques ;
  • double assiette (du coup c’est super compliqué de poser un couvert sur le bord de l’assiette parce que ça se casse la gueule) ;
  • trucs à prendre avec les doigts ;
  • obligation de faire des grosses bouchées (par exemple les sushis) ;
  • allergies spécifiques ;
  • risque de quinte de toux avec des poudres diverses (farine, sucre glace) ;

Le site n’indiquerait pas si c’est bon, si c’est copieux, si le service est rapide, etc. Il y a déjà des tonnes de site de gastronomie qui font ça très bien. La seule chose qu’on renseignerait, c’est : « est-ce que socialement, c’est délicat de manger ce plat dans ce restaurant ? ».

Ce sera tout pour aujourd’hui

À la prochaine !

Magazine 42 : archi-archivisme.

Posted in magazine 42 with tags , , , , , , , , , , on 04/10/2014 by recher

J’ai déjà utilisé (de manière douteuse) l’expression « le devoir de mémoire ». Je vais le refaire pour cet article.

Comme vous le savez, j’ai participé à cette grande aventure qu’était le webzine 42. J’ai gribouillé, paintisé, tapoté et insomniaqué pour cette œuvre continuelle, durant quelques années.

Micky Bells XL girls xlg_micky_super-stacked-secretary_1

Tard dans la nuit, penchée sur sa table de travail, l’artiste solitaire termine une illustration pour le magazine 42.

Jusqu’à pas-longtemps, le site officiel dudit bidule permettait de télécharger les opus existants. Il était ici : http://cur.lv/gc9 (http:// 42lemag.fr/).

Pour une raison que j’ignore, ce site n’est plus disponible. C’est possiblement dû à une volonté de Cerberus, notre rédacteur en chef, d’arrêter de payer un hébergement que personne d’autre ne payait pour lui. On ne le dira jamais assez : le bénévolat, ça coûte de l’argent (aux bénévoles).

Alors, j’ai activé mon super-pouvoir de devoir de mémoire. Par bonheur, les magazines étaient depuis le début conservés au chaud dans mon dixe dur. Je les ais tous copiés dans dropbosque. Ils sont disponibles ici : https://www.dropbox.com/sh/r7z7kon33ulefc0/AACQzg6irzhE6dgtE879Y76Ta?dl=0.

Comme d’habitude, j’ai créé une url raccourcie, avec de la pub dedans, parce que c’est pas parce que je suis bénévole que je dois pas gagner d’argent : http://cur.lv/dxq0e.

N’hésitez pas à faire circuler l’une ou l’autre de ces url. Plutôt l’autre que l’une, d’ailleurs. Bon enfin faites comme vous voulez.

archiviste-space-marine-en-armure-terminator

Ceci est un archiviste. Oui oui.

Et quoi d’autres ?

J’ai un collègue de boulot qui s’appelle Koupchou, il apprend une discipline bizarre, un mélange d’art martial et de cuisine, j’y ai rien compris, mais on s’en fout c’est pas le sujet. Koupchou est chargé, entre autres, des bidules techniques de l’Entreprise. Il m’a raconté un passage de sa vie :

− J’ai reçu la visite d’une entreprise vendeuse de bidules techniques. J’ai pu apprécier leur puissance commerciale. Ils sont venus avec une nana super canon et un type effeminé qui s’appelait Philou, au cas où j’aurais été gay.

− Mais ils auraient aussi dû venir avec un chippendale et une lesbienne, au cas où t’aurais été une femme.

− On s’était déjà contacté par téléphone, donc ils savaient que j’étais un mec.

− Tu crois qu’ils ont embauché des zoophiles, au cas où t’aurais été un chien ?

Ce qui est dommage, c’est qu’il n’a pas entendu ma dernière question, car il s’était mis à raconter sa vie à quelqu’un d’autre.

À part ça, la clim’ était en panne durant toute cette fin d’été, et j’ai trouvé ça sincèrement super parce que le concept de dépenser de l’énergie pour fabriquer du froid est vraiment stupide. Ça me fait choper des rhumes et des maux de gorge. Vive la non-climatisation !

Je vous laisse avec une pure image de WTF.

anna déguisement de gens à poils

Du berceau jusqu’à …

Posted in mondologie with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 15/09/2014 by recher

Cette histoire a été écrite dans le cadre de la Semaine Internationale (voire Intergalactique) du Revenu de Base Inconditionnel. Pour des infos un peu plus sérieuses à ce sujet, allez ici : http://revenudebase.info/

En 2042, après plusieurs épisodes douloureux de crise et de guerre, le Revenu de Base Inconditionnel fut instauré.

Progressivement, chaque État en créa sa propre version. Elles respectaient toutes l’esprit original de l’idée. On lui associait souvent le slogan « du berceau à la tombe », en hommage à l’une de ses anciennes supportrices.

L’humanité devint heureuse, les peuples vivaient dans la dignité et avaient confiance en l’avenir. Les États se portaient à merveille, car le versement de cette allocation était en pratique très simple à effectuer. Pas de conditions à respecter pour y avoir droit, donc pas de fraude possible, pas de contrôle à effectuer, très peu de papier à remplir, aucune lourdeur administrative.

gens_heureux

Sauf que des fraudes apparurent malgré tout.

Lorsqu’une personne âgée décédait, sa famille attendait parfois quelques jours avant de le déclarer, afin de laisser passer le mois suivant et de toucher un dernier montant. Cet argent était ensuite récupéré par la famille via l’héritage.

Petit à petit, la fraude s’organisa. Lorsque quelqu’un mourait, des entreprises de pompes funèbres peu scrupuleuses s’occupait de récupérer le corps et d’organiser une cérémonie la plus discrète possible. Les allocations continuaient d’être versées. Si la famille avait accès aux comptes en banque du défunt, elle s’en servait de temps en temps pour des achats du quotidien, afin de simuler l’activité d’une personne vivante. Le décès pouvait être officiellement déclaré des mois, voire des années plus tard.

Les États finirent par se rendre compte de l’astuce, et réfléchirent à une contre-mesure. Puisque les fraudes se jouaient sur la condition à remplir pour avoir droit au Revenu de Base, à savoir : être vivant, c’est cette condition qu’il fallait contrôler.

Les États imposèrent aux gens de se rendre chaque année dans un « centre de contrôle de présence ». Les formalités étaient réduites au plus simple, tout en interdisant à une personne de se faire passer pour une autre : une signature et quelques mesures biométriques. Passé un certain âge, les contrôles devenaient un peu plus fréquents : tous les 6 mois, puis tous les 2 mois. Des aménagements étaient prévus pour les personnes ayant des difficultés à se déplacer. Un agent assermenté pouvait venir à domicile et constater la « présence » de la personne.

Ces contrôles avaient un coût, et les États durent légèrement augmenter leurs impôts, mais cela ne porta pas préjudice aux peuples, qui continuaient de vivre dans la joie, le bonheur et la confiance en l’avenir.

Les mesures biométriques étaient plus simples que ça

Avec des mesures biométriques plus simples que ça.

* * *

Pendant ce temps, au plus profond de la Forêt-Noire, dans les caves de son sombre manoir, le docteur Otto Von Gestörlebendig finalisait les dernières étapes de son expérience. Il prit une gigantesque seringue étiquetée « produit Ẍ » et en injecta le contenu dans un corps allongé sur une table d’opération.

De son regard torve, il examina un électrocardiogramme. Son rire malsain résonna alors dans toutes les pièces du manoir : « Il semble vivant !! IL SEMBLE VIVANT !! HA HA HA HA HA !! »

gene-wilder-young-frankenstein

* * *

Monsieur Duprol, sa femme et ses 6 enfants sortirent de la maison de retraite. Ils arboraient la mine triste exigée par les conventions sociales dans ce genre de circonstances.

« De toutes façons, ce n’est pas très difficile de prendre l’air triste, se dit Monsieur Duprol. Quand je pense que lorsque ce vieux débris cassera définitivement sa pipe, on devra dire adieu à son allocation. 15 néo-brouzoufs par mois qui partent en fumée. C’était pas rien tout de même ».

Alors qu’ils passaient la grille, un petit homme malingre aux cheveux gras et mal peignés vint s’adresser à lui.

— Vous me semblez devoir assister à une fin de vie difficile.

— Qui êtes-vous ?

— Aucune importance. Je peux vous aider. Non pas pour prolonger la vie de votre parent, mais pour donner l’illusion d’une prolongation. Une illusion suffisante, pour… vous savez… les contrôles de présence.

— Monsieur, je ne vous permets pas ! Ma mère est sur le point de mourir, c’est une question de semaines. Et vous osez me parler d’argent ! Filez d’ici, espèce de charognard !

— Charognard, dites-vous ? C’est amusant, car je me définirais justement comme le contraire : une sorte d’agent conservateur. Mais je ne vous dérange pas plus longtemps. J’ai laissé quelques cartes de visite à l’accueil, vous n’aurez qu’à en prendre une la prochaine fois que vous rendrez visite à votre mère.

Quelques jours plus tard, Monsieur Duprol se leva plus tôt que d’habitude. Il vérifia que sa femme et ses enfants dormaient toujours, puis il composa un numéro de téléphone.

— Monsieur « l’agent conservateur ». J’appelle de la part d’un ami dans le besoin. J’aurais voulu savoir comment fonctionne votre méthode de prolongation.

— J’ai mis au point une sorte de médicament. Lorsque vous l’injectez à un défunt, le cœur se remet à battre et le cerveau reprend une activité électrique. N’importe quel médecin établira que la personne est dans le coma, mais bel et bien vivante. Mon médicament est indétectable, il se dissout dans le corps au bout de quelques minutes. Mais l’activité de vie fictive dure 24 heures.

— Est-ce qu’il y a des effets secondaires ?

— Je me permets de rappeler que le produit est à injecter dans un cadavre. Quels effets secondaires peut-on craindre sur la santé d’un mort ?

— Certes, vu sous cet angle… Et ça fonctionne jusqu’à combien de mois ?

— En plus de simuler la vie, mon produit ralentit la décomposition du corps. Si vous faites des injections régulières, vous pourrez le faire tenir plus d’une année.

— Ça me semble intéressant. Je vais en acheter pour mon ami dans le besoin qui tient à rester discret.

— Bien sûr, je comprends. Nous livrons à domicile. Vous pouvez aussi venir chercher le produit directement à notre laboratoire, en Forêt-Noire.

2000-15-29-1-2079

* * *

Les États s’aperçurent bien vite d’un changement dans les centres de contrôle de présence. De plus en plus de personnes venaient accompagnées de quelqu’un en fauteuil roulant. Ces personnes expliquaient d’un air éploré qu’il s’agissait d’un parent proche, n’ayant plus les capacités pour se prendre en charge lui-même. Au passage, ils louaient le Revenu de Base, expliquant que sans cela, il leur aurait été très compliqué de s’occuper de lui.

Lorsque le fonctionnaire du centre de contrôle demandait pourquoi ce pauvre grabataire dégageait une odeur pestilentielle, la personne accompagnante répondait qu’il n’était plus capable de se laver, que c’était vraiment terrible, puis elle éclatait en sanglots.

La nouvelle de l’existence du produit Ẍ parvint aux oreilles des États. Malheureusement, ceux-ci ne savaient comment réagir. Impossible, en effet, de faire la différence entre un honnête grabataire et un « mort prolongé ». On réalisa des tests, des recherches, on tenta de découvrir la formule du produit Ẍ. Rien n’y fit, il était bel et bien indétectable.

Mais, de manière surprenante, cette fraude généralisée ne mis à mal ni l’économie, ni la souveraineté des États. Car il s’agissait d’une fraude limitée, réalisable par tout le monde. Elle n’augmentait donc pas les inégalités entre individus. Les États diminuèrent simplement le montant des allocations, au prorata du maximum fraudable.

Les économistes nommèrent ce phénomène : « malhonnêteté de groupe ». Pour l’expliquer, ils utilisaient l’exemple du restaurant universitaire.

Soit un restaurant universitaire vendant des repas à un prix de départ raisonnable. Les étudiants qui s’y rendent volent des couverts et des assiettes pour leur utilisation personnelle. Le restaurant décide en conséquence d’augmenter les prix. Voyant cela, les étudiants n’ayant encore rien volé souhaitent en avoir pour leur argent, et volent à leur tour. Mais ceux qui ont déjà volé ne recommencent pas, car il n’y aurait aucun intérêt à stocker des dizaines de couverts chez soi. Les prix augmentent à nouveau. Le point d’équilibre est atteint lorsque tous volent dans le restaurant. Si vous ne volez pas, vous n’en avez pas pour votre argent. Vous êtes forcé d’être malhonnête. Mais comme vous n’êtes pas plus malhonnête que les autres (soit parce que c’est techniquement impossible, soit parce que ça n’aurait aucun intérêt), l’équilibre est conservé.

La malhonnêteté de groupe a pour effet d’avantager un acteur économique, qui a contribué, ou pas, à l’apparition du comportement malhonnête. Dans l’exemple, c’est le fournisseur de couverts du restaurant qui est avantagé, au détriment des autres fournisseurs.

Il arrivait parfois que des étudiants volent plusieurs assiettes.

Il arrive parfois que des étudiants volent plusieurs assiettes, mais c’est rare.

* * *

Sur la plus haute terrasse de son manoir entièrement rénové, allongé dans une chaise longue, à côté d’une piscine grande comme un terrain de football, le docteur Otto Von Gestörlebendig savourait sa victoire.

L’entreprise qu’il avait monté affichait des bénéfices records. Ses usines de produit Ẍ, implantées dans le monde entier, tournaient à plein régime. Officiellement, il s’agissait d’un médicament contre les maux de têtes. Dans certains pays, il avait même réussi à le rendre remboursable par les assurances maladie. C’était très amusant de voir un produit permettant de frauder un État être remboursé par l’État lui-même.

Il continuait parfois de travailler dans son laboratoire, juste pour le plaisir. C’est ainsi qu’il découvrit une méthode pour détecter le produit Ẍ dans le corps d’un cadavre. Mais celle-ci ne pouvait être trouvée qu’en connaissant la formule chimique complète. C’est pourquoi, il garda cette information secrète. Aucune autre personne au monde ne savait exactement comment le fabriquer. Dans ses usines, le mélange des composants était réalisé par des robots doseurs qu’il avait programmé lui-même. Il installait personnellement chacun de ces robots.

Afin d’être sûr que personne ne trouverait la méthode de détection, il brûla les résultats de ses recherches, et s’interdit de travailler à nouveau dessus. Il avait de toutes façons de quoi s’occuper, entre les cocktails mondains, les parties de golf et les soirées mousses organisées dans des monuments historiques privatisés.

Ça se voit pas, mais là on est tout en haut de l'arc de triomphe.

Ça se voit pas, mais là on est tout en haut de l’arc de triomphe.

* * *

C’était une matinée ordinaire au centre de contrôle de présence de Freudenstadt. La file d’attente s’allongeait un peu, du fait de la quelque dizaine de personnes en fauteuil roulant qui attendaient patiemment leur tour.

Otto Von Gestörlebendig passa les portes d’un air nonchalant. Il était devenu l’un des hommes les plus riches de la planète, mais il continuait de percevoir son Revenu de Base comme tout un chacun. Afin de se donner bonne conscience et de parfaire son image médiatique, il reversait l’intégralité de ce revenu à la Fondation des Seniors Sans Famille. Il déclarait souvent que cette contrainte de devoir se rendre personnellement dans un centre ne le dérangeait absolument pas. Au contraire, cela lui permettait de « garder un contact avec les petites gens », « de ne pas perdre pied », « de conserver un lien avec la réalité », etc.

Au passage, il aperçut Monsieur Duprol, qui était maintenant dans un fauteuil poussé par son fils. « Le cycle normal de la plus-ou-moins-vie », se dit-il. Il lui sourit.

Alors, des dizaines de jambes, restées immobiles durant des mois, s’animèrent. Les grabataires se levèrent lentement, et se dirigèrent, les bras en avant et d’un pas mal assuré, vers le docteur. Des voix caverneuses sortirent de leur bouche édentée : « Papaaaaaaa, papaaaaaa ».

Otto tenta de s’enfuir. Mais plusieurs fauteuils bloquaient la porte de sortie. Il hurla, se débattit, appela au secours. Les autres personnes dans le centre assistaient à la scène, médusées. Lorsqu’ils parvinrent à réagir et à maîtriser le groupe d’enragés, c’était trop tard. Le docteur Otto Von Gestörlebendig avait été mis en pièce et dévoré.

« En voilà au moins un dont on est maintenant sûr qu’il est mort », ne put s’empêcher de penser le fonctionnaire derrière le guichet.

480px-Dead_rising_wheelchair_as_weapon

* Épilogue *

Otto n’ayant aucune famille, la question de l’héritage fut difficile. Après plusieurs batailles juridiques, les États parvinrent à mettre la main sur une partie de son patrimoine. C’est ainsi qu’ils eurent accès à une usine, et à des robots doseurs du produit Ẍ.

Les ingénieurs les plus talentueux et les savants les plus éminents se mirent alors au travail. Ils découvrirent bien vite la formule chimique du produit Ẍ, ainsi que sa méthode de détection. Et après des recherches plus approfondies, ils tombèrent sur une autre information importante: il existait un effet secondaire, qui pouvait se déclencher à tout moment. Ils le nommèrent : « bug de réanimation imprévue ». Ils ignoraient s’il existait un antidote. Mais de toutes façons, il était un peu tard pour le chercher. Dans tous les cimetières du monde, des tombes commencèrent à s’ouvrir…

zombie_hands

Il me faut une image avec des boobs, car j'en ai au moins une par article.

Kawax : mon appel à devenir un martyr de Candy Crush.

Posted in mes jeux vidéos à moi with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 20/08/2014 by recher

Historique

Il y a quelques années, après avoir terminé Blarg, je m’étais lancé dans la réalisation de Kawax. Un jeu vidéo, non pas de type match-3, mais de type « match sum(x) ».

Puis j’ai abandonné son développement pour un faisceau de raisons : le fameux « quotidien » dont on nous rebat les oreilles, le fait de m’être fait jeté comme un malpropre de ma mission d’ouvrier-codeur, le fait d’avoir jeté comme une malpropre la boîte à viande d’informaticien qui m’employait à cette époque, le code du jeu qui commençait à devenir un peu bordélique, etc.

Disgression : je continue de penser que dans l’ensemble, je code pas trop comme une porcasse, mais parallèlement, j’apprends d’autres techniques, ce qui me permet de me rendre compte que ce que j’ai fait dans le passé n’est pas toujours génial.

Ce n’est pas le premier projet que j’abandonne, et sûrement pas le dernier. Mon disque dur est rempli de petits avortons que j’ai désiré, rêvé, chéri et élevé pendant un certain temps, pour ensuite les laisser se refroidir et se figer tel des petits enfants trisomiques malformés qui auraient atterris chez les Courjault.

Bbabord

Seulement voilà, Kawax, j’y avais passé un certain temps (6 ou 7 mois), et le principe du jeu est relativement original. Ça m’embêtait de voir tout ce Travail non rentabilisé et ne me procurant pas la récompense de flattage d’ego que j’espérais au départ.

Juste pour voir, j’ai ressorti ce petit avorton de création de son congélateur. Il était bien mal en point. Si je l’avais lâché en l’état dans la nature difficile et impitoyable des œuvres vidéoludiques indépendantes, il n’aurait pas tenu 10 secondes, et aurait probablement fini asphyxié entre deux poubelles suite à une insuffisance pulmonaire, des vautours lui dévorant joyeusement les joues et les cuisses.

Alors je l’ai repris en main, je lui ai consacré un peu de mon temps et de mon amour, j’ai vissé des petites roulettes à la place de ses pieds atrophiés, et j’ai scotché quelques bouts de métal pointus à ses gencives. Ainsi, il pourra ramper avec ces substituts de dents, se défendre contre les vautours et espérer rester vivant plus d’une minute dans le monde extérieur.

Photo de la boîte de jeu, même si c'est un objet qu'existe pas.

Photo de la boîte de jeu, même si elle n’existe pas.

Récupérer le jeu

Je l’ai enregistré sur le site IndieDb. Vous pouvez télécharger l’exécutable Windows ici : http://www.indiedb.com/games/kawax/downloads/kawax-v01-for-pc

Et l’exécutable Mac OSX ici : http://www.indiedb.com/games/kawax/downloads/kawax-v01-for-mac

L’installation est assez simple : télécharger, décompresser le fichier, double-cliquer sur l’exécutable.

Lorsque le menu principal du jeu s’ouvre, appuyez sur la touche « 1 » pour démarrer le tutoriel.

Screenshot du tutoriel. C'est beau hein ?

Screenshot du tutoriel. C’est beau n’est-ce pas ?

Il n’est pas possible de revenir au menu principal après qu’une partie soit commencée. Pour tester un autre mode, il faut arrêter et relancer le jeu. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.

J’ai mis tout le code source, les ressources graphiques, les sons, etc. sur mon github : https://github.com/darkrecher/Kawax

Le repository comporte une grosse doc de conception, décrivant comment j’ai structuré le code. Car même s’il est un peu bordélique, au moins, tout est décrit.

Je vous ai également fait cadeau d’un brouillon, regroupant les idées que je voulais mettre dans le jeu. J’avais imaginé une bonne quantité de variantes, d’objets, de super-pouvoirs, … N’hésitez pas à vous servir.

screenshot_indiedb_02

Ce que vous pourriez faire pour être gentils

Comme vous le savez, je suis constamment en recherche de flattage d’ego, voire de dons en brouzoufs. Je serais donc très heureux que vous fassiez une ou plusieurs des gentilles actions suivantes :

  • De base : télécharger et essayer le jeu.
  • Mettre une étoile sur mon repository github
  • Donner une note au jeu sur IndieDb. Même une pourrie, ce sera déjà ça. Pour l’instant, il n’y a aucune note.
  • Flattrer :

Bouton Flattr pour mon jeu Kawax

  • Me filer des bitcoins, ou une autre crypto-monnaie :
    • Bitcoin (BTC) : 12wF4PWLeVAoaU1ozD1cnQprSiKr6dYW1G
    • Litecoin (LTC) : LQfceQahHPwXS9ByKF8NtdT4TJeQoDWTaF
    • Dogecoin (Ð) : DKQUVP7on5K6stnLffKp3mHJor3nzYTLnS
    • Next (NXT) : 12693681966999686910

 

Cette dame boit du café, donc elle joue à Kawax.

Cette dame boit du café, donc elle joue à Kawax.

Et le rapport avec Candy Crush ?

Vous avez inévitablement entendu parler du jeu vidéo « Candy Crush Saga ». Ce que vous savez peut-être moins, c’est que King, la société éditrice de ce jeu, passe régulièrement pour une salope géante du patent trolling. Ses dirigeants sont suffisamment blindés contre l’auto-dérision et la prise de recul pour être capables de jouer sur les deux tableaux de la lame à double-tranchant du patent trolling :

C’est d’autant plus amusant qu’ils abandonnent systématiquement leurs charges après force procès endiablés, qui doivent certainement coûter plusieurs myions de brouzoufs comme tout procès endiablé qui se respecte.

Le monde n’a pu s’empêcher de réagir à ces abracadabrantesques pantalonnades, avec, par exemple, le site CandyJam (http:// itch.io/jam/candyjam).

Le King aime l'argent

Le King aime l’argent

C’est là où je me dis que se faire attaquer par King est une chance incroyable. Ça vous coûte au final pas grand-chose, puisqu’ils abandonnent à la fin, et vous passez pour le gentil menacé injustement par le grand méchant (David et Goliath, tout ça). Bref, devenir un martyr de Candy Crush et de la société King, c’est un énorme coup de pub.

Kawax s’apparente à un jeu de match-3, comme Candy Crush. Mais l’idée maîtresse de mon jeu, le fameux « match sum(x) », me semble assez originale. À ma connaissance, aucun autre jeu ne l’a exploitée. Je suis donc le candidat idéal pour me faire plagier par King.

Mon jeu est placé sous deux licences différentes, au choix : Licence Art Libre ou Creative-Commons-By. Le plus simple, pour reprendre mes idées, est d’utiliser la CC-BY. Il faut donc me citer, ce que King ne daignera bien évidemment pas faire. C’est là où, une fois de plus, la rocambolesque bataille d’avocats aura lieu, et je deviendrais célèbre tout en ayant une image de gentil.

Donc, annonce publique bien forte pour que tout le monde entende :

Vas-y King, viens plagier mon jeu. J’ai besoin de ton martyrisage.

En contrepartie, King, je suis prêt à racheter quelques-unes de tes actions pour t’aider à te remettre à flots en Bourse. Par contre je paye qu’en crypto-monnaie. Désolé c’est tout ce que j’ai.

Lisa Canon. Secrétaire sexy BBW.

Cette femme est une working girl, donc elle joue à Kawax.

Absolument rien à voir, mais à signaler quand même.

« KAWAX ?

Tu peux nous rappeler la définition de Kawax, Liliane ?

Oui t’as de très belles lettres dans ton mot mais la deuxième condition du scrabble c’est que ça veut dire quelque chose. »

Pierre Palmade

Merci à Josmiley de chez pygame, pour son commentaire qui, il faut le reconnaître, est plutôt pertinent. (http:// pygame.org/project/2916/#comment-1549266824)

Zut, maintenant Pierre Palmade va vouloir m’attaquer en justice pour usurpation de marque. Devenir un martyr de Pierre Palmade, c’est bankable ou pas ?

Changeons les règles du foot pour mieux répartir les richesses

Posted in ha ha ha !! with tags , , , , , , , , , , , on 16/07/2014 by recher

Lorsque les gens parlent de foot, la conversation s’échoue très souvent sur les salaires des footballeurs professionnels.

Lorsque la conversation s’échoue sur les salaires des footballeurs professionnels, des raz-de-marée de protestation se fracassent contre l’indécence des sommes mises en jeu. Ça marche avec tous types de population : fans de foot, détesteurs du foot, jean-footiste, bourgeois, beaufs, français, étrangers, majorettes, mascottes, … Le sentiment de révolte apparaît systématiquement.

article-0-15B302D8000005DC-719_634x344

Je m’indigne comme les autres, mais j’essaye aussi de trouver des actions concrètes à réaliser. Comment faire pour inciter, voire obliger les ultra-riches du football à redistribuer leur argent ? Je ne sais pas. La même question se pose également pour les ultra-riches d’autres domaines. Là non plus je n’ai pas de réponse miracle.

Je propose donc une solution partielle : on change les règles du foot, au lieu de jouer à 11, ils joueraient à 14.

Impact prévu sur le jeu en lui-même

Il devrait être assez restreint. Le terrain de football est suffisamment grand, et peut bien accueillir quelques joueurs en plus.

J’ai décidé d’en ajouter 3 afin de simplifier les modifications à apporter aux stratégies existantes. En effet, le schéma général de chaque stratégie consiste à répartir les joueurs dans 3 groupes : attaquants, milieux, défenseurs. Voir wikipédia (http:// fr. wikipedia.org/wiki/Dispositifs_tactiques_en_football).

Les répartitions modifiées se borneraient à mettre un joueur de plus à chaque groupe. Le 4-3-3 devient 5-4-4, Le 4-4-2 devient 5-5-3, etc.

D’autre part, il est possible que le jeu en devienne plus intéressant. Plus de joueurs = plus de possibilités de faire des passes = plus d’options possibles, plus d’actions inattendues. Bref, on se ferait peut-être moins chier en regardant un match (http:// www. bouletcorp.com/blog/2009/06/02/on-est-les-champions/).

the_french_plan

Impact prévu sur la société

C’est tout bête, c’est des maths. La quantité totale d’argent destinée aux footballeurs professionnels restera la même, c’est à dire : très grande. Au lieu de générer 11 ultra-riches, une équipe générera 14 (un-peu-moins-ultra)-riches. À ce niveau de salaire, la diminution sera négligeable. On peut donc considérer que (un-peu-moins-ultra)-riche est égal à ultra-riche.

Ça semble faible, mais n’oublions pas les joueurs remplaçants. Rien qu’avec les équipes nationales, on transformerait, pour chaque pays s’intéressant un minimum au foot, 6 personnes ordinaires en ultra-riches !

Si on considère la Ligue 1 (20 clubs), chez qui les salaires pharaoniques sont également de rigueur, on gagnerait 120 ultra-riches en France. La durée de carrière d’un joueur de Ligue 1 est d’environ 10 ans (chiffre que je sors de mon cul et d’extrapolations faites à l’arrache à partir de statistiques wikipédia). Mon changement de règle générerait donc 120 nouveaux ultra-riches français tous les 10 ans, soit 12 par an. À titre de comparaison, le loto en génère environ 50 par an. Ma proposition est donc assez intéressante.

Là, c’est du football américain. C’est bien aussi.

Mais les ultra-riches, c’est le mal !

On est d’accord sur le fait qu’il serait mieux de transformer le plus possible d’ultra-pauvres en gens de classe moyenne, plutôt que de transformer quelques gens de classe moyenne en ultra-riche. La solution pour cette meilleure répartition est connue, j’en ai parlé en long en large et en profondeur, il s’agit du Revenu de Base Inconditionnel (http:// revenudebase.info/comprendre-le-revenu-de-base/).

Malheureusement, cette solution semble prendre du temps à se mettre en place. Alors en attendant, faisons des actions, certes moins efficace, mais plus facile à appliquer : un changement des règles du football.

D’autre part, il arrive parfois qu’un ultra-riche décide d’être généreux, et de distribuer une partie de sa fortune à des associations caritatives ou autre. C’est très rare, mais c’est à prendre en compte. On peut voir cet événement comme une sorte de loto inversé, dont le bénéficiaire serait l’ensemble de la société. Sous réserve d’un gros coup de bol, on gagne au loto inversé, et on obtient une redistribution d’une grosse masse d’argent, ce qui apporte aide et réconfort à la société.

Je ne dis pas que tout les humains devraient toujours avoir la même quantité d’argent. Je dis que vu le taux actuel d’inégalités, quelques petits coups de loto inversé ne feraient pas de mal.

Tout ça pour dire qu’on peut maintenant énoncer la conclusion suivante :

Jouer au foot avec des équipes de 14 plutôt que de 11 permet d’augmenter le nombre d’ultra-riches, ce qui augmente les chances de gagner au loto inversé.

Les probabilités de gagner au vrai loto sont infimes, pourtant énormément de personnes y jouent. Partant de là, je ne vois pas pourquoi la société ne tenterait pas de placer ses espoirs dans le loto inversé.

Vous êtes plus qu'un simple numéro. Vous êtes un numéro gagnant, ou perdant.

Vous êtes plus qu’un simple numéro. Vous êtes un numéro gagnant ou perdant.

Raffarin pète-burne Memorial Day #6

Posted in Raffarin Pète-Burne Memorial Day with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 09/06/2014 by recher

La tradition sur ce blog est de perpétrer une célébration du lundi de Pentecôte, en tant que jour-qui-était-ferié-et-qui-l-est-toujours-mais-qu-on-se-fait-malgré-tout-enculer-d-un-jour-de-congés. Les célébrations des années précédentes sont rangées dans la catégorie idoine.

Pour ceux qui auraient été privés de leur histoire, je rappelle que cet assassinat du temps libre des Français nous a été offert par Jean-Pierre Raffarin. C’est ce mec là :

J'emberlificote le fil de mon microoooooo !!

Chui un rebel, j’emberlificote le fil de mon microoooooo !!

J’ai déjà déblatéré sur ce monsieur. Il mériterait qu’on lui déblatère dessus à l’infini, mais ce n’est pas ce que j’ai envie de faire aujourd’hui.

Rappelez-vous, l’année dernière, je vous avais présenté l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) pour le Revenu de Base Inconditionnel. J’en avais également parlé dans le blog de Sam & Max (http:// sametmax.com/comment-le-revenu-de-base-inconditionnel-pourrait-maximiser-le-bonheur/).

C’est maintenant l’occasion de faire un point sur le résultat de cette ICE. Comme on pouvait s’y attendre, elle n’aboutira pas, puisque seulement 285 042 signatures ont été récoltées dans toute l’Europe, sur les un million requis. Zut alors (http:// revenudebase.info/2014/01/15/fin-initiative-europeenne-mouvement/).

Lance Armstrong, après s’être vautré sur la Lune avec son vélo dopé à l’assistance électrique, nous avait gratifié de sa fameuse citation : « c’est un faux-pas pour moi, mais faut pas se formaliser pour l’humanité ». Je propose un détournement de cette phrase, pour vous annoncer : « c’est un échec pour l’ICE, mais pas pour l’idée du Revenu de Base en elle-même ».

Le fait d’avoir eu une action concrète à mener (obtenir le plus de signatures possible) a encouragé de nombreuses personnes, dont moi, à faire circuler l’idée. Celle-ci avance dans l’esprit des gens, et se répand dans le monde en sautant joyeusement de cerveau en cerveau. Sans me vanter, je peux revendiquer la paternité directe ou indirecte d’au moins 4 signatures parmi les 285 042.

La barre de progress des signatures a freezé.

La barre de progress de l’ICE a freezé.

Je suis persuadé que le Revenu de Base est un mode d’organisation sociale qui optimiserait le bonheur et la productivité des humains. J’entends par là : productivité au sens large, aussi bien concernant les choses utiles (échanges, éducation, écologie, …) que les futiles (casquettes à grosse tête). À noter que je reconnait sans aucune réticence que les casquettes à grosse tête ont également leur place dans ce monde.

Ce dont je suis moins persuadé, c’est si l’idée du Revenu de Base est suffisamment simple et limpide pour que la plupart des gens finissent par accepter que ce serait bénéfique. Le meilleur moyen de s’en assurer est d’en parler autour de soi, aux gens qu’on connait / qu’on connait pas. Ce que j’ai tenté de faire.

Je m’en vais donc vous présenter ici mes expériences personnelles de « faiseur de ciruler les idées ». Autant vous prévenir, les résultats ont variés et il est grandement possible de se débrouiller mieux que moi. Mais on fait avec ce qu’on a. Or sur ce blog, on a moi et pas grand monde d’autre.

Comment amener le sujet du Revenu de Base ?

Si vous êtes assez bon en blablatage, vous devriez être capable de le faire émerger au détour d’une conversation classique. Vous avez certainement remarqué que les gens se lamentent souvent, levant de grands yeux mouillés de basset sur la misère de l’univers, tout en ânonnant « qu’il n’y a plus de travail », « qu’il n’y a plus d’argent nul part », « que c’est la crise », et autre lieux-communs à l’emporte-pièce. C’est l’occasion pour vous de proposer une solution à ces problèmes, et d’embringuer sur le Revenu de Base.

N’étant pas un grand expert en relations sociales, je ne parviens pas à saisir toutes les occasions qui se présentent. Mais j’ai une autre technique. Celle-ci n’est pas utilisable par tout le monde, vous devez être muni d’un conjoint ou d’une conjointe (avec ou sans nichons).

 Moi c'est avec.

Moi c’est avec.

Première étape : parlez du Revenu de Base à votre conjoint(e). Décrivez-lui en détail les raisons pour lesquelles vous pensez que ça fonctionnerait. Si vous n’êtes pas assez convaincant, ce n’est pas grave du tout. L’important est qu’il/elle réalise à quelle point cette idée est importante pour vous. Surtout n’hésitez pas à être bien lourd, et à ramener régulièrement le sujet sur le tapis.

Seconde étape : allez à un machin social quelconque, accompagné de votre conjoint(e). Déroulez des conversations comme normalement. Si le machin social est agrémenté de drogues douces (alcool, marijuana, …), n’hésitez pas à en consommer, ça ne peut qu’aider. À un moment, quelqu’un va inévitablement sortir l’un des lieux-communs emporte-piecé sus-mentionné. Là, votre conjoint(e) devrait dire : « argh, il va encore nous bassiner avec le Revenu de Base, fuyez ! »

Si personne ne fuit, vous avez le champ libre et vous pouvez prendre la parole.

Comment présenter des arguments convaincants ?

avatars-000033141855-i6bdbj-t500x500 wololo age of empire

Comme très peu de gens connaissent le Revenu de Base, vous êtes de toutes façons obligé de le décrire en quelques phrases. Là, personnellement, je ne me prends pas la tête. Je ressors le même blabla à chaque fois. Ça ressemble à quelque chose de ce genre :

Le Revenu de Base consiste à donner la même somme d’argent, tous les mois, à toutes les personnes d’un pays ou d’une région. Il continue d’être perçu même lorsqu’on commence à travailler, quel que soit le salaire et le contrat de travail. La somme donnée est calculée au plus juste, mais permet de vivre « dignement », c’est à dire : pouvoir s’acheter de quoi bouffer, de quoi se loger et éventuellement quelques biens culturels de base.

Ensuite, il vous reste encore un peu de temps de parole pour adapter les arguments à votre auditoire. Là, pas de recette miracle, mais j’ai quelques exemples qui ont à peu près fonctionné.

Si vous parlez à des retraités pas trop vieux :

Le Revenu de Base n’est pas une incitation à la paresse. La plupart des gens ne se mettent pas à glander même si on leur en donne la possibilité matérielle. Par exemple, toi, ami retraité, l’État te paye, et pourtant, tu continues de t’occuper de ton jardin / de garder tes petits-enfants / de bricoler / de faire des gâteaux / de coudre des bonnets / de prendre des cours d’informatique.

super_heroes_4_0001

Si vous parlez à des personnes divorcées :

Le Revenu de Base est versé à une personne, et pas à un foyer. Il est mis sur un compte en banque au choix, que l’on peut changer à tout moment. Parfois, certains couples ne se sentent plus bien ensemble. Dans notre système actuel, si l’une des personnes veut partir, elle ne le peut pas toujours, à cause de la maison, du revenu assuré par le travail de l’autre, etc. Avec le Revenu de Base, on peut « s’enfuir du couple » tout en gardant un minimum vital.

Si vous parlez à de jeunes parents salariés :

Élever un enfant, c’est pas juste une aventure formidable. C’est aussi du putain de travail. Le Revenu de Base des enfants peut être directement alloué aux parents, ce qui est une forme de reconnaissance du travail d’éducation. Le montant du Revenu de Base est moins élevé pour les enfants de moins de 18 ans, mais la reconnaissance est là malgré tout.

Si vous parlez à des gens qui pensent que si on n’est pas forcés à travailler, la plupart ne vont plus rien glander et « toute l’économie sera par terre » :

L’économie est déjà plus ou moins par terre. De plus, les gens ne sont déjà pas forcés de travailler, avec le RSA, l’allocation chômage et tout un tas d’autres aides conditionnelles. Y’a juste que ce serait plus simple de donner la même chose à tout le monde plutôt que d’enquêter sur la vie de chacun afin de déterminer qui mérite les aides que l’État daigne octroyer.

Si vous parlez à un lapin :

Skouik skouik ! Cronch Cronch. Zig-zig la lapine ! Zig-zig la lapine ! Zig-zig-zig-zig-zig !

Mon auditoire est-il souvent conquis ?

Honnêtement, non.

C'est pas du gâteau. Est-ce du nichon ?

C’est pas du gâteau. Est-ce du nichon ?

Les gens me laissent présenter mon idée et m’écoutent. Mais très souvent, ils ont des contre-arguments auxquels je ne sais pas répondre. Ou si je sais y répondre, c’est trop tard, ou pas de la bonne manière. Je fini par m’embrouiller dans mes explications et mes contre-contre-argumentations, et très souvent je me fais rembarrer. Mais ce n’est pas si grave.

Est-ce que ça vous est déjà arrivé d’avoir un avis sur quelque chose, puis quelqu’un arrive, vous explique pourquoi votre avis est mauvais, et alors vous avez répondu « Mince, c’est vrai, je me suis trompé. Tu as raison » ? Ça ne vous est jamais arrivé ? C’est normal. Personne ne fait ça. Personne n’avoue immédiatement qu’il avait tort, quel que soit le sujet. Le professeur Ploum, éminent blogologue, en parle dans cet article (http:// ploum.net/le-cout-de-la-conviction/).

Et donc, la plupart de vos tentatives de faire accepter l’idée du Revenu de Base sont vouées à au moins un premier échec. Il semblerait que ce soit valable pour beaucoup d’idées : politiques, économiques ou autres. Mais c’est un détail auquel vous ne devriez pas vous attacher. Votre but n’est pas de faire accepter une idée, mais de la répandre. Vous n’avez aucun contrôle sur ce qui peut arriver ensuite.

Comme auraient dit Maxime le Forestier et Nicolas le Jardinier, si tous deux avaient réellement existé : « je suis la graine que je place dans votre cerveau, mais je ne suis qu’une graine. »

Dans quelques semaines, une autre personne viendra parler du Revenu de Base à ces mêmes personnes avec qui vous étiez. Et celles-ci se diront : « Ah oui, un type bourré et sa copine avec des nichons m’ont raconté la même chose durant un machin social quelconque ». La petite graine sera arrosée. Il faudra l’arroser encore et encore, mais ça vaudra le coup, car elle deviendra un arbre gigantesque qui fera pousser d’autres graines.

gros nichons et gros arbre eroticheskij-miks_46267_s__19

Concrètement, que serait-il possible de faire de plus ?

En parler autour de soi, c’est toujours ça de pris. Mais j’aimerais bien faire plus. J’ai quelques idées. Certaines productives, d’autres non. Certaines réalistes, d’autres non. Les voici en vrac :

  • Continuer de faire des articles dans mon blog. C’est fun, mais pas très rentable, vu tout ce que j’ai déjà écrit. La plupart des gens qui connaissent mon blog connaissent déjà le Revenu de Base. Le sujet mériterait d’être approfondi dans beaucoup de directions, mais d’autres font cela beaucoup mieux que moi. J’en profite pour vous rereconseiller la lecture assidue de ce site (http:// revenudebase.info/).
  • Écrire des articles pour d’autres endroits de l’internet. C’est fun et rentable, car je touche des personnes qui n’en ont peut-être jamais entendu parler. Mais il me semble avoir épuisé ce filon. J’ai blablaté dans feu le magazine 42, et chez Sam & Max. Il n’y a pas d’autres sites dans lesquels j’aurais un tant soit peu de pignon sur rue, pour me permettre d’y dumper une grande diatribe.
  • Lire le livre « La théorie relative de la monnaie », essayer de le comprendre, et le vulgariser. Pas forcément très rentable, mais possiblement fun. Je me suis promis de le faire un jour où j’aurais le temps. Mais pour avoir du temps, il faudrait que le Revenu de Base soit mis en place. Mince alors.
  • Aller dans une place fréquentée, monter sur une boîte à savon et haranguer la foule. Ce serait sûrement rentable, puisque je toucherais beaucoup de gens rencontrés aléatoirement. Mais je ne sais pas exactement comment m’y prendre pour des actions de ce genre. Je n’ai pas envie de distribuer des tracts car personne ne les lit, et c’est juste du gaspillage.

Y’a-t-il ici des harangueurs de foule qui auraient des conseils à me donner ?

soapbox harangueur de foule porte-voix

 

Et paf les bitcoins !

Posted in Bitcoin : bite et coin-coin. with tags , , , , , , , , , , , , on 09/05/2014 by recher

Trucs qui se sont passés dernièrement :

  • MtGox, le principal site d’achat/vente de bitcoin s’est arrêté. Quelqu’un (possiblement le patron de MtGox lui-même) s’est « barré avec la caisse ». Rick Falkvinge explique tout cela en détail. (http:// falkvinge.net/2014/02/28/the-gox-crater-crowd-detectives-reveal-billion-dollar-heist-as-inside-job/).
  • Sam & Max nous proposent un petit résumé de cette histoire désastreuse, accompagné de leur avis personnel. Je suis plutôt d’accord avec ce qu’ils racontent. Et une phrase en particulier m’a marqué : « Le Bitcoin vaut maintenant vraiment le coup de tabasser un mec et lui mettre un flingue sur la tempe« . Pendant tout le temps où j’ai écrit des articles sur les bitcoins, je n’avais pas vraiment pensé à cette subtilité. (http:// sametmax.com/le-point-sur-les-derniers-evenements-autour-de-bitcoin/).
  • Randall Munroe, éminent blogologue, nous rappelle que, quel que soit la complexité des mots de passe et des chiffrements que vous mettez en place pour protéger vos données et votre argent, il existe toujours un moyen de passer outre. Ce moyen s’appelle : « coups de clé de 12 dans la gueule jusqu’à ce que vous crachiez tous vos secrets (éventuellement accompagné de quelques molaires) ». Allez au 538. (http:// xkcd.com/538/).
  • Pendant ce temps, des sites utilisant les bitcoins continuent de se péter la gueule ou de se barrer avec la caisse. On avait eu Tradehill, Bitcoinborse, Bitcoinica, Glbse et Jean Passe, mais ce n’est pas fini. La mode en ce moment, c’est d’exploiter le fait que certains sites utilisent des bases de données à Consistance Éventuelle. Ce terme savant, (que je ne comprends qu’à moitié), signifie qu’on peut saturer le système avec des milliers de transactions jusqu’à ce qu’il perde les pédales. Paf Flexcoin et paf Poloniex. (http:// www. infoq.com/fr/news/2014/05/bitcoin-banking-mongodb).
Mara Jane

La femme de Rick Falkvinge

Ce qu’il s’est passé en ce qui me concerne.

L’une de ces affirmations est vraie.

  • J’avais une grande partie, voire la totalité de mes bitcoins sur MtGox, ou sur un quelconque autre site qui a coulé. Je n’ai plus rien, je suis dégoûté.
  • J’ai toujours mes bitcoins, mais suite aux récents bordels, je pense que plus personne ne voudra s’en servir. Leur valeur va diminuer, ce n’est donc plus la peine que je me fatigue à essayer d’en gagner plus, ou à en parler autour de moi afin d’augmenter le nombre d’utilisateurs potentiels.
  • J’ai toujours mes bitcoins, mais je pense que ce serait une bonne chose que leur valeur baisse. Suite aux conneries de MtGox, 744 408 bitcoins, soit plus de 2% de la quantité totale, sont maintenant concentré entre les mains d’une seule personne. Si jamais une partie importante des transactions monétaires mondiales sont effectuées avec cette monnaie, cette personne unique pourra carrément acheter un pays entier, prostituées comprises. Afin d’éviter ce genre de dérive, j’arrête de contribuer à faire augmenter la valeur du bitcoin en en parlant autour de moi.
  • J’ai toujours mes bitcoins, et je continue de croire que leur valeur va augmenter. Mais je vais publiquement agir comme si je n’en avais plus, afin de diminuer le risque de « me prendre des coups de clés de 12 dans la gueule ».
Screenshot Elvira Mistress of the Dark

145BsU… heerg… Zr4Ce9… grblb… 42… blarg…

Vous ne pouvez pas savoir quelle affirmation est vraie. Mais la conséquence est invariante : j’ai décidé d’arrêter d’encenser les bitcoins. Je ferais donc beaucoup moins d’article dessus, et quand j’en ferais, ce ne sera pas pour dire que c’est génial.

Et la publicité de ce blog ?

Comme expliqué dans cette page, la plupart des liens de ce blog comportent un intermède publicitaire, qui me permet de gagner un peu de bitcoins. Quid de tout ça ? Voire même : quid-itch ?

L’une de ces affirmations est vraie :

  • Je crois toujours au bitcoins. Donc je laisse la pub, et j’en mettrais sur mes futurs articles.
  • Je n’y crois plus, mais j’ai envie de continuer à me faire un peu d’argent de poche. Je pourrais le faire avec un site autre que coinurl, qui n’utiliserait pas les bitcoins, mais je viens de passer beaucoup de temps à reprendre tous les articles pour les publicitiser. Ça me ferait chier de tout re-reprendre. Donc par habitude et par flemme, je laisse tout comme c’est. Je convertis régulièrement les bitcoins que je gagne en euros, ou en une autre crypto-monnaie, afin d’avoir mon argent de poche dans une valeur en laquelle j’ai confiance.
  • Même chose que ci-dessus, mais au lieu que ce soit pour de l’argent de poche, c’est pour de l’ego. Je considère que mon solde de bitcoin sur le site coinurl, qui augmente fraction par fraction, est directement relié à mon estime de moi-même.
  • Je n’y crois plus, mais je suis embêté par la pub de WordPress. Je vais donc utiliser les bitcoins que je gagne pour acheter, dès que possible, l’option de suppression des pubs. (Rappelons que WordPress accepte les bitcoins). C’est un peu bizarre de rajouter de la pub pour pouvoir acheter des suppressions de pub, mais c’est comme ça. Bienvenue dans le monde de l’internet où chaque neurone de chaque humain est monétisable.
  • Je suis un brin d’herbe magique et n’ai aucune obligation de cohérence envers le reste du monde.

goutte brin d herbe

Comme annoncé dans cette page (la même que tout à l’heure), je continuerais de donner la moitié de mes gains de bitcoins à divers organismes qui me tiennent à cœur. Libre à eux de les convertir en d’autres choses plus fiables.

Vive les crypto-monnaies quand même !

Même si mon engouement pour les bitcoins s’est évaporé, je continue de penser que le concept des crypto-monnaies est une révolution, et va radicalement changer la façon dont les humains s’échangent des richesses. Le bitcoin a juste été un essai raté. Ce n’est pas grave, il y en a et en aura d’autres : LiteCoin, DogeCoin, DevCoin, NameCoin, La monnaie M, Les emprunts russes, …

Merci à Satoshi Nakamoto d’avoir imaginé, concrétisé et répandu ce nouveau paradigme. C’est désormais à nous de l’affiner. Il y a tout un tas de petites variables à ajuster dans une crypto-monnaie, et elles peuvent avoir une influence capitale sur la façon dont les gens l’utilisent.

  • Difficulté de minage.
  • Coûts de transaction.
  • Vitesse de génération.
  • Quantité maximale générée (qui pourrait être infinie, car finalement, peut-être qu’une économie inflationniste c’est mieux).
  • Perte automatique : tous les N jours, chaque personne perd X% de son argent. On peut penser (bien que je ne sois pas de cet avis), que ce serait bénéfique, car ça inciterait les gens à le dépenser, et ça relancerait l’économie.
  • Recyclage de l’argent non utilisé : X% des sommes n’ayant pas été échangées depuis N années sont remises dans le pot commun de génération. Permet de « relancer l’économie » comme le mécanisme précédent, et permet aussi de récupérer les sommes définitivement perdues par leurs propriétaires.
  • Valorisation de la puissance de calcul. Jusqu’à maintenant, elle n’a servi à rien d’autre qu’à valider les transactions, alors qu’on pourrait en prélever une partie pour des trucs scientifiques : le fameux programme SETI, des recherches sur les protéines, …
monkey island door safe

Le serveur gérant les transactions de bitcoins chez MtGox

Tiens, il me vient une super idée : une crypto-monnaie où la génération d’argent ne se ferait pas en donnant du temps de calcul d’ordinateur, mais du temps de calcul d’humain. Il y aurait un système décentralisé de distribution d’énigmes. Des scores avec une pondération méga-bien-foutu récompenseraient ceux qui résolvent et créent des énigmes difficiles mais intéressantes. La justification de ce fonctionnement serait que plus on aime les énigmes, plus on est intelligent, et plus on mérite d’être riche.

Moi ça m’éclaterait de gagner du pognon en jouant à Drod, Desktop Dungeons ou d’autres petits bijoux de ce genre. Allez, plus qu’à trouver quelqu’un pour coder ce bordel. Pas moi, j’ai un tas d’autres projets en préparation, comme d’habitude.

Et maintenant, un peu de mélancolie. Regardons l’horizon face à la mer, en ayant une pensée émue pour tous les moments où on aurait dû avoir une pensée émue et où on n’a pas pris le temps d’en avoir une.

BBW Treasure Chest

Re la femme à Rick Falkvinge.

Yo ho ho et une bouteille de rhum, tout ça.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.