Ça destructure du schtroumpf clignotant à coups d’extincteur !!

Alors ces fêtes, bien ou bien ? Si vous avez chopé la gastro ces deux dernières semaines, sachez que c’est de moi qu’elle est partie. Ouais, je suis le patient zéro. Me remerciez pas, c’est naturel. (J’espère que je ne vous apprends rien lorsque j’annonce qu’une gastro, c’est naturel).

schtroumpf_pompier

Schtroumpf destructuré à coup d’extincteur.

Je me dois de vous expliquer l’origine du titre croquignolet de cet article. Pour cela, il faut remonter à un peu plus avant dans le temps.

Un peu plus avant

Je suis (du verbe suivre) avec une assiduité certaine le blog geeko-pythono-sexo-philosophile « Sam & Max ». Dans un de leur récent article, ils listent des services, gratuits et payants, permettant d’héberger des applications web (http:// sametmax.com/quel-hebergement-web-pour-les-projets-python/).

Je cherchais ce genre d’infos, car j’ai quelques petites idées de bidouilleries à offrir à l’internet. Malheureusement, je n’ai aucune expérience dans ce domaine. Figurez-vous que, malgré tous les trucs informatiques étranges que j’ai fait jusqu’à maintenant, je n’ai jamais eu besoin de créer/tuner/jackiser intégralement un site. Les services préconçus existants m’ont toujours convenu : ce blog, le magazine 42, SourceForge, InLibroVeritas, Ulule, IndieDb, etc.

Il y a longtemps de cela, je m’étais fait un site perso (avec un fond vert), hébergé par Alice/Tiscali. C’était du HTML statique, et je n’avais pas profité de toutes les folles possibilités de customisation offertes, alors que y’avait moyen d’y mettre du javascript, et peut-être même du php. Je n’ai pas honte de ce site perso, il brahmapoutrait du pingouin Linux freudien à la kqlqsh. C’était simplement une autre époque.

Or donc, pour tester et découvrir ces services d’hébergement, j’ai créé un expressionotron, c’est à dire un générateur de phrases d’exclamations époustouflantes. Et c’est ce que j’ai utilisé pour obtenir le titre de cet article.

J’ai codé la chose en python, avec la librairie Flask, et je l’ai encastré chez PythonAnywhere. Allez-y voir, et n’hésitez pas à marteler à outrance la touche F5, afin d’avoir une foule de formules cosmopolites à ressortir « en société » : http://recher.pythonanywhere.com/expressionotron

Des pythons (flasques) dans des flasques

Des pythons (flasques) dans des flasques.

Un peu après, mais quand même toujours avant

Fier de mes exploits, je poste un commentaire chez Sam & Max, annonçant la toute nouvelle existence de mon œuvre. Le concept est accueilli à bras ouvert, et Sam (le chien) me suggère de créer un twitter bot émettant une phrase à la con par jour.

Je connais encore moins les twitter bot que les bidouilleries web, mais puisque je suis en phase « découverte de nouvelles teshnologies », je me lance dans cette entreprise.

Comme on pouvait s’y attendre avec le fabuleux langage python : il y a une librairie pour ça. Elle se nomme, et c’est fort à-propos : twitter (http:// code.google.com/p/python-twitter/).

Cerise sur la choucroute, les gentils lutins de chez PythonAnywhere l’ont pré-installée. Quelques recherches internetienne, quelques lignes de code, quelques tests, et voilà-t-y pas qu’un robot à touitte sort vaillamment de mon cerveau (à défaut de sortir d’un robot-utérus fait en métal liquide).

Le premier twitter bot, créé en 1739

Le premier twitter bot, créé en 1739.

Je vous invite donc à consulter, et surtout à vous abonner au compte suivant : https://twitter.com/expressionotron

Je suis bien content d’avoir réalisé tout ça. J’ai découvert des nouveaux trucs, et je peux maintenant mettre sur mon CV : « expert en programmation web ».

Ces exploits ne méritent pas vraiment un article décrivant en détail les aspects techniques. De la documentation sur Flask et Bottle, il y en a à la pelle (voire à la bouteille). PythonAnywhere a son propre tutoriel intégré dans le site. Quant au twitter bot, j’ai trouvé assez rapidement un exemple, incluant du code et des infos sur les mystères de l’OAuth. Il est par là (http:// wilsonericn.wordpress.com/2011/08/22/tweeting-in-python-the-easy-way/).

Si vous insistez en me mettant plein de commentaire, je ferais un tutoriel maison ici. Mais honnêtement, je pense que vous n’avez pas besoin de plus que ce qui existe déjà ici et là. Bonne débrouille !

L’idée originale de l’exressionotron ayant été piquée chez nioutaik, je l’ai bien évidemment crédité. Je me suis également fendu d’un joyeux clin d’œil : l’avatar du twitter bot est une version pixel-art-paint minimaliste de l’OMG-tortoise, égérie (s’il en est) de l’expressionotron nioutaikien (http:/ www. nioutaik.fr/index.php/2007/09/06/386-l-expressionotron).

Coïncidence ? Mmmhh... Pas sûr.

Coïncidence ? Mmmhh… Pas sûr.

Et pour après ?

J’ai envie d’améliorer le concept, mais je ne le ferais que si des gens s’y intéressent, et sont prêts à flatter mon ego en échange de mon travail. Car : oui ! C’est du Travail !

Au fur et à mesure que le twitter bot atteindrait de plus en plus de followers, j’augmenterais les fonctionnalités et la diversité des phrases rigolotes. Voici les étapes prévues :

  • Si j’ai 24 followers, je corrige les fautes d’orthographes, j’améliore la gestion de la seed, et je rajoute 50 verbes, 50 noms, 50 adjectifs et 50 trucs de fin. Sachant qu’il y a actuellement une centaine de chacun de ses éléments.
  • Pour 30 followers, je libère le code du site et le mets sur github. Mais je ne libèrerai pas encore les listes de mots.
  • Pour 40 followers, je corrige les fautes d’accord entre les noms et les adjectifs, et j’en profite pour rajouter une cinquantaine de noms, majoritairement féminin.
  • Pour encore plus de followers (nombre restant à déterminer), je rajoute encore des mots, et je les regroupe par champ lexical. Vous pourrez alors générer une expression spécial Star Wars, spécial Magic The Gathering, spécial jeux de rôles, etc. Vous pourrez également mixer plusieurs champs lexicaux.
  • Pour encore-encore plus de followers, je publie les listes de mots des premières versions, je rajoute d’autres champs lexicaux, je crée une interface permettant de construire manuellement son expression en piochant ce qu’on veut.
  • Il est certainement possible de trouver encore plein d’idées bien débiles. Les possibilités d’extension sont infinies.

Il y a déjà 14 followers, la première étape devrait être franchissable, j’ai bon espoir.

Alors, venez vous agglomérer, petits twittos. Faites comme les mannequins du site Scoreland, mettez-vous en file indienne et suivez-moi !

score_sixpack14

Ni avant, ni après, mais d’autre part

J’ai écrit deux articles de pythonneries sur le blog de Sam et Max. Je vous en parle plus tard.

Le magazine 42 est paru depuis le jour de la fin du monde. C’est le dernier numéro. Notre aventure s’arrête là. Il y aura bien sûr un petit article récapitulatif de ce que j’y ai fait, et quelques explications de cet arrêt.

Seed expressionotronatoriale du titre de cet article : 183058273_001

Seed du brahmapoutrage des pingouins Linux : 238201767_001

On va pas se laisser brahmapoutrer comme ça ! Quak quak !

On va pas se laisser brahmapoutrer comme ça ! Quak quak !

Dernière minute, de type « et merde ! »

Pas merci à ce putain de WordPress, de foutre automatiquement des liens là où j’ai absolument pas demandé qu’il en foute, et que faut justement PAS que y’en ai. Putain de bordel de connerie de truc de daube. C’est trop demander d’avoir juste du TEXTE SIMPLE dans un article comportant du TEXTE SIMPLE ?

Donc à partir de maintenant, les liens en clair, que je mets à côté des liens avec intermédiaire publicitaire, seront écrits en gris, italique, et SANS LE H DE « HTTP » ! Sinon ce connard de WordPress me les transforme automatiquement en lien cliquable, et je veux justement pas qu’il le fasse ! Je veux obliger les gens à cliquer sur les liens à pub, tout en donnant quand même la cible du lien, si jamais un jour l’intermédiaire publicitaire sus-mentionné a un problème, me claque entre les doigts ou me supprime mon compte pour une raison quelconque.

Et maintenant je vais devoir reprendre TOUS mes articles, pour corriger cette connerie. SUPER WORDPRESS, SUPER ! J’avais exactement besoin de ça ! Putain, heureusement que c’est gratuit, sinon je serais VRAIMENT en train de râler !

Plus qu’à espérer que personne n’invente de protocole intitulé « ttp », sinon je suis bon pour tout re-re-faire. TROP BIEN ! ÇA DÉPUCELLE DU ZOMBI NEURASTHÉNIQUE À LA PELLE À TARTE ! JE SUIS TROP HEUREUX!

Edit 2013-11-24 : Bon, j’ai trouvé une astuce un tout petit peu moins dégueulasse. Si je colle des espaces en plein milieu de l’URL, ça vire la mise en forme automatique. C’est ce que je suis en train de faire, sur tous mes articles.

11 réponses à “Ça destructure du schtroumpf clignotant à coups d’extincteur !!

  1. Source des images (Je mets du blabla débile avec modération, car ça n’intéresse personne) :

    Le schtroumpf extincteurisé
    http://cur.lv/eusy
    http ://wedding814.blogspot.fr/2010/04/houston-pt-4.html

    Alors en fait c’est pas du tout un extincteur, mais une bouche à incendie. Du coup, tout ce que je dis n’a aucun sens, comme d’hab’. Mais bon, trouver une image d’extincteur bleu avec un truc blanc au dessus genre bonnet, c’est pas évident. Des extincteurs bleus, y’en a. Des bleus avec le bonnet blablablablanc, y’a pas. Tiens ça me fait penser aux accords des adjectifs de couleur. Y’a un tas de règles à la con stipulant que faut mettre un S dans ce cas ci et pas dans ce cas là, même si c’est au pluriel. Bon, j’en ai rien à foutre et je mets des S là où j’ai envie que y’en ait. Vous allez voir que bientôt, les règles orthographico-grammaticales vont imposer d’écrire les adjectifs de couleur dans la couleur de l’adjectif. (On écrira « bleu » en bleu, « rouge » en rouge, etc.)

    Des pythons (flasques) dans des flasques
    http://cur.lv/4xn49
    http:// dangerousminds.net/comments/asian_snake_venom_wine_its_a_real_thing

    Alors je me suis demandé si « flasque », dans le sens « bouteille », était un anglicisme, ou si c’était un mot présent depuis des centaines d’années dans la langue française, avant même que les anglais existent et qu’ils viennent nous envahir. Je n’ai pas cherché la réponse à cette question. Puis au bout d’un moment, je me suis arrêté de me la poser. Problème résolu !!

    Canarautomate
    http://cur.lv/eut0
    http ://www .toplessrobot.com/2009/06/the_7_greatest_robots_of_the_early_modern_world.php

    Et donc il paraît que c’est un automate qui pouvait digérer et chier de la nourriture pour de vrai. Vous allez me dire, quel rapport avec l’oiseau de twitter, qui est de la race des mignons bublidou bleu, alors que là, c’est un canard ? Ce à quoi je répondrai : je m’en fous, je suis un canard ! (Référence à une blague à propos de la vache folle, enfin tout ça est un peu éloigné. Mais ça me fait penser à une nana qu’avait mis cette phrase dans le Mat’matronch’ de l’UTBM de je-sais-plus-quelle-année. Mais je la connaisais pas plus que ça. On s’en fout non ? N’empêche, euh… Ah c’était une autre époque. Pas la même que celle de mon site vert, mais pas loin. Faut que je raconte quelques souvenirs. Promis, je le ferais. En attendant, je vais peut-être fermer cette parenthèse ?)

    OMG tortoise
    http://cur.lv/eur5
    http ://www .nioutaik.fr/index.php/2007/09/06/386-l-expressionotron

    Donc là, vous l’aurez compris, cette image est un « photomontage » de l’OMG Tortoise en vrai, et de sa version pixel-art-dégueu. Nan en fait c’est pas du tout un photomontage. J’ai fait ça sous Paint. Je suis un expert en Paint. Différentes versions, le Paint.NET et le normal. J’ai vu toutes les vidéos des « Paint hacks ». Sans déconner, je cartonne. Je le mettrais aussi sur mon CV, ce talent (Achille talent). Sinon, l’OMG Tortoise, en elle-même, elle est sympa. Je l’ai interviewé une fois, elle m’a dit que sa célébrité soudaine est arrivée inopinément, et très vite. Mais elle a su le gérer correctement. Au lieu de faire des émissions de téléréalité et des faux suicide comme Loana, elle est devenue rentière culturelle. Pour chaque phrase générée par l’expressionotron, elle gagne un centime de feuille de salade. Là, sa fortune est faite. Comme Houellebecq, qui a dit dans un interview qu’il était « libre ». Ça ne veut pas dire qu’il faut devenir Houellebecq.

    Dames en file indienne de chez Scoreland
    http://cur.lv/eut1
    http ://www .bigboobsalert.com/scoreland-six-pack.php

    J’en ai chié pour trouver cette image. Je voulais des belles nanas à gros nichons en file indienne. Sauf qu’en indiquant ça dans un moteur de recherche, on trouve rien, parce que quand on tape des trucs en français dans un moteur de recherche, on trouve, de toutes façons, jamais rien. Alors j’ai essayé de chercher la traduction anglaise de « file indienne ». Évidemment, cette grosse daube de Google Translate répond « indian file ». Merci ducon. Donc j’ai cherché, j’ai tapé n’importe quoi en terme de termes de recherche : « bbw piled », « big tits line », « fat ass stacked » (oui, je cherchais aussi des empilements verticaux, pas forcément horizontaux, tant qu’à faire). Et à un moment, j’ai eu mon épiphanie, et pis Fanny m’a dit que « file indienne », ça se traduisait en « line-up ». Et là j’ai trouvé tout de suite. C’est là qu’on se dit que ces crétins de moteur de recherche ont encore un gros boulot d’amélioration. Et je suis pas sûr que cette tarte à la crème qu’est le « web sémantique » va apporter quelque chose. Mais j’y connais rien. Qui vivra verra ! (Sauf les aveugles, et les zombis, qui vivent pas, mais qui verra quand même).

    Les pingouins qui ont l’air méchant
    http://cur.lv/eut2
    http ://imfunny.net/badass-penguins/

    C’est marrant cette prolifération d’oiseaux dans le monde de l’internet. On parle tous le temps des chats, des chats, des chats. Mais en terme oiseliers, on a le bublidou bleu de twitter, le pingouin Linux, les angry birds et … Ah non c’est tout. Ah (non)² !! Il y en a un autre. L’oiseau de démonstration de Autodesk Animator. Un vieux-vieux logiciel d’animation 2D sous DOS. Avant même qu’internet n’existât. Mais c’est pas grave, il est quand même dans le monde de l’internet. Car y’a plein de gens qui étaient fan d’internet avant même qu’internêt n’existâÂÂâåÅÅt

  2. Comme beaucoup d’autres, j’ai lu tes commentaires explicatifs.
    Sauf que moi, je te dis:  » Et bin oui, je les ai lus. Voila! »
    Je me rends de ce pas voir ce machinotron, qui m’a l’air d’etre hautement utile, pour ne pas dire indispensable.

  3. Bon, je reviens de l’expressionotron.
    C’est bien ce que je craignais …!…!…!……%…………!!!!

    Ceci dit, j’ai cliqué sur le lien sensé te faire gagner des bitcoins.
    Y’avait …Rien !
    Ah oui, merdrre, j’ai Addblock !
    Je l’enlève…Y’a des trucs !?!?! J’y comprend: ab-so-lu-ment-rien!
    Mais bon, l’important, c’est que je les ai vus..non?

    Pour te followarder, il faut un followardeur. Hélas, je n’ai pas de touiitaire, ni de phasseboucque.
    Et de toutes façon, je n’entrave que dalle au followardage.
    Je compte sur l’habileté des autres participants pour parvenir aux chiffres fatidiques qui te ferons cracher le morceau. ….à+.

  4. Haha, voici notre roro national !

    Merci beaucoup de lire tous mes beaux commentaire explicatifs avec n’importe quoi dedans.

    Pour le lien à bitcoin, c’est effectivement peut-être la faute à AdBlock. En tout cas, chez moi ça marche, et les dixième de millièmes de bitcoin affluent régulièrement sur mon compte, donc tout va bien.

    Quand ça marche, ça t’emmène vers un site sponsorisé au hasard, qui te prend un petit morceau de ton cerveau. Ensuite, un bouton apparaît en haut à gauche, te permettant d’aller vers la véritable destination du lien. Cette destination étant l’article « écueil des liens avec pub », rien que tu ne connaisses pas déjà.

    À la fin, le site gérant les pubs revend tous les petits morceaux de cerveau récupéré chez les gens, et me reverse une partie des bitcoin gagné. C’est beau l’économie !

    T’inquiète pas pour le followardage, je trouverais bien des gens qui voudront le faire. Il m’en manque encore 8. Et si ça marche pas, c’est pas grave. J’ai plein d’autres projets bien débiles sur le feu.

    Bonne année au fait, il paraît que c’est la coutume.

  5. Salut l’écureuil,
    ça a marché, mais j’ai du atterrir sur un commerçant austromoldave, dont la page de pub a été faite à » l’indienne ».
    Hey, je pense à un truc:
    Tu sais que je fais des petits progs. Y’en a un qui est pas mal c’est: « Babylone » que tu peux tester là où tu sais.
    y’en a quelques autres qui sont au point.
    Si tu veux je peut en faire des .exe. Si tu sais où stocker, ça te fera du contenu.
    Moi, je stocke pas. Pas envie de gérer un blog, pas envie de dropbox. Stocker « dans les nuages » c’est dangereux ( ça peut nous tomber sur la G…le un soir d’orage.)
    Bref, je suis un cochon de « lurker ».
    Mais si je peux participer au « Net Contenu » (sans me casser le bol)
    pourquoi pas?
    Mais bon, aprés, faut faire gaffe au copyright. Parce que ,je pompe les images sans me poser de questions. En partant du principe que si on veut pas que ses images soient utilisées, on n’a qu’à pas les mettre sur le net.
    J’ai demandé une permission une fois, j’ai reçu une réponse en deux ligne. En retour,j’ai enrichi leur vocabulaire. Mayrde alors!
    Note: Quand tu publiera le code, n’oublie pas les commentaires.
    Allez ….Salut. à+.

  6. Ça gaze, gus ?

    Je viens de publier un autre article de blog. Je peux maintenant consacrer un peu de mon temps libre à du glandouillage improductif, et de la « veille technologique ».

    Je m’en vais donc regarder ton Babylone. Je te ferais un rapport de con-sultan de l’informatique sur où tu sais, ou ailleurs.

    Pour les images, je suis d’accord avec toi. Y’a juste un truc auquel je fais super gaffe : le droit à l’image, justement. Y’a des gens, ils se font prendre en photo à leur insu, et la photo se retrouve sur internet sans qu’ils aient rien demandé. C’est pour ça que je ne mets jamais de photo de « quidam moyen » sur mon blog. Il y a des gens célèbres, il y a des mannequins rondes qui ont sciemment mis leur photo sur internet pour en retirer de l’argent (et c’est tout à leur honneur), mais il n’y a pas d’inconnu(e). Car on ne peut jamais savoir si les inconnu(e)s ont été d’accord lorsqu’ils ont été pris en photo.

    Pour la publication du code de mon expressionotron, c’est pas encore gagné. Je n’ai que 18 followers pour l’instant, et ça stagne. Mais sait-on jamais…

  7. Pour tester « babylone » ou autre chose , il te faut le langage.
    Fais gaffe de prendre JustB, et pas LibertyB, qui te mets un rootKit de gestion de durée d’essai.
    J’espère que t’a Wine sur ton usine à gaz de Linux. Car le bazar ne marche qu’avec Windoze.
    D’ailleurs, je me demande si un exe marcherait sous nunux, je vais le rajouter dans le zip. …..à+

  8. Et voilà, je t’ais répondu « ou tu sais » !

    Pas eu besoin de recompiler le code, ni même de télécharger un quelconqueB, le .exe marchait très bien. Pour info, je suis sous Windows, tel le bon petit crypto-bourgeois néo-capitaliste que je suis. J’ai jamais trop touché au Linuxeries.

    Une fois j’ai essayé d’installer Ubuntu en étant bourré, j’y suis arrivé, mais le wi-fi marchait pas. Bref, c’est une autre histoire.

    Et à ma connaissance, les .exe ne marchent pas sous Linux, c’est pas du tout la même tripaille à l’intérieur d’un exécutable Windows que d’un exécutable Linux.

    À plus !

  9. Salut l’artiste,
    J’ai bien vu!! Hey!, t’y a pas été avec le dos de la cul-lière.
    J’ai failli me faire hara-kiri.
    Ouaih, moi aussi, j’ai voulu installer « Fédora » dans « virtualBox »;
    J’ai eu un message: « Tentavive de destruction de l’IDE ».
    J’ai mis un sticker « Tête de mort » sur le CD.
    Il n’empêche que Windows me fait bien ch…r, et encore je ne suis que sous XP.
    J’ai testé « Seven, » « Vista » et « 8 », même mon petit fils n’en a pas voulu. Avec les termes « fleuris » de notre belle jeunesse.
    Mais il faut reconnaître que ces OS restent efficaces pour tenir les merles à distance des cerisiers.
    Bon, je me replonge dans mon usine à gaz avec ton cahier des charges. …….à+

  10. Salut Recher,
    Juste un mot pour te dire qu’au vu de ta « critique littéraire », j’ai fais des modifs.
    – Les params sont sauvés dans un fichier séparé, qui se charge automatiquement au lancement du jeu.
    – On peut modifier le nombre total d’objets en cours de jeu.
    – On peut dimensionner le jeu.
    – On peut sauver plusieurs parties.
    – La version anglaise suit les mises à jour.
    Sur le refresh, je m’y casse les dents. Et le gars qui pourrait m’aider a ses humeurs. Faut faire avec…
    Où publie-tu tes bidouillages ? Cachotier.
    Je refais le jeu en python…C’est pas gagné!!! ….à+.

  11. Pingback: Vive la liberté d’expressionotron | Réchèr : le Grand Tout

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s