Car-hante-de

J’avais un ami handicapé moteur, avec fauteuil roulant, tout le tintouin. Une fois, comme ça, juste pour l’emmerder, je lui ai dit : « Hey, et si tu faisais l’ascension de l’Everest ? Tu peux certainement y arriver, car nous vivons dans un monde fabuleux, dans lequel tout un chacun peut tout accomplir. Il suffit d’avoir suffisamment de volonté ! »

steampunk chair 07_zmgqz_22976_mWAth_17621

Mon ami m’a jeté son fauteuil roulant à la gueule, puis est parti s’entraîner au jeu de go. En quelques années, il devint champion dans cette discipline, et engrangea mass argent et célébrité.

Aujourd’hui, il est venu me retrouver. Assis en face de moi, entouré de ses amis handicapés joueurs de go et de ses gardes du corps, il tient dans ses mains un fusil de précision modèle HK G3SG/1, et je sais que je vais mourir.

La leçon à retenir de tout ça, c’est que oui : on peut se fixer des défis et les relever.

C’est justement ce que nous avons fait dans le Magazine 42 Numéro 17 (http:// 42lemag.fr/archive_n17.php).

Le thème, c’était :

Les défis

On a dit aux lecteurs de nous proposer des idées d’article tordues et compliquées, on a tapé dedans (les idées, pas les lecteurs) et hop ! Ça a fait un numéro à peu de frais !

C’est idiot ce que je dis, on n’a jamais de frais pour nos conneries. Désolé, je suis pas très frais.

Et ça donné quoi ?

Pour commencer, je me suis auto-défié à faire des niouzes. Parce que d’habitude, j’en fais jamais.

Page 8 : Ninjas CAN catch you, if you are IRL.

Association très très drôle du meme « ninjas can’t catch you… » et d’une vraie histoire de faux ninjas ayant sauvé quelqu’un d’une agression.

Page 10 : Mettez un tigre dans votre chien.

Des Chinois + des animaux + des riches : pouvait-on rêver meilleur cocktail pour faire une news ?

Ça me fait penser qu’il faudrait créer une association pour aider les riches à dépenser leur thunes. Nan sérieux, quand on voit les conneries qu’ils achètent, on se dit qu’ils ont vraiment besoin d’avis éclairés.

Page 14 : Test du jeu vidéo « Fire Emblem : Seisen No Keifu »

Un défi d’article que m’a personnellement lancé Naity. Je l’ai relevé tant bien que mal. Je suis pas super doué avec les Tactical RPG. Du coup, j’ai pompé une grande partie des infos sur un site dédié. J’ai donné le lien dans l’article car je suis un mec bien.

C’est quand même un chouette jeu et je me suis plutôt bien amusé pendant ma courte partie. (« courte partie » ça veut dire que j’ai une petite bite, mais je vous emmerde tous. Attrapez la grippe A et mourez, merci)

Promis, la prochaine fois que je teste un jeu, c’en sera un que je connaîtrais vraiment. Genre « Might and Magic World of Xeen », évoqué dans mon article précédent, qui roxxe du fennec lvl 99 en mode berserk. Ou sinon je pourrais causer de Tempest 2000.

Page 66 : L’équarrissage des poneys et des licornes

Défi proposé par watashi. Je l’ai, cette fois-ci, relevé avec maestria (avec qui ? Hahaha. OK pas drôle). Y’a une bonne dose de n’importe quoi et de wtf. Mais vers la fin, je me permet une petite réflexion sérieuse et personnelle sur l’utilité de porter une attention spécifique aux corps des morts (animaux ou humains). Je trouve les ritualisations associées à cette attention d’un intérêt assez limité.

Quand un être cher meurt, la meilleure chose à faire serait de rassembler et garder des souvenirs de cet être. Ça peut passer par la construction d’objets plus ou moins symboliques : un album de photos, une pierre tombale, une statue… Ainsi ledit être continue à vivre grâce aux souvenirs. Mais le corps ! Qu’est-ce qu’on s’en fout ? Le macchab’ ne redevient pas plus vivant parce qu’on l’a foutu dans une boîte sous terre ou qu’on l’a empaillé !

Donc rien à branler, et tant qu’à faire, on peut très bien recycler la viande et les os. Surtout que tôt ou tard ça se finit forcément de cette manière.

Et sinon y’a Mark Gormley en guest star dans l’article.

Y’a un peu plus, je vous le met ?

Voici une fausse pub sans prétention, qui n’a pas été mise dans le magazine, parce que je l’ai faite trop à l’arrache. Pour qu’elle soit pas perdute, je vous l’empaille ici.

pub coupe du monde de footbajj

A l’époque c’était trop lol. Maintenant, la coupe du monde, c’est du passé. Ouais, les choses s’oublient vite dans notre monde magique virtuel. En même temps, quand elles sont lamentables comme la coupe du monde, c’est mieux.

Au fait, pour en revenir à ce que je disais au début : je ne suis pas mort. Mon ami revanchard handicapé joueur de go tire comme un pied. Et vu l’état de ses pieds. Hahaha.

Alors on a décidé de se réconcilier. Je lui ai acheté des jambes bioniques, et on a pu partir en pédalos cueillir des Miosotis. Non non, c’est pas une faute. J’ai bien écrit « Miosotis ».

miosotis claribel pedalos

miosotis claribel pedalos

Pour info, comme c’est la période des vacances et qu’on est des grosses feignasses, le prochain numéro paraîtra début septembre. Vous avez donc un mois supplémentaire pour relire les anciens, ainsi que tout mon blog en entier.

Vulture repellent doesn’t work !!!

Edit 2015-11-27 : en réalité, les DirtySprites de pygame fonctionnent. La taille de la zone à nettoyer est définie par la taille de l’attribut rect, et non pas par la taille de l’image du sprite. Ce n’est pas le même comportement qu’avec les RenderUpdates, et c’est documenté nul part. D’où ma non-compréhension. Tout est expliqué plus en détail dans une question que j’ai posée sur le site IndexError (http:// indexerror.net/79/pygame-groupe-sprite-layereddirty-renvoie-bons-rects-refresh).

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à lire cet article devenu obsolète !

 

Haha, ouais ! « Vulture repellent doesn’t work ». Ça kille, no ? C’est une private joke rien que pour moi.

Durant mes folles années, je jouais au jeu-fusion « Might and Magic 4 & 5 : World of Xeen ». Je l’ai terminé. Je vous en parlerais un jour.

Comme dans tout bon jeu de rôles, on peut discuter avec des gens dans des tavernes. Enfin disons qu’on les écoute déblatérer leurs conneries d’ivrognes, sans rien pouvoir répondre. Le jeu n’est pas non plus un modèle d’interactivité. (Hey ! Depuis quand les ivrognes sont interactifs ?)

hé, Yörgl ! Un ch'ti canon ?

hé, Yörgl ! Un ch’ti canon ?

Bref, à un moment, y’en a un qui beugle « Vulture repellent doesn’t work !! » Ah c’était quelque chose. J’avais la version CD-collector du jeu, avec les voies digitalisées de tous les dialogues. Elles étaient très bien faite, beaucoup d’accents variés et prononcés, des phrasés super bizarres : « Ayt’s alwèïze eu plésure teu see you, Ghôôsslayèrze », « The MejjjaDragon » … On sentait bien qu’ils s’étaient lachés sur les voix, et ça faisait chaud à la partie de mon cerveau « esthète du jeu vidéo ».

dans les RPG, on sauve des princesses

dans les RPG, on sauve des princesses.

Bref-bref, un ivrogne générique me gueule ça à la gueule, et je comprends pas du tout. Ça c’est éclairci un peu plus tard, quand je suis tombé sur des monstres appelés « Vulture Roc ». Pas évident à tuer ces saletés, du moins au niveau où j’étais. Or, dans la même ville que l’ivrogne, résidait un clampin vendant du « vulture repellent », à only 250,000 gold. Et il doesn’t workait, bien entendu.

Mais, euh.. Osef complètement ?

Stupidement, cette phrase m’a marqué. Le cri du cœur de ce personnage, sa sentence complètement insolite, l’intonation de sa voie… J’ai décidé d’en faire mon « internet meme » personnel. Maintenant, à chaque fois que je tombe sur un truc quelconque qui fonctionne pas, ce meme fait dzoing dans ma tête.

might and magic gardian tower schtroumpfs

Donc, acte :

pygame

dirty

sprites

doesn’t

work !!!

Comme vous ne le savez pas, en ce moment je fais joujou avec la libraire pygame, qui permet de faire des jeux rigolos en python. On y trouve une classe, fort adéquatement appelée pygame.sprite.Sprite. Celle-ci contient un attribut « rect », pour les coordonnées, et un attribut « image », pour haha l’image.

On peut mettre ces sprites dans des classes « Group », pour les afficher/rafraîchir en un seul appel de fonction. La classe RenderUpdates est un type de Group particulier, et est trop cool. Comment ça marche ?

  • Tu fous tes sprites dans ton RenderUpdates.
  • Quand il faut les effacer, tu lances RenderUpdates.clear(), en spécifiant l’image de background pour l’effaçage. Hop, à ce moment là, le RenderUpdates, il enregistre les positions et tailles de tes sprites. Où stocke-t-il ça ? J’en sais rien. Mais ça marche tout seul, c’est magique.
  • Tu fais toutes les conneries que tu veux avec tes sprites. (déplacement, changement d’image, sexe avec des écureuils…)
  • Quand faut les réafficher, tu lances RenderUpdates.draw().
  • Arrivée à cette étape, si t’es un bourrin de plâtrier, tu prends toute la grosse image que tu viens de créer (background + sprites) et tu blit le tout à l’écran. Plaf !!
  • Mais ne serait-ce pas plus économique et plus subtil de ne remettre à jour que les zones qui ont changées ? C’est à dire, les zones où se trouvaient les sprites avant, ainsi que les zones où ils se trouvent maintenant ? Oh si alors !
  • Noël !! Noël !! Cet opération est automatisée par le RenderUpdates. Quand tu fais un draw, il te renvoie une liste de rectangles sales (dirtyRects), indiquant les zones à réafficher.
  • Plus qu’à faire un petit display.update(), en filant directos la liste de dirtyRects. (Surtout pas de display.flip() de plâtrier bourrin). Et le tour est jouay !!! Ça marche, c’est simple, c’est optimisé, on est content.

Petit exemple de RenderUpdates

Le script python est à récupérer ici : dirtyno.py

Le fond de l’écran est vert. Il n’y a qu’un sprite : un carré rouge. Au début il est immobile, puis il se déplace vers la droite. C’est moche et saccadé. Et j’ai même l’impression que ça clignote, (ou alors c’est mes yeux). Mais on s’en fout.

Ca nous y fait ceci :

Là vous le voyez pas bouger, car c’est qu’une image. Pour avoir une émulation à peu près fiable du logiciel, Faites de petits mouvement de tête, comme un pigeon.

Comme je suis d’un naturel curieux…

Haha, quelle titre de merde !! J’ai toujours rêvé de dire ça un jour, en restant stoïque et avec un petit sourire en coin. Comme les gars qui se la pètent, mais sans en avoir l’air. Genre « hu-hu-hu je suis un type normal et tout à fait modeste, mais je suis d’un naturel curieux. Oooohhh, aimez-moi, regardez-moi comme je suis un mec bien, je suis un gentleman avec une petite moustache fine, je ne veux pas donner l’impression de me vanter mais je le fais quand même avec mes gros sabots dégueulasse pleins de boue. Je brâme ma vacuité dans vos oreilles. Brâââââhhhâââââ. Mon sperme est à vendre ! Une occasion unique de faire quelque chose de bien de votre vie ! Fabriquez un enfant ayant mon patrimoine génétique et admirez-le !! Pââââmez-vous, pââââmez-vous !! »

Et merde, encore raté.

Bref, moi et ma curiosité, on voulait juste voir le contenu de ces fameux dirtyRects. J’ai mis un print dans mon programme d’exemple, ça me donne ceci :

coucou !!!
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(10, 100, 50, 50)>]
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(10, 100, 50, 50)>]
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(10, 100, 80, 50)>]
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(40, 100, 80, 50)>]
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(70, 100, 80, 50)>]
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(100, 100, 80, 50)>]
mode normal. liste des rect a repeinturer :
[<rect(130, 100, 80, 50)>]

Le coucou du début, faites y pas gaffe. C’est mon init.

A chaque fois, la liste contient un seul dirty rect. Les valeurs numériques indiquent (coord_X, coord_Y, largeur, hauteur). Au début, le sprite ne bouge pas, donc le dirtyrect à rafraîchir lui correspond exactement. C’est normal.

Ensuite, la coordonnée X du dirtyRect augmente de 30 en 30. Normal, c’est la distance de déplacement de mon sprite, à chaque cycle.

On remarque aussi que la largeur du dirty rect passe à 80. Normal aussi. Le sprite a une largeur de 50. Le RenderUpdates a fusionné la position initiale (le sprite à effacer), avec la position finale (le sprite à afficher). 50 + 30 = 80. Toute la zone nécessaire est rafraîchie (toute ? oui). Ça se gère automatiquement, c’est super.

Donc ça marche.

Dirty Sprite. Ce n’est pas sale.

Quand on est un gars bien, avec une moustache fine, on sait qu’un niveau d’optimisation supplémentaire est possible. En effet, tous les sprites n’ont pas toujours besoin d’être rafraîchis à chaque cycle : si ils ne bougent pas et ne changent pas, pas la peine de les redessiner. C’est là qu’interviennent les dirtySprites ! Tadzam !

C’est comme les sprites normaux, sauf qu’un attribut supplémentaire est ajouté : « dirty ».

  • dirty = 0. Le sprite n’est jamais redessiné.
  • dirty = 1. Le sprite est redessiné une seule fois, puis l’attribut est automatiquement fixé à 0.
  • dirty = 2. Le sprite est toujours redessiné.

Pour avoir ce fonctionnement, il faut utiliser le Group « LayeredDirty », au lieu de « RenderUpdates ». OK c’est cool.

Comme je suis d’un naturel essayiste, j’ai repris mon programme tout moche, j’ai remplacé le group et le sprite, et j’ai fixé dirty à 2. Concrètement, quel est l’intérêt ? Aucun. Le sprite sera redessiné à chaque cycle, comme avant. Mais c’est juste pour tester.

Petit exemple de LayeredDirty

Voici le programme modifié : dirtyyes.py
Et à l’écran, ça donne quoi ?

But ! But !! It’s all fucked up !!! THIS IS AN OUTRAGE !!!

Quand au résultat du print, c’est pas mieux :

coucou !!!
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(0, 0, 400, 300)>]
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(10, 100, 50, 50)>]
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(10, 100, 50, 50)>]
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(40, 100, 50, 50)>]
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(70, 100, 50, 50)>]
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(100, 100, 50, 50)>]
mode dirty. liste des rect a repeinturer :
[<rect(130, 100, 50, 50)>]

Le premier dirty rect fait tout l’écran. Ça a l’air normal, car au début il faut tout rafraîchir. En vertu de quelle lubie pygame se décide à gérer ça maintenant, alors qu’il le faisait pas avant ? De toutes façons m’en fout, je fais un flip global à l’init. Pas besoin de leur connerie. Passons.

On retrouve les deux premiers dirtyRects du début, qui ne bougent pas. Jusque là OK. Ensuite, on se déplace de 30 pixels vers la droite. Mais la largeur reste toujours 50 ! What the fuck ?

Je ne vois que deux explications possibles : soit je suis idiot, et j’ai pas compris comment ça fonctionnait. Soit leur truc est buggé.

J’ai cherché de l’aide par-ci-par-là-lulé sur internet. Que d’alle. Et comme j’ai pas le courage de traduire tout mon blabla en anglais pour poser la question sur un forum ou sur leur IRC-mailing-list, je me contente de râler dans mon coin et d’en faire un article. Voilà.

Je terminerais avec bonnet-de-nuit-man, qui n’est pas très très content de toute cette gabegie :

bonnet de nuit man

M’en fout, je vais continuer de coder mes trucs sans utiliser cette connerie de dirtySprite. Bien fait. Et pour finir, une dernière image de notre plumpprincess :

plump princess

Fail !!!

Normalement, je fais un article de blog en fin de mois, qui ne parle PAS du magazine 42.

Comme ça, les gens lisent le numéro qui vient de paraître, sont subjugués par la pertinence et l’humour de mes articles, s’intéressent à moi, débarquent sur mon blog, lisent un article totalement nouveau et original, mais tout aussi bourré de pertinence et d’humour, pensent que je suis Jésus, et ma personnalité devient cotée en bourse.

Sauf que pour le Jésutage, ce sera pas possible tout de suite, on est tellement à la fin du mois qu’on en est au début, et j’ai pas le temps de mettre un nouvel article car j’ai une orgie ce week-end.

Pour me faire pardonner (Jésus pardonne, mais parfois, il demande aussi à être pardonné), voici la bande-annonce de quelques-uns de mes prochains articles.

  • Un algorithme de résolution des tours de Hanoï pour les gens atteints d’Alzheimer.
  • Les classes DirtySprite et LayeredDirty de la librairie pygame sont foireuses.
  • Les connards de boss ninja du jeu Cursed Treasure.
  • Et bien entendu, plein d’autres suprises secrètes, que je compte sortir dans quelques semaines, mais qui en réalité n’arriveront pas avant 6 mois.

anorei collins lexxxi luxe nun02

anorei collins lexxxi luxe nun06

Jésus revient, Jéééésus revient. Jésus revient parmi les seins.