#copinage : « sans droit ni loi »

Lulu les poilu(e)s !

Y’a des gens qui écrivent sur des blogs, d’autres sur du papier.

L’une des personnes écrivant sur du papier s’appelle Jacques-Yves Martin. Dit comme ça on a l’impression que c’est un pseudo. Franchement, quand on a un nom qu’est un prénom, on s’amuse pas à avoir un prénom qu’est un double-prénom. Enfin, sauf si on est un explorateur des grands froids (Jean-Louis Étienne, Paul-Émile Victor). Vous ne pouvez pas savoir si « Jacques-Yves Martin » est son vrai nom, mais ce n’est pas le plus important.

Et donc, sur du papier, il a écrit un polar, que j’ai lu et bien apprécié. Ça s’appelle « Sans droit ni loi » (https:// jacquesyvesmartin.com/sans-droit-ni-loi/).

On y retrouve des éléments de base assez classique : un policier menant une enquête, un suicide qui n’en est pas forcément un, des endroits glauques, etc. Sauf que Jacques-Yves Martin, qui n’a pas exploraté les étendues de Grande-Froidie, a eu l’occasion d’exercer le métier de policier. Du coup, son histoire est bien plus ancrée dans la réalité que d’autres. L’enquête s’étend sur plusieurs mois, au lieu d’être torchée en 3 jours par le super-sherlock de service. Des détails assez précis sont mentionnés : concernant la médecine légale, les indices présents sur un cadavre, l’administration policière, les procédures, etc.

Boris Thibert, le héros, est un justice-holique (il est accro à la justice). Alors là vous allez me dire que c’est banal, plein de personnages de polars sont comme ça. Mais c’est pas parce que quelque chose a déjà été fait qu’il ne faut pas le refaire à sa manière. En plus, un personnage justice-holique peut amener à des dilemmes moraux bien alambiqués : il pourrait glisser dangereusement vers la notion de vengeance, ou s’opposer à d’autres justice-holique n’ayant pas la même justice, etc. Les dérives potentielles sont innombrables.

Étrange mise en forme du texte

Les pensées internes du héros, ses réflexions, ses doutes et ses difficultés à s’affirmer sont écrites en italique et entre guillemets. D’autres parts, les pensées intimes du narrateur données en confidence au lecteur sont écrites en italique sans guillemets. Je ne suis pas sûr que ce soit les conventions standards, mais ça ne me dérange pas. De manière générale, j’aime bien voir la typographie un peu secouée par des nouvelles règles (cohérentes ou pas). Rappelons que dans les débuts de ce blog, il n’était pas rare de voir du texte changer de couleur pour montrer les moments où je craquais mon slip dans le but de l’accrocher fièrement au bout d’un bâton de majorette tel un étendard portant glorieusement les couleurs du ᵐ°uᵛₑᵚₑᴻt brownien gastrique (ha ha ha, mouvement « brownien » gastrique,  HAHAHAHAHA-HAAA !)

Hrrmm… Broumf. Je ne sais pas si je suis très clair avec ces histoires d’italique et de guillemets. Je vais donc vous montrer un exemple. Afin de ne pas vous spoiler l’histoire, il est de mon cru, inspiré de faits réels.

Réchèr entra dans le bar et jeta un regard circulaire pour repérer les gens intéressants.

« J’adore les volumineuses fesses de cette femme assise là-bas. »

La femme en question employa toute son attention à ne pas prêter attention à Réchèr.

Il aurait tant aimé être le tabouret de bar sur lequel elle était assise.

Il commanda une bière avec une paille et une touillette.

Vous voyez la subtilité ? La phrase en italique+guillemets est à la première personne car ce sont les pensées internes du personnage. Celle en italique simple est à la troisième personne car c’est le narrateur qui partage une intimité avec le lecteur.

Bon et alors ?

Eh bien je trouve personnellement que les italiques du narrateur sont inutiles. Le simple fait de lire un texte implique automatiquement une relation intime entre le lecteur et le narrateur. Ce n’est pas la peine d’en rajouter. Revoici mon exemple :

Réchèr entra dans le bar et jeta un regard circulaire pour repérer les gens intéressants.

« J’adore les volumineuses fesses de cette femme assise là-bas. »

La femme en question employa toute son attention à ne pas prêter attention à Réchèr.

Il aurait tant aimé être le tabouret de bar sur lequel elle était assise.

Il commanda une bière avec une paille et une touillette.

Je sais pas vous, mais moi je trouve ça plus fluide et moins insistant.

Un petit bug

C’est pas grave du tout, mais ça heurte ma sensibilité d’enculeur de mouches informaticien. L’histoire fait mention d’un « logiciel de cryptage ». Le mot « cryptage » ne devrait pas être utilisé. Explication rapide :

  • Pour rendre un message secret, on le « chiffre », en utilisant une « clé » (qui est un peu comme un mot de passe).
  • Pour retrouver le message original à l’aide de la clé, on le « déchiffre ».
  • Lorsqu’on tente d’obtenir le message original sans en avoir la clé, on le « décrypte ». C’est une opération plus ou moins faisable selon l’algorithme de chiffrement, la complexité de la clé, etc.

Le terme « cryptage » n’a donc aucun sens. Il voudrait dire qu’on rend un message secret sans avoir de clé, alors que c’est justement ce qui sert à chiffrer. Plus de détails par ici (https ://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement#Terminologie).

Sinon, le logiciel de chiffrement dont il est question est « TrueCrypt », et il semblerait que ce ne soit pas le plus fiable. (https:// www. howtogeek.com/203708/3-alternatives-to-the-now-defunct-truecrypt-for-your-encryption-needs/). Mais c’est un autre sujet et rien n’interdit d’inventer des personnages qui s’en servent.

Le mec au whisky

Attention, dans ce chapitre je vous spoile la première page. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop.

L’histoire débute par un mec qui boit du whisky.

Or figurez-vous que je connais personnellement l’auteur. Il m’avait demandé de relire et corriger une première version de son texte, ce que je fis, en échange de quelques dix-millièmes de bitcoins.

Dans cette première version, le mec de la première page buvait du Martini. Je lui ais suggéré que ça faisait un peu boisson de tafiole, du coup il l’a changé. Je me sens super important d’avoir eu cette petite influence.

Je vous laisse acheter et lire le livre pour découvrir le rôle que tient ce fameux « mec au whisky ».

Et sinon Jacques-Yves vient de sortir un deuxième livre : Ode à Caïssa (https:// jacquesyvesmartin.com/la-deuxieme-enquete-de-boris-thibert/).

Si je trouve le temps de le lire entre deux verres de bière (je bois pas de whisky, je suis une tafiole), j’en parlerais ici même.

« Sans droit ni loi » est un polar, mais il ne comporte pas de détective, contrairement à cette image.

8 réponses à “#copinage : « sans droit ni loi »

  1. Les sources des images :

    La couverture du livre
    http://recher.pythonanywhere.com/urluth/?u=la
    https ://jacquesyvesmartin .com/sans-droit-ni-loi/

    C’est super glauque-la-classe. Un escalier, un mec avec un pantalon classe qui y descend. Par contre les traits sur les murs sont un peu inhabituels. En général, quand on pose des briques, ça fait des traits horizontaux. Et là, par rapport aux escaliers et aux pieds du mecs, ils sont verticaux. Après, c’est pas totalement irréaliste. Des fois, on met des cloisons sur les murs et ça fait des traits verticaux. Mais c’est zarbi. C’est peut-être fait exprès pour l’image, pour avoir des lignes de champs qui lui donnent une profondeur, genre profondeur glauquo-classe, tu vois. Mais quand même, c’est zarbi.

    La dame assise sur deux tabourets de bar
    http://recher.pythonanywhere.com/urluth/?u=lc
    https ://fr .pinterest.com/pin/388998486542250474/

    Je trouve ça vraiment chouette. Par contre ça doit faire bizarre. Les deux tabourets peuvent bouger indépendamment l’un de l’autre, et du coup on a l’impression d’avoir l’anus et/ou le vagin qui s’ouvre un peu. Moi personnellement j’aime pas être assis sur deux trucs différents, j’ai toujours peur que ça fasse un appel d’air dans mon anus. Euh, j’aurais du écrire ça que dans ma tête, et pas sur l’ordinateur. Tant pis. Ouais et sinon j’ai un peu coupé le haut de l’image, parce qu’on voit une partie du visage de la personne, et c’est clairement une photo personnelle et pas du tout un truc érotico-porno-mannequin. Donc dans le cadre du respect du droit à l’image, j’ai complètement coupé le visage, pour diminuer le risque que quelqu’un la reconnaisse. Par contre j’ai pas coupé les fesses parce que c’est ça l’intérêt de l’image. Est-ce qu’on peut reconnaître quelqu’un à partir de ses fesses ? Est-ce qu’il y a des logiciels de reconnaissance de fesses ? Je sais pas.

    Une femme qui rend visite à une autre femme détective
    http://recher.pythonanywhere.com/urluth/?u=ld
    http ://www .2busty.net/2015/detective-nadine-jansen-hitomi-tanaka/

    Bon, là, pas de souci de droit à l’image, ce sont des modèles de l’internet : Nadine Jansen et Hitomi Tanaka. Y’a d’autres photos d’elles où on voit beaucoup plus qu’elles ont des gros seins. Mais là, je voulais quelque chose d’un peu plus raffiné et culturel. En tout cas, l’image est forte à propos par rapport à l’article, n’est-ce pas ? Polar -> détective -> nichons. Moi je trouve que ça le fait bien. Et j’aime beaucoup la petite robe de Hitomi. D’habitude, j’aime pas les robes, parce que ça cache les formes. Mais là, c’est classe, raffiné et culturel. Bon, gros bisous, je vous laisse.

  2. Bon, après la lecture de plusieurs de tes articles (que j’ai fort apprécié, même si parfois l’informatique reste un univers un peu obscur et que ma passion ne s’oriente pas pour les femmes bien en chair, mais j’aime bien l’humour, et comme tu utilise l’humour, bah j’trouve ça chouette) je me lance pour mon premier commentaire… Et donc, j’aimerai savoir, c’est un pseudo ou son vrai nom ? Et comme tu le connais personnellement, tu dois bien le savoir… enfin j’imagine (je viens de me rendre compte que je t’ai tutoyé, et sans même te connaître, ce doit être la magie d’Internet, cela dit le vouvoiement sur un commentaire serait peut-être un peu de trop).

  3. Merci pour ce commentaire, personne du voisinage.

    Effectivement, je sais si c’est un pseudo ou son vrai nom. Mais je trouve ça plus rigolo de ne pas le dire. Pour faire genre « moi je sais quelque chose et pas vous. »

    Mais sinon, le plus simple, c’est d’aller sur son blog et de lui demander directement. Je pense qu’il te répondra.

    À plus !

  4. Pour ton exemple, il eût été mieux venu d’écrire : « La femme en question employa toute son attention à ne pas en prêter à Réchèr. » Ça aurait fait un genre de zeugma parallèle du plus bel effet. A part ça tout à fait d’accord sur la démonstration qu’illustre l’exemple.

    Sinon la dame du milieu de l’article, je la vois bien encadrée dans une galerie avec en sous-titre « Allégorie – Le cul entre deux chaises », en tout cas y’a une performance artistique ça c’est clair.

  5. Oui, y’a une répétition du mot « attention ». Mais justement, je trouvais ça vachement plus drôle de mettre cette répétition pour bien insister dessus.

    Il doit certainement exister un nom de figure de style pour désigner ce truc. Genre : « la-répétition-qu-on-aurait-pu-supprimer-mais-qu-on-la-laisse-pour-bien-montrer-que-c-est-une-répétition-totalement-assumée-parce-que-lolilol ». Mais avec des « y » et des « h » dans le nom de la figure de style, parce que ça fait toujours vachement mieux.

  6. Soit ; dans ce cas je propose d’appeler ce petit cousin bâtard du zeugma, le zeugmeh.

  7. Ah … Donc là je viens de réaliser, après vérification, que « zeugma » est un vrai mot, et non pas un assemblage de lettre au hasard pour créer un mot bizarre, comme par exemple « schmurtz », « blorp » ou « traderidera ».

    Et du coup, ma blague super drôle de « je propose de créer un nom de figure de style avec des y et des h dedans » tombe plus ou moins à plat, puisque tu viens, juste avant, de donner un vrai nom de figure de style, qui plus est avec un « z » dedans.

    Ouais donc là j’ai fait n’importe quoi. Désolé, j’ai tout fucked-up la conversation. Mais sinon, l’idée du mot « zeugmeh » est intéressante.

    Bon, je vais me coucher du coup. Bonne nuit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s