Sur internet, personne ne sait que vous êtes Zlatan

Cet article constitue ma participation au « Day we fight back » (https:// thedaywefightback.org/). Il s’agit d’une journée d’action contre la surveillance généralisée d’internet. Je suis un rebelz.

Y’a des fois, je râle contre les publicités. Mais là, je vais en encenser une : celle avec Zlatan Ibrahimovic (http:// www. lequipe.fr/Jeux-video/Actualites/fifa-14-la-publicite-xbox-one-avec-zlatan-ibrahimovic/421780).

Résumé : Zlatan et un gamin générique jouent à un jeu de foot sur la Xbox, chacun à son domicile. Le hasard les fait s’affronter en ligne. Le gamin s’interroge sur le pseudo de son adversaire. Zlatan répond d’une voix Zlatanesque que « il n’y a qu’un Zlatan ! « . Le gamin générique gagne le match. Zlatan, pour ne pas perdre la face, lui annonce alors qu’il n’est pas Zlatan.

Zlatan avec sa tête zlatanienne.

Dans cette publicité, Zlatan nous montre donc l’importance d’une notion qui lui tient à cœur : l’anonymat sur internet. Sans cet anonymat, il ne pourrait pas se sentir libre de jouer à la Xbox comme il en aurait envie. Zlatan, aussi grand et puissant soit-il, nous avoue ici qu’il a de temps en temps besoin de se sentir quelqu’un d’autre, pour se construire différemment, pour échanger avec les autres différemment, ou tout simplement pour se reposer un peu. Cette liberté lui permet d’être encore plus « ZLATAN » durant les moments où il doit l’être.

Sans entrer dans la schizophrénie, la personnalité d’un être humain possède diverses facettes. Pour Zlatan, il est important que ces facettes ne puissent pas toutes être reliées entres elles. Cela permet de se développer dans différentes voies, de tester des comportements, d’avoir droit à l’erreur, et finalement, de devenir quelqu’un d’intéressant, avec toujours quelque chose à découvrir à l’intérieur. Pour contribuer à faire connaître cette importantitude, ZLATAN, merci.

Bon accessoirement, il fait aussi un peu de pub pour la Xbox et le foot, mais on ne lui en tiendra pas rigueur. Ne sont-ce pas là quelques activités comptant parmi ses nombreuses passions ? Accordons-lui ce petit bonus qu’il offre à sa célébrité et son compte en banque.

Triple Face Mask. beppyiram.blogspot.com Double Faced Mask

Donc Zlatan lutte pour le droit à l’anonymat. Mais z’au fait …

À quoi ça sert l’anonymat ?

Ça facilite la liberté d’expression, et ça permet de dire des choses sans les assumer complètement. Ce n’est pas nouveau comme astuce. L’anonymat existe depuis que la création artistique existe. Si vous avez envie de déclarer quelque chose d’un peu délicat, et que vous avez peur des réactions que ça pourrait provoquer, inventez une histoire comportant un personnage qui fera la déclaration à votre place. Si ça merde, vous pourrez toujours dire que c’est pas ce que vous pensez réellement.

Présenté de cette manière, l’anonymat semble un peu pourri, il autorise les gens à ne plus avoir le courage de leurs opinions. Seulement voilà, j’ai un scoop :

La liberté d’expression n’est pas le privilège des gens courageux.

COURAGE Un pingouin avec des cymbales.

Parce que des fois, pour acquérir le courage de dire une chose difficile, il faut commencer par la dire sans courage, en enrobant le propos, en y rajoutant un gros tas d’humour. « Ha ha ha, non c’est pas vrai. Je rigole. Ha ha ha. »

Parce que des fois, on dit un truc et c’est pas ça du tout qu’on voulait dire. L’anonymat peut permettre de revenir en arrière. « Quoi ? Mais non ! Je n’ai jamais dit ça. Voyons, où vas-tu chercher ces idées. ha ha ha ha ha. hem. *tousse *tousse. Bon, où est passé l’alcool ? »

Parce que le fait d’être courageux ou pas n’est pas spécialement lié au fait d’avoir ou pas des choses intéressantes à dire. De plus, le fait d’avoir ou pas des choses intéressantes à dire ne devrait pas être lié au fait de pouvoir jouir ou pas de la liberté d’expression. C’est chiant comme tout, parce que du coup, des tas de connards en profitent pour raconter n’importe quoi, mais faut faire avec.

Petit exemple : ce manque de courage est parfois reproché au groupe des Anonymous (se référer aux déclarations de Christophe Barbier). Et ça se défend. Lorsqu’on dit quelque chose sans courage, ça a moins d’impact que si on le disait avec. Sauf que les Anonymous s’en tamponnent, ils n’ont pas l’intention de tirer leur force de leur courage, mais de leur nombre. C’est une stratégie qui peut fonctionner, car en acceptant les non-courageux, les Anonymous augmentent énormément la quantité potentielle de gens qui peuvent les rejoindre.

Christophe Blindé Barbier contre les Anonymous

Si l’anonymat diminue la force du propos, c’est pas si génial.

Oui, mais c’est pas si grave. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’anonymat vous offre une possibilité de plus de vous exprimer. Soit vous révélez votre identité, et vous augmentez vos chances d’être écouté, soit vous restez anonyme, et vous courez le risque que tout le monde n’ait rien à foutre de votre avis. Vous avez le choix, et c’est important que ce choix soit toujours possible.

D’ailleurs, si on regarde l’histoire globale du monde mondial, on se rend compte que les propos ont tendance à se diluer.

Ce que j’appelle « dilution des propos », c’est le fait que tout ce qu’on dit ait de moins en moins d’impact.

A B C Des lettres qui se liquéfient.

Aaahhh ! Je fonds ! Je fonds !

Ça a l’air d’être une régression, car ça signifie que les mots ont de moins en moins d’importance. Mais en fait c’est plutôt bien. Ça permet un foisonnement de propos, plus ou moins intéressants, duquel peut sortir des idées plus diversifiées.

Au début, copier des livres c’était chiant. Alors on préférait ne copier que ce qui semblait être le plus important : la Bible. Et on faisait ça bien, avec des belles lettres chiadées. Chaque phrase, chaque mot de la Bible était très important, et a été étudié sous tous ses aspects.

Ensuite, on a inventé l’imprimerie. Les gens ont eu peur, et considéraient que les livres étaient dangereux, qu’ils implanteraient de mauvaises idées dans le cerveau des enfants et les détourneraient des choses importantes (comme travailler aux champs par exemple). Pour parachever le tout, des tas de livres stupides et inintéressants étaient imprimés. La Bible a perdu de son impact, les mots sont devenus moins importants et la notion de « blasphème » est devenu obsolète.

Kaori. Japonaise masquée avec des nichons.

Une bonne utilisation de l’anonymat.

Malgré ce foisonnement de stupidité et cette déliquescence du sens, des œuvres de qualité ont réussi à apparaître et à trouver leur public. Transposé à notre époque, ça donnerait : « la prolifération des romans de Marc Lévy n’a pas empêché Chuck Pahlaniuk d’écrire ‘Fight Club’ ». Comment ça je suis partial ?

Ensuite, internet est arrivé, et a provoqué plus ou moins les mêmes réactions, mais au niveau supérieur. Plein de gens écrivent pleins de trucs stupides et inintéressants, on a peur que le cerveau des enfants soit corrompus, et des choses traumatisantes et taboues telles que la pédophilie et le nazisme sont librement évoquées. (J’ai pas dit « intelligemment évoqué », juste « librement évoqué »).

Au début de l’internet, les mots avaient encore une certaine importance. Puis des gens se sont amusés à troller. Les victimes de ces trolls se sont tout d’abord insurgées, et répondaient de manière détaillée, expliquant pourquoi c’était pas bien de dire ces trolleries. Ensuite, on s’y est habitué. Lorsque quelqu’un trollait, plus personne ne lui répondait. Le trollage est maintenant en déperdition, mais il a eu le temps de participer à la dilution des propos.

Alors oui, internet est plein de merde. Mais il vaut mieux plein de merde avec quelques trucs cools cachés au milieu, plutôt que pas de merde, avec vraiment très peu de trucs cools mis en évidence. C’est plus compliqué, vous devez filtrer la merde, et personne ne peut le faire à votre place, car ce qui est intéressant pour vous est peut-être de la merde pour les autres. Eh oui, ça me fait mal au cul de le dire, mais vous avez le droit d’aimer Marc Lévy.

Un tuyau sale et un tuyau propre.

Pensez à nettoyer vos filtres.

Mais si tout le monde peut dire de la pure merde, ça va être la merde !

C’est un problème inhérent à la liberté d’expression. On a trop tendance à croire que la liberté d’expression est un truc « qu’il faut préserver à tout prix ». Ce n’est pas tout à fait cela. En fait c’est un truc « pour le meilleur et pour le pire », qu’il faut quand même préserver à tout prix.

Parce que si tout le monde a le droit de dire de la merde, tout le monde a également le droit de contredire ceux qui disent de la merde, de dénoncer la merde, de décrire pourquoi c’est de la merde, de proposer mieux ou tout simplement de ne pas y prêter attention.

(Ici, il faudrait une photo d’une merde géante, mais j’en ai déjà mise une dans un précédent article).

Des tas d’autres choses sont « pour le meilleur et pour le pire » : la science, les tronçonneuses, les vêtements moulants, les recettes de cuisine, la vie, le sexe, … Le droit à l’anonymat et la liberté d’expression sont à ranger dans la même besace.

Jessica Nigri Juliet Starling du jeu vidéo Lollipop Chainsaw

Tronçonneuse, vêtements moulants … le meilleur du meilleur ?

On pourrait faire une sorte de parallèle capillotracté avec l’opposition « logiciels propriétaires/libres ». Le propriétaire a des avantages :

  • il n’y en a souvent qu’un seul dans sa catégorie, pas besoin de se prendre la tête à en évaluer plusieurs
  • ça marche pas trop mal
  • c’est soutenu par un gros truc qui offre une sorte de garantie de pérennité.

Le libre a d’autres avantages :

  • on sait que n’importe qui peut inspecter comment c’est fait dedans
  • en général c’est gratuit
  • les mises à jour sont plus fréquentes.

En conterpartie, le libre, c’est le bordel, il y a trouzemille produits différents, qui font tous plus ou moins la même chose mais pas tout à fait. C’est compliqué de trouver celui qui correspond le mieux à ce qu’on veut faire.

On pourrait également faire une autre parallèle capillotracté avec l’opposition « licences propriétaires/libres ». Les œuvres sous copyright classique ont l’avantage d’être super simple. Vous n’avez rien le droit de faire avec, et il n’y a pas de texte de trouzemille mots à se farcir.

Les œuvres sous licences libres permettent de faire plus de choses, mais jamais exactement les mêmes. Il faut se renseigner précisément sur ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. On peut très difficilement passer d’une licence à une autre, bien qu’il y en ait des plus ou moins équivalentes. Et lorsque vous créez une œuvre, bonne chance pour choisir celle qui correspond le mieux à ce que vous souhaitez ! Mais au moins, il y a le choix.

Le dragon-cornucopia.

Pokécorne d’abondance !

C’est peut-être ça, ce fameux « passage de l’économie de rareté à l’économie d’abondance », dont on entend parler ici et là. L’abondance, c’est très bien, mais ça soulève un nouveau problème : le choix. Des millions de biens (physiques et virtuels) vous sont proposés, la plupart ne vous conviennent pas tout à fait, et c’est à vous de trouver ceux qui vous conviennent parfaitement. C’est une difficulté qu’on n’avait jamais vraiment rencontré jusque là, et il va falloir se donner les moyens de la résoudre, chacun à sa manière.

Mais cessons de capillotracter, et revenons à la notion de liberté d’expression.

Il faut bien une limite, quand même !

La loi et/ou les conventions sociales doivent-elles définir des choses qu’on ne peut décemment pas dire ? Des concepts que l’on ne peut pas vanter ? Si oui, lesquels ?

La nénétte du groupe 2unlimited avec ses nichons.

No limit for boobs.

C’est la question qui tue que des tas de gens (philosophes, juristes, politiques, blogueurs du dimanche, Michel Drucker) se posent. Je n’ai pas la réponse. La loi française fixe une limite, qui ne me semble pas trop mal, mais est-ce la meilleure ? Voyons voir…

Légalement, je n’ai pas le droit de dire, de manière sérieuse, que les noirs et les roumains sont des connards. Mais j’ai le droit de dire que les sportifs sont des gros beaufs, que les vieux sont grincheux et emmerdants, et que les garagistes sont des voleurs. Pourquoi ?

L’explication semble simple. Être noir ou roumain, c’est quelque chose qui nous arrive à la naissance, on ne le choisit pas. On peut changer sa nationalité après coup, et même sa couleur de peau (coucou Michael Jackson !), mais ça reste fortement ancré dans la personnalité. Donc : les trucs non choisis, on n’a pas le droit de s’en moquer, les trucs choisis (comme le métier ou les passions), on a le droit.

Sauf que ça colle pas. Certaines personnes choisissent elles-mêmes leur religion, en leur âme et conscience, après plusieurs années d’interrogations personnelles. Pourtant je n’ai pas le droit légal de dire que les bouddhistes sont des barbares ignorants. Les femmes ne choisissent pas la taille de leurs nichons, pourtant, j’ai le droit légal de dire que toutes celles qui ont des petits seins sont frigides (ce sera un propos très mal accueilli par une majorité de gens, mais j’ai le droit légal de le dire). On choisit son orientation sexuelle, pourtant je n’ai pas le droit légal de dire que les homosexuels sont des sous-hommes.

Minorités provenant du corporate-bullshit-land.

Minorités provenant du corporate-bullshit-land.

Ce n’est pas non plus par rapport à la quantité de gens offensés. Les femmes sont nombreuses, je n’ai pas le droit d’avoir des propos sexistes. Les automobilistes sont nombreux, j’ai le droit de dire que ce sont des égoïstes paresseux et pollueurs. Les handicapés moteurs sont peu nombreux, je n’ai pas le droit de dire qu’il faut les parquer dans une réserve car ils nous gênent avec leurs putains de fauteuils. Les végétariens sont peu nombreux, j’ai le droit de dire que ce sont des chiffes molles de hippies moralisateurs.

Ce n’est pas non plus par rapport à ce qui définit notre personnalité. Des tas de gens se définissent plus par rapport à leur métier que par rapport à leur nationalité, pourtant on peut dire du mal des informaticiens, mais pas des japonais. Les handicapés essaient de se définir autrement que par leur handicap, pourtant on ne peut pas se moquer de leur handicap.

Il semble donc impossible de définir, dans l’absolu, des critères de non-moquabilité. Pourtant, d’après ce que j’ai compris, la loi est censée s’inscrire le plus possible dans l’absolu, et la morale encore plus. Je vous laisse vous démerder avec tout ce bordel.

La martyre de l’anonymat

Je ne vais pas m’étendre sur cette partie, parce que l’article commence à être un peu long et que je voudrais me faire du thé. J’aimerais juste vous parler un peu de Jessi Slaughter. Je vous laisse prendre connaissance de ce qui lui est arrivé ici et ici (http:// www. truecrimereport.com/2010/07/jessica_leonhardt_aka_jessi_sl.php, http:// www. dailydot.com/society/jessi-slaughter-leonhardt-damien-cyberbully-return/).

Monsieur de la cyber-police. e-swat

La cyber-police.

Il est clair que l’anonymat a joué un rôle important, et très négatif dans cette triste histoire. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut le combattre. Comme dit plus haut, l’anonymat fait partie de ces concepts « pour le meilleur et pour le pire ».

Ce qu’il faut combattre, c’est le harcèlement. Et ça existait déjà dans les écoles primaires, les lycées et les collèges, avant internet.

Dernière remarque, proposée par mon ami imaginaire de la facilité : si Jessi avait su utiliser efficacement le concept d’anonymat, elle n’aurait pas eu tous ses problèmes. En masquant son visage sur les vidéos, en ne donnant pas son vrai nom, elle aurait certainement eu une bordée de commentaires insultants sur ses comptes youtube / facebook / twitter / etc, mais ce défèrlement de haine n’aurait pas débordé dans le monde réel.

D’après vous, pourquoi n’y a-t-il aucune photo de moi dans ce blog à la noix ? Je ne me fais pas d’illusions, il est certainement possible de retrouver mon vrai nom, où j’habite, etc. Mais ce n’est pas à la portée du premier débile venu, et c’est ce qui compte. Car perpétrer du harcèlement nécessite une masse importante de débiles.

Bon, il était un peu trop sérieux cet article. Promis, la prochaine fois, je vous raconte n’importe quoi !

5 Réponses to “Sur internet, personne ne sait que vous êtes Zlatan”

  1. recher Says:

    Source des images.

    Zlatan avec sa tête zlatanienne.

    http://cur.lv/769fo

    http ://www .lequipe.fr/Jeux-video/Actualites/fifa-14-la-publicite-xbox-one-avec-zlatan-ibrahimovic/421780

    Trop la classe. Il fait cette tronche là dans la pub. Et, vraiment, je trouve que c’est une très bonne photo pour créer un meme internet. Elle ressemble assez à celle du Dr House ou il fait mmmbbbmmm avec ses lèvres. Je suis sûr que vous voyez de quoi je parle. Et donc j’ai tenté de créer un meme, avec cette photo et une phrase rigolote de mon cru. Va-ce inonder l’internet ? Je l’ignore. C’est le rêve de tout gros-débile de l’internet de créer un meme. Et tant pis si j’ai le même rêve que les autres. J’ai bien fait comme tout le monde, et j’ai créé l’image sur un créateur de meme. Il s’agit de imgflip (http://cur.lv/76a5t) (https ://imgflip.com/memegenerator). D’ailleurs j’ai laissé le watermark en bas à gauche. J’aurais pu l’enlever, mais ça aurait été moins « comme tout le monde », avec le truc fait à l’arrache et crac boum. En disant ça, je viens de penser à un super script/site/nimporte quoi qui prendrait automatiquement l’image que tu envoies à imgflip en vue de création d’un même, qui ajouterait une bande blanche en bas, pour que le watermark se foute dedans, et qui couperait ensuite cette bande pour te renvoyer une image nickel. Mais c’est complètement con et je sais même pas si c’est possible. Alors osef, et pensons à d’autres trucs à la con.

    Un triple masque.

    http://cur.lv/76a5u

    http ://piratesandrevolutionaries.blogspot.com/2010/09/we-are-transparent-mask-who-faces-us.html

    J’ai déjà mis, dans ce blog, des images illustrant la schizophrénie. En voici une de plus. Mais là c’est encore plus classe. Le masque représente en général une fausse personnalité que l’on affiche au monde extérieur, pour cacher sa vraie personnalité. C’est un peu schizophrénique, mais pas tant que ça. Mais ce masque en particulier, avec plusieurs visages, représente une fausse personnalité qui serait elle-même schizophrène. Celui qui porte ce masque devient schizophrène au carré. Ha ha ha ha ha ! Ouais, bon, mais j’ai déjà utilisé cette astuce avec la marionnette bicéphale « monsieur Schizy » dans mon superbe dessin animé Pru-pra-prok (que vous feriez mieux de regarder, au passage).

    Un pingouin avec des cymbales.

    http://cur.lv/76a5v

    http ://www .drpr.com.au/public-relations-blog/2012/10/12/companies-with-courage/

    Yeah ! Le courage de faire zim bala zim bam boum dans les oreilles d’un ours blanc. Ça me fait penser à une engueulade que y’avait eu entre des potes à moi. Avec des gens qui disaient « finalement, ils sont rares ceux qui ‘en ont’ ». Et d’autres qui disaient, « j’en ai, elles sont au chaud dans mon caleçon et j’ai pas envie de les sortir et de me les faire casser juste pour avoir le plaisir de dire vraiment ce que je pense ». Et ça rejoins ma notion d’anonymat, de dire les choses avec courage ou pas, l’impact que ça a, etc. Et moi, ce que j’avais fait, c’est que j’avais attendu la fin de l’engueulade, puis j’avais envoyé un mail avec vraiment n’importe quoi dedans. Et c’était bizarre, mais c’était vraiment ce que j’avais envie de faire sur le coup. De toutes façons, pour une fois, c’était pas du tout de ma faute et j’y étais complètement pour rien.

    Christophe Barbier et son écharpe, déguisé en Anonymous.

    http://cur.lv/76a5w

    http ://reflets.info/christophe-blinde-barbier-contre-les-anonymous/

    Alors je suis pas sûr, mais il paraît que c’est un mec de droite. De toutes façons, de droite ou de gauche, ces crétins de journaleux et d’hommes politiques, ils n’ont rien compris à l’internet. N’empêche, Chris Barb’, il est régulièrement parodié dans Groland, et je trouve ça rigolo. Parce que les journalistes du Groland, ils y ont compris quelque chose à l’internet. Mais il est vrai que c’est un pays plus évolué que le nôtre. Et sinon, ce que je voulais dire aussi, c’est que « Barbier », c’est nul comme nom de famille. Ça fait vraiment nom de mec de gauche. Quand à l’écharpe rouge, j’ai rien à ajouter à ce sujet. À l’époque où c’était Elkabbach qui portait l’écharpe rouge, c’était déjà ridicule. Eh bien là, c’est ridicule tout pareil. Mais vraiment tout pareil, pas plus pas moins. Et le plus drôle, c’est que Barboux, il fait comme si il était le premier journaleux au monde à avoir une écharpe rouge fétiche. Soit il nous prend vraiment tous pour des cons, soit il y a une astuce que j’ai pas repéré, et dans ce cas, c’est moi le con. Si quelqu’un peut m’expliquer je suis preneur.

    Des lettres qui se liquéfient.

    http://cur.lv/76a5x

    http ://ablestmage.wordpress.com/2011/09/28/random-image-a-more-liquid-type/

    C’est joli. Et sinon, ce qui est super drôle, c’est que cette image vient d’un blog wordpress, comme mon mien à moi. Et ce qui est encore plus super drôle, c’est que le monsieur qui a écrit l’article comportant cette image, il a juste dit : « écrivez 300 mots à propos de cette image, vous avez un bonus si vous n’utilisez pas les mots du titre (avec entre autres le mot ‘liquide’ »). Et le truc vraiment surprenant, c’est que le monsieur n’a reçu qu’un seul commentaire, qui n’a rien à voir avec 300 mots à propos de cette image. Sérieusement, je me sens un peu seul parfois sur mon blog. J’écris des trucs un peu dans le vide. Mais là, c’est d’un niveau supérieur. « Oh allez les amis, écrivez-moi des trucs, et je suis tellement important que j’invente dans ma tête des bonus, que je peux vous distribuer si vous faites des choses spéciales, et vous allez vraiment essayer de le faire parce que je suis important ». Eh bien non, c’est raté. Désolé !

    Japonaise masquée avec des nichons.

    http://cur.lv/76a5y

    http ://dekkappai.blogspot.fr/2012/12/return-of-masked-kaori.html?zx=e88149682c3bcfe7

    Je vous conseille très beaucoup le site d’où j’ai tiré cette image, car il y a plein de très belles et intéressantes photos, que je n’ai jamais trouvées dans les autres sites que je visite régulièrement. C’est super rare les asiatiques rondes, et encore plus, les asiatiques avec des formes avantageuses. Alors franchement, allez-y voir, ça vaut le détour. À part ça, je suis pas trop fan du masquage de visage pour les jeux sexuels. Le visage, moi je trouve ça cool. À la rigueur, bander les yeux, ça peut être marrant, parce qu’on peut faire plein de surprises à son/ses partenaires, et qu’on continue de voir une bonne partie du visage quand même. Mais le masque complet, c’est pas trop mon truc. Enfin chacun fait ce qu’il veut. Je crois que ça fait déjà un certain temps qu’on est entré dans « l’économie d’abondance » en ce qui concerne le sexe tarifé. Pour le sexe non tarifé, par contre, c’est autre chose. Il y a encore trop d’inégalités pour que l’abondance qui s’y trouve puisse être vraiment considérée comme une abondance abondante.

    Un tuyau sale et un tuyau propre.

    http://cur.lv/76a5z

    http ://efficiencydynamics.net/facts.html

    C’est rigolo parce que dans l’article, dans la phrase qui est juste avant cette photo, j’emploie le mot « cul ». « Cul », « tuyau », … Vous avez saisi l’astuce ? Hahahaha. Pour la peine, et pour me récompenser de ma drôlerie intersidérale, je ne vais pas en écrire une tartine pour cette image. Je vais même simplement m’arrêtez là. « Ha ha ha » * (42 ** 42).

    Une petite fille avec une tronçonneuse.

    http://cur.lv/76a60

    http ://www .pxlbbq.com/?attachment_id=15252

    Bon alors que je vous explique, en fait c’est un cosplay. La cosplayeuse, c’est Jessica Nigri (connait pas), et le personnage, c’est Juliet Starling du jeu vidéo Lollipop Chainsaw (connait pas non plus). Et si ça se trouve c’est le contraire. C’est Jessica qu’est le personnage et Juliet la cosplayeuse. J’en sais rien, j’ai trouvé cette image, j’ai lu le blabla à l’arrache, et osef. Les déguisements et le cosplayage, c’est une autre façon d’exercer son anonymat, de « jouer à être quelqu’un d’autre ». Vous pourriez cosplayer Zlatan Ibrahimovic, par exemple, en vous mettant une perruque et un faux pif.

    Le dragon-cornucopia.

    http://cur.lv/76a61

    http ://dragon-story.wikia.com/wiki/Cornucopia_Dragon

    Alors ça c’est une image de jeu vidéo à la con, comme il y en a plein de par le monde. Au fait, pour récupérer vraiment l’image que j’ai mise dans l’article, il faut cliquer sur les liens affichant les différentes étapes de leveling du dragornemuse. Il y a : Baby, Juvenile, Adult, Epic, Egg. J’ai mis l’image Epic, évidemment. Ce genre de jeu débile, ça me fait penser à Maple Story. Putain, comment j’ai été boulet de me faire alpaguer dans cette chronophagerie inutile. J’ai perdu presque un an de temps libre avec cette erreur. Je m’excuse auprès du monde qui est friand de ma créativité. Je suis un vilain. Donnez-moi votre argent pour éviter que ça se reproduise.

    La nénétte du groupe 2unlimited avec ses nichons.

    http://cur.lv/76a62

    http ://technoclips.ru/load/13-1-0-1180

    J’ai jamais compris pourquoi un groupe qui s’appelle « 2unlimited » a écrit une chanson qui s’appelle « No Limit ». C’est soit contradictoire, soit redondant (je pige pas bien ce qu’ils veulent dire par « 2unlimited »), mais en tout cas c’est bizarre. Mais sinon la nana a des boobs sympa, alors c’est chouette. Ah au fait, une anecdote à propos de 2unlimited. Il y a un célèbre musée du rock ou je-sais-pas-quoi à Londres, avec plein de personnages pas-en-cire parce que ça c’est Madame Tussaud, mais en marionnette. Je l’ai visité deux fois au cours de mes séjours linguistiques de merde en Angleterre. Et à la fin du musée, y’a des rockeurs et rockeuses célèbres qui sont venus poser leurs mains dans du ciment en fusion pour qu’elles soient ensuite exposées sur un grand mur de la célébrité rockesque. Et figurez-vous que les mimines de 2unlimited y sont présentes, aux côtés de celles de Kiss et autres gens biens que j’ai oublié. Euh… musée du rock fail ?

    Minorités provenant du corporate-bullshit-land.

    http://cur.lv/76a63

    http ://www .gazelleindex.com/archives/5978

    Ça c’est le genre de photo à la con qu’on voit sur les sites d’entreprise ou les sites de recrutement à la con genre « les jeudis de l’informatique ». (Au fait, j’ai jamais compris ce qu’il se passait de spécifique le jeudi, dans ce site). On y voit des gens souriant, pas que des blancs et pas que des hommes, sinon ça le ferait pas, mais pas non plus des gens avec l’air trop bizarre et trop minoritaires, parce que ça ferait pas correct. Y’a pas de gros, pas de moches, pas d’alcoolos, pas de clochards, pas de transsexuels, … Tiens ça me fait penser que quand j’étais petit, je voulais faire clochard comme métier. Après j’ai changé d’avis et j’ai voulu faire péter la Terre. Y’a peut-être moyen de conjuguer les deux plans de carrière.

    Monsieur de la cyber-police.

    http://cur.lv/76a64

    http ://shayeragal.deviantart.com/art/SEGA-HEROES-Eswat-31460688

    Bon c’est un fan-art, et c’est le héros du jeu vidéo E-swat, ou quelque chose comme ça. Par contre, le super bras-bazooka du vrai héros, c’est le gauche, et pas le droit. (ou le contraire, j’ai jamais su trouver la gauche et la droite quand je parle de quelqu’un en face de moi). Mais c’est pas grave, c’est du fan-art, on a le droit de faire un peu ce qu’on veut. J’en reviens à cette histoire de gauche et de droite, c’est vraiment de la merde ce truc. Y’a aucun moyen mnémotechnique ou logique de savoir quelle côté s’appelle comment. Je me rappelle que quand j’étais petit, je me faisais toujours engueuler à cause de cette connerie de gauche et de droite, et ça m’a toujours semblé complètement crétin et inutile. Y’a qu’à juste dire « à côté », et si c’est pas le bon côté, on dit « de l’autre côté », ça suffit bien. Par contre, le haut et le bas, ça c’est cool, on peut pas le confondre. C’est parce qu’on est symétrique gauche-droite, et pas symétrique haut-bas. Tiens j’y pense, les étoiles de mer, elles font comment pour nommer les directions ? Est-ce qu’elles ont 7 noms de directions différents (un par branche), et est-ce qu’elles en confondent une avec une autre de temps en temps ? Et les arbres ? Qui ont un nombre de direction indéterminé. Ah, tant de questions sans réponses. Mais je suppose que c’est comme ça que le monde est monde.

  2. kalish Says:

    hum liberté d’expression, marc « LEVY », ça sent l’allusion à dieudonné là ;)
    Effectivement l’anonymat sur internet est ultra important, c’est pour ça que depuis que google te force à utiliser un compte google+ sur youtube, je me plais à insulter tout le monde, ce que je ne faisais pas avant. Et ça permet à des anonymes de challenger des experts ou à des experts d’intervenir au milieu de la plèbe sans se faire harceler. Par contre ça me parait vraiment déplacé de demander à une pauvre adolescente d’assumer autant de choses, et de lui faire le reproche de ne pas avoir su gérer. C’est une victime (innocente), elle n’est responsable de rien, n’importe quelle gamine essaie d’attirer l’attention. Si on demande de la responsabilité aux internautes, il faut aussi en demander à ceux qui l’ont fait chier. Son père, c’est une autre histoire.
    Moi je suis pour une liberté totale, à l’américaine, les preuves en sont les incohérence dont tu parles. On peut trouver des trucs racistes, antisémites, sexistes etc sur les forums américains, alors qu’on ne peut entendre des choses sexistes que de la part de zemmour en France, où est la liberté d’expression?Ce mec est d’ailleurs plutôt la preuve qu’on peut être sexiste mais pas antisémite ou raciste. Ce qu’il assène juste en face de journalisteEs est assez ahurissant.
    Sinon c’est pas mal le BBW japonais, j’avais jamais pensé que les japonaises pouvaient être grosses.

  3. recher Says:

    Haha, Dieudonné. Ce qui est drôle avec ce monsieur, c’est que la plupart des gens ne peuvent pas s’empêcher d’avoir un avis sur le sujet. Chacun se plaît à dire que ce que fais Dieudonné est bien, ou à dire que c’est pas bien.

    Mon avis personnel là-dessus, et je n’ai pas honte de le dire, est que : « j’en ai rien à foutre de Dieudonné. ça m’intéresse pas, et d’ailleurs, je ne sais même pas exactement ce qu’il dit ».

    C’est pour ça que j’en parle pas. Car même si j’en parlais pour dire que je n’ai pas envie d’en parler, ça me ferait en parler.

    Concernant Jess Slaughter, je dois avouer que je ne sais pas exactement comment réagir et quoi répondre face à une histoire de ce genre.

    Mais là, pour le coup, je me suis senti obligé d’en parler, même si je ne sais pas quoi dire. Parler de l’anonymat en occultant sciemment les dérives que ça peut engendrer, ça m’aurait dérangé.

    Je m’en sors en bottant vaguement en touche, et en invoquant mon « ami imaginaire de la facilité », mais je reconnais que c’est pas top.

    Comment, techniquement, permettre l’anonymat tout en interdisant le « cyberbullying » comme celui qu’a subi Jessi Slaughter ? Aucune idée pour l’instant. J’y réfléchi.

  4. kalish Says:

    ce qui est fou, ou tout à fait normal en fait, c’est que le collectif n’ait pas modéré le bullying (on n’a pas de bon mot en Français pour ça), au contraire, il y a eu émulation et lynchage, peut-être parce que les gens n’imaginaient pas les conséquences que ça pouvait avoir. Les lois sont bien là pour contenir les gens en règle général. Les expériences de liberté totale et d’autogestion ne fonctionnent qu’avec certaines populations très éduquées et prenant part au projet, ça me parait analogue pour l’autocensure, la politesse etc.Les commentaires utilisent maintenant pas mal de filtres automatiques et de filtreurs (humains).

  5. recher Says:

    Moui, l’éducation, c’est la clé de plein de trucs.

    Et le souci actuel de l’internet, c’est que les gens n’y sont pas encore très bien éduqué. C’est normal, c’est nouveau. Mais là, le temps presse.

    En dehors de tout l’aspect technique, qu’il serait bon d’éduquer (qu’est-ce qu’une URL, un fichier, un programme, un browser, …) il faut aussi éduquer « socialement ». Et expliquer des choses du style : « c’est pas parce qu’on voit pas la personne en vrai que c’est pas une vraie personne, qui peut donc être affecté si on lui dit de la merde ».

    Sur ce, je retourne à mon boulot, et à mon finissage à l’arrache de Kawax.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.