« Raffarin pète-burne » Memorial Day #3

Le devoir de

mémoire !!

Eh, monsieur disque dur, t'as fait tes devoirs ?

M’sieur disque dur, t’as fait tes devoirs ?

Le 30 juin 2004, Raffarin décide de transformer le lundi de pentecôte en un jour « férié, mais non chômé, donc travaillé ». On sait pas précisément ce que ça veut dire, mais le but principal étant « se faire enculer ». Merci !

Je me permet d’honorer ici ce jour perdu, ce petit bout de temps libre que j’avais et que je n’ai plus. Oh ce n’est pas une perte gigantesque. Du temps libre, j’en ai encore. Seulement voilà, si j’oublie qu’on m’a spolié, ça risque de recommencer. Il est donc indispensable pour moi d’effectuer ce petit hommage un peu triste.

D’aucuns me diront que l’expression « devoir de mémoire » est normalement réservé à des événements plus grave, avec au moins un mort (si y’en a des millions, c’est mieux). Je répondrais à ces aucuns qu’ils n’ont pas le monopole de cette expression. J’ai, moi aussi, le droit de l’utiliser pour des choses qui me sont importantes. Je suis capable d’honorer plusieurs « devoirs » les uns après les autres, y compris les plus officiellement reconnus.

De plus, mon devoir comporte malgré tout un fragment de mort. En effet, je considère que cet enfoiré de Raffarin m’a tué à un taux de 1 / 365,25. Encore merci, monsieur le un 365,25ème de connard !

Vous allez bosser gratuit. Lol !

Vous allez bosser gratuit. Lol !

Un peu d’histoire …

EN 2004, la canicule fait des milliers de morts parmi « nos aînés ». Raffarin, qui n’en a strictement rien à branler des vieux, décide de faire semblant de voler à leur rescousse, en forçant les salariés à travailler gratuitement une journée par an. Le bénéfice ainsi dégagé par les entreprises est récupéré par l’État, sous forme d’une espèce de taxe prélevée par l’URSSAF, ou quelque chose comme ça.

Quelques années plus tard, on se rend compte que, malgré cette canicule, « nos aînées » sont encore décidément bien nombreux, et nous coûtent encore bien cher. Le successeur de Raffarin décide alors de foutre en l’air tout le système des retraites. Mais ceci est une autre histoire.

On voit donc ici l’habileté de notre grouvernement. Face à deux problèmes qui se seraient annulés par eux-mêmes, il décide de les résoudre séparément l’un de l’autre, à chaque fois en volant le temps ou l’argent du peuple.

En effet : le problème de la canicule, en tuant les vieux, aurait résolu tout seul le problème des retraites. Mais non, le gouvernement a décidé de faire chier tout le monde, parce que ça les fait bien rigoler.

Il semblerait donc qu’il soit moralement acceptable de tuer un 365,25ème de tous les salariés de France, mais qu’il ne soit pas acceptable de laisser mourir en entier quelques milliers de vieux. Bof, je suis pas convaincu.

Oui je sais, c’est pas gentil. Oh comme c’est inhumain de dire que les vieux doivent mourir ! Je ne suis qu’un petit connard de jeune arriviste qui ne pense qu’à son petit confort.

Seulement voilà :

J’ai une vie de merde. Je n’ai pas d’avenir. J’ai un travail de merde qui n’a aucun sens, qui pollue la planète pour rien, que je déteste, qui est mal payé, mal reconnu par « mes supérieurs », pas stable, et pour lequel je dois faire 2 heures de transport par jour. Ce temps de transport risque d’empirer du fait de la non-stabilité. Ce temps de travail risque de s’allonger à cause de cette histoire de retraites. À partir de là je dis ce que je veux et je vous emmerde.

Autre fait amusant : pour toutes les personnes (jeunes ou vielles) qui sont mortes dans mon entourage, je n’ai jamais réussi à être triste ni vraiment affecté. J’allais à l’enterrement, je faisait la tête de circonstance (d’enterrement), mais dans mes pensées personnelles, je laissais vagabonder mon cerveau où bon lui semblait. En général, je me retrouvais à calculer ma moyenne de mathématique, ou à élaborer des règles de jeux de rôles ou de jeux vidéos.

Il faut bien préciser que j’applique également à moi-même cette distance par rapport à la mort. Au train où vont les choses, il est possible que je crève la gueule ouverte, entre deux poubelles, avec des morceaux de vomi de dégoût séchés dans le coin des yeux, tout cela bien avant d’avoir atteint un hypothétique âge de la retraite. Je n’en aurais rien à foutre que ça m’arrive. Voilà.

Sur ce, place à la fantaisie et au rire, et revenons à notre devoir de mémoire.

Pourquoi un jour férié ?

Si le but c’est juste de récupérer de l’argent pour le donner aux vieux et/ou se le mettre dans sa popoche de popoliticien, pourquoi ne pas avoir tout simplement augmenté un impôt existant quelconque ? Ça aurait fait râler les gens, mais certainement moins que de se faire enculer un jour férié.

Que non ! Trop simple ! Pas assez alambiqué ! Ici, on ajoute un intermédiaire, ce qui permet au gouvernement d’arroser allègrement les vilaines grandes n’entreprises de le monde de le Travail. En effet, le bénéfice de faire travailler les salariées une journée gratuite est plus important que l’impôt supplémentaire reversé à l’État (http:// fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_de_solidarit%C3%A9_envers_les_personnes_%C3%A2g%C3%A9es#Cons.C3.A9quences).

Rigolo n’est-ce pas ? Oui mais comment justifier un tel stratagème ?

L’Europe bien sûr ! Il semblerait que les autres pays européens aient moins de jours feriés. Donc y’a qu’à s’aligner sur eux, et ta daaaaa ! C’est vendu !

Je me souviens de l’époque où je lisais les revues Astrapi et Phosphore. L’Europe était alors une « formidable aventure humaine », « un rapprochement des peuples sans précédents », « la garantie de la paix et de la prospérité ».

À un certain moment, je ne sais pas exactement lequel, l’espoir et la magie de l’Europe s’est effrité. Elle est maintenant devenue la justification politique de tous les trucs qui emmerdent les gens : le pourrissage de l’agriculture, le pourrissage des services publics, et bien d’autres choses encore. Ce n’est pas grave, y’a lui qui va certainement nous sauver de tout ça :

"I am in ur country, ... borf. Nothin' more."

« I am in ur country, … borf. Nothin’ more. »

Et la Pentecôte dans tout cela ?

Mon devoir de mémoire ne saurait être accompli jusqu’au bout si je ne racontais pas l’histoire originelle de cette célébration. Allons-y donc.

Jésus arriva déguisé en femme devant ses disciples. Il leur dit : « Clovis, roi des francs, demande aux chrétiens un impôt en poule, afin de financer la dévaluation de la monnaie unique qu’il vient de créer. Des poules, nous allons lui en donner, mais pas comme il l’entend. Apôtre Jean-Edern, toi dont le bras est le plus fort, verse-moi ce tonneau d’eau de pluie sur le visage ». Jean-Edern ne comprit pas, mais avec Jésus, il ne s’étonnait plus de rien. Il s’exécuta.

Jésus changea l’eau en vin au fur et à mesure qu’elle lui tombait dessus, et devint ainsi ivre. Il se mit alors à caqueter et à sauter à qui mieux mieux, tout en braillant : « Voyez, disciples. Je suis une vraie poule maintenant ! Bonne pour me trémousser le derrière dans les soirées branchées ! Livrez-moi à Clovis, comme si vous payiez l’impôt. »

Jesus bourré déguisé en poule. (il brille)

Jesus bourré, en poule. (il brille)

Lorsque Clovis vit la belle poularde bien montée qui s’offrait à lui, il s’écria « che panteu, che panteu ». Ce qui signifiait, dans son alsacien natal : « Je bande ! Je bande ! » De son côté, Jésus continuait de faire « cot cot cot !!! ». Ensuite, il accepta de se faire sodomiser par Clovis pour sauver toutes les poules de la Terre, et c’est ainsi que fut instauré le jour de la « Panteu-cot-cot ». Au fil des siècles, et sous l’action des moines copistes qui écrivaient en langage SMS, l’orthographe se modifia pour finalement devenir « Pentecôte ».

Clovis sodom' Jesus. (épée = allégorie de la bite)

Clovis sodom’ Jesus. (épée = allégorie de la bite)

C’est également à la suite de cette événement que Henri 4, qui était un mec bien, décida qu’au lieu de faire des impôts en poule, on pourrait faire des poules en pots. Et c’est de cette idée simple, mais très forte que naquit l’allocation universelle (http:// appelpourlerevenudevie.org/).

Voilà

Bon, il était un peu noir-politique cet article. Le prochain sera plus dans le thème geekeries, ce qui m’évitera de partir à la dérive. Je vous parlerais du vide dans les langages de programmation. (Mais entre temps y’aura l’article récapitulatif de 42, comme d’hab’).

Ah j’allais oublier : Gloria Sutters, la nouvelle égérie de mon blog :

gloria sutters glo-eff8983c537f1

Pour les anciens « Raffarin pète-burne » Memoriaux days, allez ici #1 et ici #2.

Edit 2011-07-03 : cet article avait été momentanément placé sous curatelle, dans la corbeille de mon blog. Il n’est réapparu dans le monde réel qu’aujourd’hui. La raison de cette neutralisation préventive vous sera donnée plus tard, peut-être.

2 réponses à “« Raffarin pète-burne » Memorial Day #3

  1. Paf, les sources des images.

    Un disque dur.
    http://cur.lv/jgq
    http ://www .extremepc.fr/actualite-2504-reportage-sur-la-recuperation-d-un-disque-dur.html

    Ça me rappelle les débuts de l’informatique, quand j’étais encore jeune (j’aime bien me la jouer vieux de la vieille). J’avais un pote métisse chinoix-français, sympa, mais un peu gamin, mais avec des putains de capacité intellectuelle quand même. Il faisait craquer toutes les filles. Enfin, on s’en fout. Il avait un ordinateur, et ça a été l’un des premiers à avoir internet chez lui tout seul. Et une fois, il s’est pointé tout fier avec un truc dans la main, et il m’a annoncé : « je suis sûr que tu sais pas ce que c’est ! » Je savais très bien ce que c’était : un disque dur. Et il était un peu étonné, mais pas tant que ça. J’avais déjà un peu la réputation du geek à l’époque. Je programmais en Pascal. (J’ai écrit un article de blog à ce sujet, retrouvez-le vous même). C’était vraiment bien cette époque de ma vie. J’avais plein de temps libre. Je codais des jeux, mes potes me considéraient un peu comme une star par rapport à ça. Je me souviens d’une conversation avec un gars en baggy qui faisait du demomaking. Et puis d’autres potes à qui je rédigeais des tutoriels de Pascal. C’était chouette. Je suis content d’être encore capable de me souvenir de ces trucs. Ça mériterait sûrement plein d’articles détaillés que j’ai pas le temps de faire pour l’instant.

    Un sablier qui s’envole.
    http://cur.lv/jgr
    http ://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Carmes_sablier_1.JPG

    Je trouve cette image très adaptée. Elle représente tellement bien mon propre temps personnel, qui s’en va car je me le fais voler pas des escroc et des charognards. Et après j’ai regardé la description associée. Il se trouve que le sablier qui s’envole symbolise la mort. Et j’ai déjà deux autres images dans ce même article qui ont la mort pour sujet. Je suis désolé pour toute cette déprime. J’ai bien conscience que c’est un peu too much. Mais je savais pas au début pour le sablier. Et de toutes façons, comme je l’ai déjà dit plein de fois : me prendre mon temps, c’est me tuer un peu. Et mourir, c’est partir beaucoup, oui merci, on était au courant. Allez la suite.

    Raffarin dans un discours désolant un anglais.
    http://cur.lv/1vk3j
    http:// web.archive.org/web/20100224080726/http://www.buzzraider.fr/2010/02/jean-pierre-raffarin-se-ridiculise-en-anglais-video/

    Parler autant de Raffarin sans mentionner sa performance lors du référendum pour la constitution européenne serait une terrible faute comico-historique. Vous connaissez tous, et si vous ne connaissez pas, courez cliquer le lien. « The Yes need the No to win against the No ». On comprend ce qu’il veut dire. Il essaie de s’auto-donner un petit peu d’humilité, de passer pour quelqu’un de respectueux envers ces adversaires. Mais après avoir compris ce qu’il veut dire, on réalise que c’est complétement con. Et que si il avait réussi à rendre son propos pas complètement con, ça aurait alors été complètement hypocrite. Merci monsieur le clown charognard voleur de vie !

    Des gens qui ont vaincu la canicule.
    http://cur.lv/jgt
    http ://pointofview.over-blog.com/article-531271.html

    Voilà, c’est ce que j’adore avec nos amis les humains. Les « médias traditionnels » nous rabâchent sans arrêt la même chose pendant plusieurs semaines, en utilisant des buzzwords à outrance (ici : canicule). Et les humains se sentent exaspérés par ce matraquage dans leur cerveau. Alors ils volent l’événement médatique, y ajoutent la touche d’humour irrévérencieux et sale-gossesque comme nous les humains on aiment bien, et le reprennent-détournent à leur compte. Ces gens reconquérissent pour votre bien-être la capacité à ne pas avaler comme des moutons tous les événements qui se présentent à nous. Ce sont des « hackers de l’attention ». Au même titre que les gens qui ont voté pour le village de Montcuq au Monopoly, ceux qui se moquent de la pub, ceux qui parodient, qui récupèrent, qui transforme, qui ridiculisent, qui se comportent de manière imprévue, etc. Vive les humains !

    Un mort avec sa bière et sa bite
    http://cur.lv/jgv
    http ://www .fugly.com/pictures/2138/death.html

    Donc comme annoncé, voici encore une image qui traite de la mort. Mais là c’est rigolo. Je ne vous apprendrais rien en vous disant que l’important n’est pas ce qu’on fait de vous quand vous êtes mort, mais ce que vous avez fait de votre vie tant que vous n’étiez pas mort. Rien à foune de savoir si votre cadavre doit être enterré, enmerré, crématoré, crucifié, mis sous verre, envoyé dans l’espace ou jeté en pâture à des cochons cannibales. Ce qu’il faut c’est rester classe jusqu’au bout. Et là, le type dans le dessin humoristique, il y est parvenu. Ici, la mort est rigolote. Ce n’est pas la méchante qui vole les gens pour que les survivants finissent triste et désespéré. C’est la gentille pleine de panache qui cristallise les gens classe au sommet de leur classitude, pour que leur souvenir reste à jamais dans nos disques durs personnels et dans nos cœurs. Et certainement pas au fin fond d’un cercueil à vendre ses doigts de pied aux enchères à des asticots, en échange d’un petit supplément d’âme.

    La mort qui fait « coucou ».
    http://cur.lv/jgw
    http ://airesnf.deviantart.com/art/Funny-Death-140909403

    Comme annoncé, voici encore une image qui traite de la mort. Mais là c’est rigolo. Ah ben comme l’autre image aussi. J’aime bien ce genre de dessin tout simple, fait avec des traits vectoriaux (vectoriels). Et en plus, va falloir bientôt que j’en fasse pour Kawax, mon prochain jeu. Sauf que ça fait plus d’un an que j’ai dit que je sortirais une version alpha. Putain je suis vraiment dans la merde, avec tout ce qui traîne dans mon cerveau et que j’ai pas le temps de sortir.

    Philippe de Villiers
    http://cur.lv/jgx
    http ://www .20minutes.fr/article/332279/France-Xavier-Darcos-et-Philippe-de-Villiers-lancent-un-college-novateur-de-reference-nationale.php

    Je suis vraiment désolé pour cette image. C’est un peu n’importe quoi, et ça n’a un rapport que très éloigné avec ce que je raconte dans l’article. Mais je trouve l’image marrante, car 2-Villiers n’est pas centré. Il apparaît sur le côté, un peu comme un mec qui ferait genre : « hmmmm… Coucou. Vous ne vous attendiez pas à ce que je débarque ici ? Eh bien me voilà, si vous avez besoin de mes services pour des trucs au sujet de la France et tout ça, n’hésitez pas. Je suis une sorte de petit dablotin espiègle et magique qui peut régler un tas de problèmes rien qu’avec mon cerveau, un déguisement d’écureuil géant, et 20 centimètres-cube de sang de souris. À vot’bon cœur m’sieurs dames ». Après, le personnage en lui-même, il est complètement à côté de la plaque, concernant le monde en général et la France en particulier. Mais vous le saviez déjà.

    Le piaf magique de la Pentecôte.
    http://cur.lv/jgz
    http ://frederic.simon1.free.fr/pentecote.html

    Faaaaiiiis coooooommeu l’oiseeeaaaauuuu ! Ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oiseeeeeaaaauuuuu, d’un peu de chasse et de pêêêêêêêche l’oiseau !!! Et il passe sa vie à se faire chier-eeuu l’oiseeeeaaaauuuuuu, il a pas de jeux vidéééoooo-eeuuu l’oiseeeeaaaauuuu ! Il était quand même super fort Jésus. Mais j’ai jamais vraiment pigé pourquoi il changeait l’eau et vin. Enfin moi personnellement, je trouve ça cool parce que l’alcool, c’est bien. Mais dans le cadre d’une religion, d’une philosophie générale de la vie, tel que Jésus voulait faire partager aux gens, le changement d’eau en vin, what the fuck ? Ça aurait pas été plus percutant et noble de jouer un petit morceau de musique ? C’est vrai ça. Jésus, il écoutait quoi comme genre de musique ?

    Clovis qui pwnz.
    http://cur.lv/jh0
    http ://www .histoire-france.net/moyen/clovis-ier.html

    Suivez ce lien, et vous découvrirez, si vous ne le saviez pas déjà, que Clovis était quand même un sacré connard : susceptible, rancunier, violent, etc. C’est pas grave, au bout de 1000 ans, toutes les saloperies que tu ais pu faire sont oubliées, et tu deviens quelqu’un de super et magique. J’en veux pour preuve que le prénom « Clovis » n’est plus du tout choquant actuellement. (Coucou Clovis Cornillac). Tout ça pour dire qu’en l’an 3000 on pourra appeler son fils Adolphe, et tout le monde trouvera ça cool. Et Slobodan Milosevic aussi.

    Gloria Sutters
    http://cur.lv/jh1
    http ://www .bountifulbbw.com/

    Héhé, découverte un peu par hasard sur le gigantesque site bbwlover.net. L’une des plus grosses paires de nichons à ma connaissance (sans oublier Norma Stitz). En plus il tombe pas trop. Enfin si, quand elle enlève son soutif, ils tombent. Mais fortement moins que d’autres gros nichons moins gros. Donc c’est cool. Pour des vidéos, allez voir justement bbwlover.net. Y’en a des biens, qui étaient gratuites à une époque. Je ne sais pas si c’est encore le cas.

    Gloria Sutters
    http://cur.lv/1vk3i
    http:// web.archive.org/web/20100211081301/http://bigtittytube.com/comments/15553/Gloria_Sutters/

    Encore une autre image de Gloria. C’est rigolo « Gloria Sutters », ça fait un mix entre « Gloria Suckers » et « Gloria Sluts ». Mais j’ai pas trouvé de vidéo dans laquelle elle jouerait une pute qui suce. On ne peut pas tout avoir. Et puis y’a de grandes chances que ce soit un pseudo. Sinon ben j’ai pas grand chose à dire de plus sur cette dame que je n’ai déjà dit dans la description de l’image précédente. Alors on va raconter n’importe quoi. Nous sommes les petits lutins-radiateurs de la planète tout-sauf-radiateur, et on blurp, et on blurp, et on blurp-blurp-blurp. (Phrase à prononcer avec un air de musique primesautier dans la tête).

    Et hop, encore un commentaire de n’importe-quoi-t-isé. Youpi, plus que 11 avant d’avoir tout remis à jour !

  2. Pingback: “Raffarin pète-burne” Memorial Day #4 | Réchèr : le Grand Tout

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s