Une cheat-sheet de Gems of War

Ma chérie est fanne du jeu Gems of War.

Wesh t’as vu lecteurtrice, comment j’ai écrit le mot « fan » au féminin ? Tellement trop je suis woke-compliant.

Gems of what ?

Il s’agit d’un Match-3 « Freemium ». Ça veut dire que vous pouvez dépenser votre argent pour des bonus, si vous êtes un pigeon. L’idée étant de profiter d’un jeu garantissant à priori un minimum de qualité, puisqu’il y a des gens payés pour le développer, sans que vous ayez besoin de payer vous-même puisque des pigeons le font pour vous.

J’aime bien le Freemium, j’aime bien les jeux de Match-3, ma chérie aime bien aussi, et j’aime bien ma chérie.

Le principe de Gems of War est assez simple : deux équipes s’affrontent. Vous matchez des gemmes pour récupérer du mana et charger vos personnages, qui peuvent ensuite lancer leur sort. Les sorts infligent des dégâts, modifient l’aire de jeu ou ajoutent des statuts. C’est une sorte de Elements of Arkandia en beaucoup plus élaboré.

Il existe beaucoup de statuts, certains positifs que vous donnez à vos personnages (barrière, bénédiction, rage, …), d’autres négatifs que vous infligez aux autres (poison, malédiction, gel, …). Ce n’est pas toujours évident de se souvenir de tous leurs effets ni de leur représentation visuelle dans le jeu.

Le halo violet sur le dragon de gauche signifie qu’il est enchanté. La flamme au-dessus du « 27 », sur la bestiole de droite indique qu’elle est en train de cramer. Il ne vous reste plus qu’à savoir ce que ça implique.

Alors j’ai fait une grande image regroupant ces statuts. J’y ai ajouté deux autres petites infos :

  • des motifs de match-4 remarquables, permettant de jouer plusieurs fois de suite,
  • l’ordre des éléments dans le mini-jeu Treasure Hunt (qui est une sorte de NaturalChimie en plus simple).

Je vais faire imprimer cette image en poster et je l’offrirais en cadeau à ma chérie. Classe !

La voici, si vous aussi vous voulez la mettre sur un poster, un mug, une descente de lit, un tatouage, …

Cliquez dessus pour la voir en grand.

C’est fait avec Paint.Net, que j’utilise parfois pour dessiner quelques sprites à l’arrache.

Cette œuvre étant assez conséquente, ça m’a donné l’occasion de découvrir quelques fonctions de ce logiciel que je ne connaissais pas. J’arrive maintenant à produire des effets visuels pas trop dégueux par rapport au temps que ça me prend (comprendre : ça me prend deux minutes et c’est tout juste acceptablement regardable).

En tout cas, on ne me fera pas utiliser Photoshop. Ça coûte une téra-blinde pécuniaire + une téra-blinde temporelle (le temps que vous devez investir pour apprendre à vous servir de l’outil).

Paint.Net utilise un format de fichier spécifique : le .pdn. À ma connaissance, c’est juste une suite d’image .png superposées en layers. Mais c’est pratique, ça permet d’organiser et d’éditer séparément les différents éléments de votre rendu final.

Comme je suis gentil, je vous donne les .pdn intermédiaires que j’ai créés. Vous pouvez en reprendre des morceaux, les décortiquer, les imprimer pour les mâchouiller, bref en faire ce que vous voulez. Il y en a pour quelques méga-octets, j’ai donc été obligé de balancer le tout dans un répertoire de mon fucking Google Drive.

Et Squarity alors ?

J’essaie d’avancer la road-map, mais j’ai du mal à trouver du temps pour ça, comme d’hab’. En plus, là il faut que je crée encore un autre jeu pour l’anniversaire d’un pote, et j’en suis à peine à la recherche d’idées.

Il est marié, il a un fils et une fille. J’aimerais bien faire quelque chose qui implique ces 4 personnes. Je m’étais dit, peut-être une sorte de Lost Viking, où on dirige alternativement les 4 personnages, chacun ayant une capacité spéciale. Ou sinon, rien à voir : un tetris avec 4 types de blocs différents (un par personne). Lorsqu’on crée un carré de 2×2 contenant ces 4 types, il disparaît. Est-ce que ça ferait un jeu jouable ?

Qu’en pensez-vous ? Auriez-vous une autre idée bien meilleure que celles que je viens d’énoncer ?

Pour vous aider à réfléchir à tout ça, je vous met une image de Margaret Gem(s of War).

Tchô !

Dessins de l’Ovuliaire 2019

Yo-ho-hoooo.

Comme promis le mois dernier, voici mes petits dessins réalisés lors du dernier événement corporate : l’Ovuliaire 2019.

Tout d’abord, une tour. À noter que les trois oiseaux sont une référence très lointaine à la série de BD Rork, de Andreas Martens.

Dessin d'une tour de magicien avec des oiseaux et une Lune géante

Et ensuite une algue géante croisée avec un poulpe. Mascotte À-Fleurs, en voyant ce dessin, m’a dit : « oulàlà, mais c’est un peu du hentaï, ça ».

Euh… Non. C’est juste que récemment, je venais de me refaire le jeu Day of the Tentacle. Mais bon, qui suis-je pour juger les pensées hentaï de mes collègues ?

Comme toujours quand je publie un article avec des dessins, j’en ajoute un qui n’est pas de moi et qui représente des femmes rondes. Celui que je vous propose aujourd’hui est un Robert Crumb, dessinateur de comics américain underground. Je l’ai découvert dans les BD de Scott McCloud. Il aime et dessine des amazones avec des jambes musclées et des seins tout à fait honorables.

Zouplaï.

L’article de ce mois-ci est un peu petit. Mais celui du mois précédent était long, alors pouet-pouet.

Encore des petites icônes en pixel art

Et hop, c’est cadeau.

J’ai refait un jeu de piste pour amuser mes collègues de ConcreteWorld.🌏. Pour être précis, c’est un challenge de hacking. Un peu comme ce qu’on trouve sur le site root-me.org.

Je n’ai pas voulu vous montrer mon précédent challenge, car il est pourrissable et je préfère ne pas l’ouvrir au grand public.

Je ne peux pas non plus vous décrire le challenge que je viens de créer, car il révèle quelques vulnérabilités d’outils utilisés en interne dans la boîte. Rien de grave ni de tonitruant, mais je vais éviter de brailler ça sur tous les toits.

Pour vous consoler, je vous donne tous les petits icônes que j’ai dessinés pour les flags intermédiaires.

J’en ai profité pour ajouter la catégorie « dessins » dans ce blog. Va falloir que je reparcours tous mes articles pour les recatégoriser. Ça me rappellera quelques souvenirs. Chouette.

Ces icônes pixel-art ont été fait sous Paint.Net. Paint, ça permet de faire de la peinture. La peinture c’est bien :

Ah, et sinon, je me suis inscrit sur root-me. Mais pour l’instant je n’y ai pas fait grand-chose. Peut-être plus tard.

 

À la chopraine ! Comme on disait dans les années 90.