Seins et poitrines inhabituels (pour ce blog)

Je vous avais promis deux articles pour le mois de février. J’ai échoué. Ce dimanche, mon ordinateur affichait la date « 28/02 ». L’article était bien avancé, je me suis dit que j’aurais largement le temps de le finir. Et d’un seul coup, on est passé au « 01/03 ». Calendrier grégorien de merde.

Comme vous le savez, j’aime les femmes rondes, les grosses fesses et particulièrement les gros seins. J’en saupoudre généreusement des images ici.

Il y a quelques années/mois, j’ai appris l’existence du Scar Project et du mouvement « no bra », qui m’ont tous les deux fait réaliser que ce serait bien d’équilibrer et de varier un peu mes bêtises.

Alors pour une fois, voici d’autres types de seins. Inhabituels, hors normes, hors formes, cassés, en panne, absents, mais toujours avec une personne derrière. Je vais essayer de faire ça dans le respect et la dignité. C’est pas gagné car ce ne sont pas des notions énormément mises en avant dans ce blog. Je fais avec.

Cliquez sur les images pour consulter les sources. Il n’y a pas spécialement d’ordre ni de logique dans les chapitres. À priori, je n’ai pas trop fait d’entorse au droit à l’image, mais si certaines photos n’ont pas leur place ici, dites-le moi, et je les enlèverais.

Réduction mammaire

Commençons par quelque chose de pas si inhabituel que ça. Une personne trouvant ses seins trop gros et qui décide de les réduire par de la chirurgie.

Deux mini-seins en plus des deux seins habituels

Ça arrive, c’est de naissance. Ils se situent sous les bras. Ça s’appelle « accesory axillary breast tissue ». Je n’ai pas trouvé la traduction en français.

Troisième (ou plus) téton

Il s’agit d’une particularité moins taboue que d’autres. Démocratisée grâce à je-ne-sais-plus-quel James Bond. En tout cas, Lily Allen en a un, qu’elle n’hésite pas à montrer.

(Je n’ai toutefois aucune idée de qui est cette « Lily Allen »)

Vous pouvez avoir plus que trois tétons, et ce n’est pas réservé aux femmes.

Oui, tant qu’à faire, cet article comporte également des poitrine d’hommes.

Des femmes rondes avec des seins de taille normale

Ben oui, toutes les femmes rondes n’ont pas des gros nichons.

Voici Danielle Bex :

Et Anna O’Brien, qui s’est dupliquée sur la même photo grâce au super-pouvoir de Photoshop/Paint.

Hypermastie / gigantomastie

Les seins vraiment très gros peuvent être considérés comme une pathologie, qui est officialisée par un article dans Wikipédia.

Ça n’affecte pas forcément les deux seins de la même manière, ce qui nous amène au chapitre suivant.

Asymétrie

Sans forcément aller dans les extrêmes, toutes les paires de seins sont plus ou moins asymétriques. Comme tout le reste du corps, qui n’est jamais parfait. Personnellement, mon testicule droit pend toujours plus que le gauche.

Les asymétries de seins trop prononcées peuvent être corrigées (ou pas) par de la chirurgie.

Le syndrome de Poland

Il s’agit d’une maladie rare, de naissance, qui affecte un côté du corps. La poitrine, mais aussi parfois la main, ne se développe pas assez.

Il est possible de se faire implanter une prothèse (ou pas). En revanche, les implants de tétons, ça n’existe pas vraiment, mais on peut se faire poser un « faux téton ».

Des gens déguisés en seins

C’est pas parce qu’il n’y a aucune raison de faire quelque chose qu’on doit s’empêcher de le faire.

Trois seins, comme dans Total Recall

Jasmine Tridevil (devinez quoi, c’est un pseudo !) s’est fait implanter un troisième sein, pour, entre autres, avoir sa propre émission de télé-réalité. Voilà voilà.

Le mouvement « no-bra »

Il a pour but de suggérer aux femmes de ne plus porter de soutien-gorge. Ce mouvement existe depuis plusieurs années, et s’est renforcé suite aux divers confinements, durant lesquels la tenue vestimentaire et les conventions sociales sont moins prédominantes.

Des études ont montré que les muscles qui tiennent les seins se développent plus quand on ne met pas de soutien-gorge, ce qui fait qu’ils ne « tombent » pas autant que ce qu’on pourrait croire.

Évidemment, sans soutien-gorge, on distingue les tétons à travers les vêtements. Ça peut choquer certaines personnes. En ce qui me concerne, ça ne me dérange pas, car j’aime bien les seins dans leur ensemble, tétons compris.

J’aimerais pouvoir vous promettre que si je croise une femme dans la rue ne portant pas de soutien-gorge, je ne me mettrais pas à la regarder bizarrement ni à m’attarder sur ses tétons. Mais je ne peux pas vous le garantir, car parfois, je ne peux pas m’empêcher de faire ce genre de choses même lorsque je croise une femme portant un soutien-gorge. Oui je sais, je suis un con.

Le mouvement « free the nipples »

On pourrait considérer que c’est le niveau suivant du mouvement « no-bra ». L’idée étant que puisque ça ne choque pas que les hommes puissent être torse nu, les femmes devraient aussi pouvoir l’être.

Je suis pour, évidemment.

J’ajoute que le fait de pouvoir se promener entièrement à poil (homme ou femme) mériterait d’être étudié.

The Scar Project

C’est une série de portraits de femmes ayant survécu à un cancer du sein. Les photos ont une intention exactement inverse des photos médicales que j’ai mises dans l’article. On voit les visages, les décors, éventuellement d’autres gens, et on peut essayer de deviner la personnalité de ces femmes.

Ces deux intentions, médicales et artistiques, m’ont semblé toutes les deux intéressantes. Voici donc quelques photos du Scar Project

Ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère que ça vous a interpellé un minimum, et que ça vous a éventuellement plu. J’essayerais de refaire des articles du même genre à l’occasion. La ligne éditoriale blog-globale de ce blog ne changera pas pour autant, avec majoritairement des images de femmes rondes, de big asses et de gigantic boobs.

Je n’ai aucune idée du sujet du prochain article, je finirais bien par trouver un truc à l’arrache. Ce sera possiblement encore du Squarity.

Bisous sur les tétons, ou ailleurs pour les personnes qui n’ont pas de tétons.

5 réponses à “Seins et poitrines inhabituels (pour ce blog)

  1. Félicitations pour cet effort de diversité de poitrines!

    Pour le méchant de James Bond, il s’agit de Scaramanga (https://fr.wikipedia.org/wiki/Francisco_Scaramanga) dans L’homme au pistolet d’or.

    La première photo me semble un peu malhonnête car le avant-après n’est pas fait dans les mêmes conditions (sans puis avec soutien-gorge).

  2. Merci mon cher Stéphane !

    Moui, effectivement, la photo du début est pas la meilleure.
    Eh bien c’est justement l’occasion de rappeler le mouvement « no-bra ».

    Quand y’a pas de soutien-gorge, les seins tombent un peu plus, mais on ne devrait pas considérer ça comme quelque chose de choquant.

    À plus !

  3. Excellent article, comme d’habitude, merci. C’est grâce à des blogs comme le tien que j’apprécie encore un peu Internet.

  4. Merci à toi Enzo Enzo, la chanteuse si talentueuse des années 1980 !

    À moins que ce soit le diminutif de Menzoberranzan, la cité des elfes noirs dans Donjons&Dragons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s