Pourquoi je crée Squarity ?

Lors d’une enième conférence de coaching en création de startuffe, un quelconque corporate-bullshiste officiel a dit : «start with ‘why’, not with ‘what’ or ‘how’».

Ce n’est pas ce que j’ai fait avec Squarity. J’ai starté with « on-va-d-abord-s-assurer-de-la-faisabilité-technique-de-l-idée », car compiler du python en live dans un navigateur web, c’était pas gagné d’avance. Maintenant que je suis à peu près sûr que ça fonctionne, je peux continuer with « why ».

Vous trouverez dans mon repository de doc le texte officiel détaillant ce why et les spécificités de Squarity par rapport à d’autres moteurs de jeux.

Il y a d’autres raisons, plus intimes, provenant de l’adolescent immature que je suis. Je ne les ais pas mises dans le texte officiel, car ça pourrait dérouter des personnes qui ne connaissent ni moi, ni Squarity.

Mais si vous êtes sur ce blog et que vous ne vous êtes pas encore enfui, il est fort possible que vous me connaissiez déjà un minimum, donc que mes bêtises plus intimes ne vous choquent pas. Ce qui nous amène à :

« Pourquoi je crée Squarity ? » version adolescent immature

Les raisons sont à peu près classées de la moins bizarre à la plus bizarre.

Puzzlescript

Le déclic a été provoqué par PuzzleScript. En découvrant cet outil, je me suis dit que son potentiel était énorme, mais qu’il manquait tous les à-côtés : un espace d’échanges, une doc plus fournie avec des exemples commentés, un système de débug plus élaboré, des tests unitaires, des vraies images pour les sprites, etc.

J’étais parti pour forker/contribuer au projet et apporter progressivement ces à-côtés. Mais je me suis aussi souvenu de cet article de Sam et Max, expliquant que créer des « Domain Specific Language » est souvent une idée à la con, et qu’il vaut mieux créer une API sur un langage existant (au hasard le python). Ce que je suis en train de faire.

Un DSL pour tous les serpents (pas que les pythons)

Anna Anthropy et ZZT

Souvenir de mes années collèges.

Je joue à Jill of the Jungle. Un petit readme publicitaire y est inclus, mentionnant le jeu ZZT et son éditeur de niveaux. C’est du mode texte, ce qui est techniquement cheap, même pour l’époque. Je remise ce souvenir au fond de mon cerveau pour un éventuel rappel ultérieur. Je passe à d’autres choses, principalement : mater les seins de mes camarades de classe.

Il y a deux ans, alors que l’idée de Squarity commençait à germer dans mon esprit, je tombe sur la collection de livres « Boss Fight Books ». L’un d’eux, écrit par Anna Anthropy, a pour sujet ZZT. Je me fait offrir ce livre pour mon anniversaire, dans le but de parfaire ma culture concernant les jeux dotés d’un éditeur de niveaux.

Je découvre Anna, les histoires qu’elle a traversées, son engagement pour la diversité culturelle et la fanzinicité des jeux vidéos, la foisonnance de mondes ZZT que des adolescents déversaient sur les serveurs BBS. Je me sens bizarre en lisant l’histoire de Drako et son « Edible Vomit », je me vois dans le trou qui aurait pu être comblé « if only you had committed more », j’ai une petite larmichette à la dernière page où elle se remémore avoir échoué à récupérer 5 symboles de Venus violets.

J’aimerais avoir le soutien de Anna Anthropy pour Squarity. Je n’ose pas la contacter pour l’instant, car le projet n’en est qu’à ses débuts. Plus tard, peut-être.

J’ai récemment fini « Caves of ZZT » et je m’attaque à « Town ».

Nostalgie de ma renommée Turbo Pascalienne

Au lycée, je créais des petits jeux et des animations en Turbo Pascal. Je vous en ais parlé, et j’ai publié une partie de ces vieux trucs.

Je les mettais sur des disquettes et les distribuais à mes potes. Ils trouvaient ça génial. J’ai donné des cours à certains d’entre eux. J’étais une putain de re-sta. Auprès d’une catégorie très restreinte de lycéens, certes, mais une putain de re-sta quand même.

Il faut donner le plus de moyens possibles aux ados actuels d’expérimenter la démarche de créer des choses en informatique et de les partager. Ce ne sera pas sous forme de disquettes ni de programmes Pascal, mais si ça peut être sous forme de jeux dans Squarity, ça me rendrait très heureux.

Renommée, renommée… Qui es-tu, renommée ?

Augmenter ma capacité à finir mes projets

Comme vous le savez, j’ai un historique créatif assez fourni : jeux, dessins, textes, … Cependant, mon ratio « projets vraiment terminés / projets envisagés » est très peu glorieux. Je ne me fais plus d’illusion, je sais maintenant que j’ai du mal à m’investir dans un projet personnel sur du long terme. Mes plus hauts scores ont été le dessin animé Pru-Pra-Prok et le jeu Blarg, qui ont chacun duré une année (pour un résultat hautement discutable). Ma participation au Magazine 42 a duré plus longtemps, mais je considère ça comme un enchaînement de petits projets, et non pas un seul gros.

Face à mes difficultés à rester motivé sur du long terme, j’ai logiquement décidé de me lancer dans un gros projet de long terme, dont la finalité est de m’aider à créer des petits projets de court terme, à savoir, des jeux dans Squarity.

Comment ça, c’est pas logique ?

L’hôtel Ryugyong : un projet pas fini, mais lumineux.

L’amour, bordel ! L’amour !

Souvenir de mes années lycées.

Je suis amoureux d’une fille. Je passe plusieurs mois à penser à elle sans rien oser faire. Puis je lui écrit une lettre d’amour. Une envolée lyrique classique, mais franchement pas dégueue. Avec le mot « princesse » dedans.

Sauf que je n’ose pas venir lui en parler. Je ne lui montre aucun signe d’intéressement. À tel point qu’elle se demande si ce n’est pas une blague, si ce n’est pas un crétin random qui a écrit cette lettre pour se foutre de ma gueule et/ou de sa gueule à elle.

Il faut que j’en parle à mes potes (ceux mentionnés précédemment, qui me considèrent comme une re-sta), mais même ça, je n’ose pas le faire.

Alors je crée un jeu, sur le même principe qu’Atomix, en 3D iso et avec plusieurs étages. Je place une lettre du prénom de mon amoureuse sur chaque étage, puis je construis un niveau à partir de ça (du level design de dingo !). Je montre ce jeu à mes potes, qui découvrent la vérité.

Quelques jours plus tard, j’envoie l’un des potes révéler à cette fille que ce n’est pas une blague et que je suis vraiment amoureux d’elle. Encore quelques jours plus tard, dans un ultime boost de courage, je vais moi-même lui parler. Comme vous vous en doutez, elle me congédie poliment.

On n’est pas sorti ensemble. Puis j’ai perdu les fichiers du jeu. À moins que je ne les ais consciemment effacés. Je ne sais plus.

Un jeu vidéo n’est qu’une solution parmi d’autres pour révéler un amour, directement à la personne concernée, ou par pote interposé. La seule solution dont j’étais capable à l’époque. J’aimerais que Squarity soit un moyen pour plein de gens d’exprimer plein de choses.

Elle était magnifique comme ça.

Ma dépendance à la création de jeux

J’ai une dépendance légère au jeux vidéos, mais aussi une dépendance à la création. Je suppose que ça provient de mon indécrottable désir d’auto-flattage d’égo, et peut-être aussi d’une certaine envie de pouvoir suprême. La première fois que j’ai compris le concept de la programmation (alors que je ne savais pas programmer), j’ai réalisé que ça pouvait faire de moi un Dieu. Un Dieu d’un monde limité à un écran, mais un Dieu quand même.

Alors j’ai pris tous les outils de création de jeux qui me tombaient sous la main et j’ai fait tout et n’importe quoi avec. J’ai …

  • dessiné des décors de Saphir,
  • fait de l’Ascii Art sur un TO7-70,
  • modélisé un début de château avec 3D Construction Kit,
  • créé un cosmo-shoot et un casse-brique-Metroidvania avec Klik’n Play (les sauvegardes se corrompaient toutes seules, ce logiciel est une arnaque),
  • architecturé des niveaux de Doom (la compilation plantait avec le message « nodes will be inaccurate », DoomCad est une arnaque),
  • organisé des enchainements d’événements improbables dans Incredible Machine,
  • produit une suite complète de niveaux de Logical,
  • bidouillé des maps de Warcraft 2,
  • imaginé un gigantesque jeu dans le style Tiny Skweeks, avec des dizaines d’éléments,
  • level-designé un niveau de Jama-Jama (jeu qui a disparu de l’internet),
  • raconté un début d’aventure épique dans Drod,
  • conceptualisé un langage universel permettant de formaliser des règles de jeu de Match-3,
  • programmé des jeux en Pascal, en Delphi, en C++, en python, en PuzzleScript, en slip, en fer, en enfer,
  • j’en oublie.

Alors voilà. Squarity est l’aboutissement de tous ces trucs, en même temps que le démarrage d’un tas d’autres trucs. Venez, on va s’amuser !

Tout a commencé dans une piaule de cet acabit.

Squari-tutoriel !

À l’arrache ce mois-ci pour l’article de blog. Mais j’ai quand même du contenu à proposer. Comme on dit dans les basse sphères le la société : « chose promise, con tenu ».

Une fois de plus, c’est à propos de Squarity.

Voilà, j’ai fait un petit tutoriel, qui vous accompagne dans la création d’un sympathique petit jeu de soko-ban.

Vous n’avez pas besoin de connaissances en python pour le suivre. Il est assez long, mais super facile. Il suffit de copier-coller des bouts de code. Il y a parfois des questions, dont la réponse arrive peu de temps après, pour ne pas bloquer les gens. Ça ne vous apprendra pas le python, mais avec un peu de chances, ça vous donnera envie de programmer des jeux dans Squarity, et par ricochet, d’apprendre le python.

J’ai essayé de destiner ce tutoriel à des jeunes (collèges, lycées). Mais je ne sais pas du tout si c’est adapté et si ça marcherait avec une population de ce type. J’ai pas de collégiens/lycéens à portée de main. À une époque, je donnais des cours de python à un petit groupe, et à des stagiaires de découverte d’entreprise. Ça passait plutôt bien. Mais bon, je vais pas vous raconter ça maintenant. Peut-être dans un autre article, si je le juge digne d’intérêt.

Et vu que ce tutoriel permet de créer un soko-ban, je me suis dit, mettons ce jeu directement à disposition ! Ainsi fut fait.

Un format enfermant

Le sachiez-vous ? il existe un format de fichier pour décrire les niveaux de soko-ban. Que j’ai bien entendu respecté : un dièse pour un mur, une arobase pour le personnage, etc.

Il y a juste un truc qui m’embête : le format préconise d’entourer le niveau par des murs. Je suppose que ça part d’une bonne volonté, ça permet de bien délimiter la zone de jeu, et de ne pas obliger à spécifier ses dimensions. Mais je trouve ça dommage.

Comme vous le voyez sur l’image ci-dessus, le niveau a une ouverture en bas. Les 4 niveaux que j’ai mis dans mon jeu en ont une. Ça ne respecte pas le format, et c’est inutile. Si vous vous déplacez jusqu’au bord de l’aire de jeu, il ne se passe rien.

Mais ça modifie un tout petit peu la narration et le ressenti pour la personne qui joue. Le personnage n’est pas enfermé. Il n’est pas condamné pour toujours à pousser des caisses. Avec cette ouverture, on imagine que le personnage arrive, pousse des caisses, puis repart vers de nouvelles aventures. Ça laisse plus de place à l’imagination qu’une stupide prison hermétique.

L’une des choses que j’ai vraiment aimé dans le jeu Drod, c’est le monde ouvert. Vous avez des énigmes à résoudre, indépendantes les unes des autres. Mais elles sont toutes connectées ensemble dans une grande aire de jeu. Vous vous promenez où vous voulez et vous avez une certaine liberté dans l’ordre de résolution des énigmes. Je me serais beaucoup moins amusé si Drod avait été une simple succession de salles à réussir dans un ordre imposé.

Je suis actuellement en train de découvrir « Caves of ZZT ». On y trouve cette même idée de monde ouvert, qui me donne toujours envie d’aller dans les salles autour « juste pour voir », puis de résoudre la salle dans laquelle je suis, juste pour avoir accès à d’autres salles, et ainsi de suite.

Le level design, même pour des jeux aussi simplistes qu’un soko-ban, est super important. Il ne faut pas se contenter de placer les objets nécessaire à l’énigme. Il faut essayer de raconter une histoire, fut-elle si petite qu’elle tiendrait dans un quart de tweet.

Carte complète de Plankton, un jeu fait avec ZZT. Cliquez sur l’image pour en avoir plein d’autres

Michèle Tore !

Jeudi dernier, j’étais en train de faire l’andouille sur ma chaîne twitch et de me la péter avec mon tout nouveau tutoriel. Au cours de la discussion avec des ordispectateurtrices, on m’a demandé de faire un soko-ban « comme dans un niveau de pacman ». J’ai dit : « Ah ba ça, ça tombe bien alors ! on a déjà un pacman dans Squarity, je vais copier-coller la carte du niveau et tu l’auras dans le soko-ban ».

Après quelques modifications hasardeuses et un adaptation des caractères définissant le niveau, nous sommes arrivés à nos fins.

Et là, l’ordispectateutrice de tout à l’heure me précise que le terme « comme pacman » avait pour intention de signifier « quand le personnage va tout à gauche il se retrouve à droite et vice-versa ». Cette personne voulait un univers en tore bidimensionnel. J’avais mal compris.

Qu’à cela ne tienne, après quelques modifications supplémentaires, le soko-ban atterrissait dans un univers bidimensiotorique. Et moi qui dissertais tout à l’heure sur l’intérêt des mondes ouverts et l’importance de mettre une entrée/sortie, même fictive, eh bien là, le monde se retrouvait horriblement fermé puisque replié sur lui-même. Argh !!

En attendant, c’est plutôt rigolo, et ce serait super chouette si de gentilles personnes me créait des niveaux qui utiliserait cette particularité bidimensiotorique. J’ai partagé cette version du jeu, vous pouvez y jouer directement par ici.

Vous en avez peut-être marre de Squarity ?

Ça fait 6 articles et 5 mois que je ne parle que de Squarity dans ce blog. Peut-être que ça vous incommode, que « c’était mieux avant » quand je vous parlais de tout et n’importe quoi.

Désolé. C’est mon gros projet du moment. Il est possible que ça monopolise une grosse partie de mon temps libre des années à venir. Alors forcément, je le raconte ici.

Voici une proposition pour limiter un peu la squaritification de ce blog : pour le mois de février, je vous fait DEUX articles ! Un concernant Squarity, et un concernant tout autre chose. Ce sera sur un sujet qui me tient à cœur et que j’ai déjà mentionné une paire de fois : les nichons.

Et puisqu’il y aura deux articles, je vous propose une photo avec deux belles femmes : les jumelles Rocio et Lucia Mais. Pour le coup, c’est pas vraiment sur les nichons qu’il faut porter le regard, mais elles sont quand même magnifiques :

C’est à 9 secondes dans la vidéo d’origine.

À bientôt, puisque le mois de février, c’est dans bientôt.

Le serveur Discord de Squarity

Joyeuses fêtes. Comme d’hab’, le moment de Noël-Nouvel an est l’occasion d’avancer mes projets, because vacances, et c’est bien cool.

J’ai créé un Discord pour Squarity. C’est ici : https://discord.gg/D5SYnk8u3j .

Je m’en servirais pour publier les annonces de mise à jour. Il y a aussi divers espaces pour montrer les jeux que vous faites, poser des questions techniques, ou tout simplement parler de n’importe quoi.

C’est un début.

Si vous avez déjà un compte Discord, ce serait super sympa de venir, même si vous n’avez rien à raconter. Juste pour montrer qu’il y a des gens qui s’intéressent à ce projet.

J’ai également créé un compte sur un serveur mastodon, histoire d’avoir une bonne conscience auprès des libristes :
https://mstdn.io/@recher

J’annoncerai les mêmes choses sur le discord et sur mon compte mastodon. Vous pouvez vous raccrocher à un seul des deux, celui que vous préférez.

Hypothétiquement, il y aura un jour un vrai forum et des vrais comptes où on pourra enregistrer ses jeux, mais ça c’est pour une date indéterminée.

Un peu de couleurs pour finir l’année, avec Romekia Brown.

Iodification du python squaritien

Coucou ! Quatre fois n’est pas coutume, je viens encore vous parler de Squarity.

J’ai réussi à régler le problème de lenteur. J’ai lâché la librairie JS Brython, pour la WebAssembly Pyodide.

Argh, du code binaire !

D’aucuns-et-d’aucunes considèrent que les WebAssembly sont le mal absolu, car, tout comme le code binaire des fichiers exécutables, c’est non lisible par un humain. Ça va à l’encontre de l’un des dogmes du web, qui énonce que tous les composants d’un site doivent être analysables, même si cette analyse peut être compliquée. Le HTML, le javascript, le CSS, le JSON sont écrits avec des mots, et non avec des nombres. C’est en partie en raison de ce dogme que les navigateurs vont définitivement virer la technologie Flash.

J’oblige donc votre navigateur à exécuter du code que vous ne pouvez comprendre aisément, ce qui fait de moi un vilain.

Ce à quoi je répondrai : « Mouiimmpfboapf, ça va bien. Le code source de Pyodide est disponible sur internet. D’autre part, avez-vous tous les codes sources de tous les exécutables que vous lancez sur votre machine ? ». À mon avis, la seule personne qui peut vraiment le prétendre serait Richard Stallman.

(TODO : insérer ici une photo à poil de Richard Stallman, pour équilibrer par rapport à la quantité de photos de femmes rondes à poil qu’il y a dans ce blog)

Heuwargl, le chargement est lent !

L’exécution de code python dans un navigateur est plus rapide par Pyodide que par Brython. J’ai fait quelques benchmarks au doigt mouillé, en particulier avec le jeu Loops in Pool. La propagation de la boue et de l’eau sont maintenant beaucoup plus fluide.

Dans la version précédente de Squarity, j’avais testé avec un délai de 1 milliseconde entre chaque propagation, et c’était quand même lent. Alors j’ai mis 400 millisecondes pour ne pas surcharger la machine. Dans la nouvelle version, j’ai re-essayé 1 milliseconde, l’animation s’est accélérée significativement. Je l’ai laissé ainsi, youpi.

Cependant, l’initialisation de Pyodide est très lente. Il faut télécharger 20 Mo de bazar, alors que Brython tient en moins de 10 Mo (et c’est déjà beaucoup pour du javascript !). Ensuite, le navigateur doit interpréter et démarrer la WebAssembly, ce qui prend encore quelques secondes.

« Dans le monde dans lequel on vit », tout doit aller très vite. Une dizaine de secondes d’attente peut décourager certaines personnes. Ce choix de Pyodide me fera donc perdre une base potentielle de user-client-partner. Mais je préfère décourager définitivement un petit nombre, plutôt que ralentir continuellement tous les futurs fidèles qui utiliseront Squarity.

Je mettrai une barre de progress la plus précise possible. On accepte plus facilement d’attendre lorsqu’on voit un décompte qui avance. Actuellement, le progress n’est qu’une liste de 8 étapes, dont 6 sont pratiquement instantanées et 2 sont très longues. C’est pas du tout suffisant.

Prototype d’une barre de progress avec estimation de temps incertaine.

Si je pouvais éviter le re-téléchargement des 20 Mo une fois que ça a été fait, ce serait top. Je sais bien que le navigateur a un cache, mais celui-ci a une fâcheuse tendance à se vider. On a le droit de stocker des WebAssembly dans du local storage ?

J’ai également testé sur smartphone. Ça fonctionne (j’en n’étais vraiment pas sûr), par contre l’exécution reste super lente. Les fuckings millenials de la génération Ÿ écoperont des deux inconvénients : lent à l’initialisation ET à l’exécution. Je laisse comme ça pour l’instant, tant pis. De toutes façons, le premier truc à régler concernant l’utilisation sur smartphone serait le responsive design cradingue. Et dans un futur très lointain, on pourrait carrément imaginer une app.

Il suffira juste d’accepter le postulat qu’une app mobile exécutant du code python arbitraire ne constitue pas une faille de sécurité. Ha ha ha. Je ne suis même pas sûr de ce postulat concernant les sites web. Re-ha re-ha re-ha. Bref : y’a du boulot.

En tout cas, Pyodide est beaucoup plus simple à intégrer que Brython. Pour exécuter du python, j’ai une fonction à appeler, avec le code en paramètre. On peut directement lire/écrire les variables javascript, les exceptions python sont automatiquement remontées, avec traceback et message. J’ai tout ce qu’il me faut.

Avec Brython, je devais pré-placer mes variables d’échanges dans un truc à la con, mettre mon code dans une balise script, lancer une fonction sans paramètres, prier pour que la portée des variables ne se vautre pas toute seule, et lire les données de retour dans le truc à la con sus-mentionné. Je ne vous (re)parle même pas de la récupération des erreurs où j’ai eu recours à des astuces tellement tordues que mon cerveau a préféré les oublier !

Vive Pyodide. De plus, je ne désespère pas que dans quelques siècles, si l’humanité n’a pas entièrement crevé pour une raison quelconque, les navigateurs web soient nativement dotés d’un interpréteur python. Que l’on ait enfin une alternative sérieuse à ce javascript de merde.

L’ancêtre de Pyodide sur smartphone

Qui veut dessiner un beau tileset ?

Mon jeu-phare, les aventures de H2O, mériterait bien un petit coup de polish (dans le sens polissage, pas dans le sens polonais). Mais je ne suis pas un dessinateur assez doué pour ça.

Alors j’ai posté un message chez la communauté PixelJoint, pour leur demander qui serait assez gentil pour me redessiner le tileset de H2O, en mieux.

Je me suis fendu d’une explication détaillée de toutes les tiles.

Si vous élevez des pixels chez vous, n’hésitez pas à vous manifester sur le forum de PixelJoint. Il s’agit d’un concours en mode bisounours, dans lequel tout le monde gagnera. C’est à dire que je ne prendrais pas le meilleur tileset, mais je ferais une version du jeu H2O pour chaque tileset qui sera proposé.

Pour l’instant, je n’ai eu qu’une seule proposition, via message privé. Je peux m’en contenter, le pixel-artiste m’a fait un super boulot. Vous le verrez très bientôt lorsque j’aurais mis à jour le jeu.

Pour le bon plaisir de ce projet Squarity, j’ai dû me créer un compte Twitch, un compte Ludum Dare, un compte GoDaddy, un deuxième compte pythonanywhere et maintenant un compte PixelJoint. Tellement populaire, tellement social.

Il y a de jolies choses sur PixelJoint

À propos de social

L’une des prochaines grosses étapes de Squarity sera de créer un lieu d’échange et de contenu. Ça me permettra de recenser les jeux existants, de publier les release notes, d’ajouter des articles et des tutoriels, d’aider les codeureuses en herbe, etc.

Je ne sais pas encore sous quelle forme je ferai ça. Le plus simple serait un serveur Discord, mais j’aimerais éviter d’être trop dépendant d’un réseau social existant, quitte à payer un petit peu. Peut-être que ça se finira avec une instance Mastodon et un CMS à l’arrache.

Mais j’aimerais aussi éviter d’obliger les gens à se créer un enième compte sur un enième site. J’essaierais peut-être d’intégrer des authentifications tierces : les boutons « sign in with Google », « sign in with Github », etc.

Bien évidemment, je ne connais pas grand chose dans ce domaine, ça risque donc de me prendre du temps et d’être un beau bordel. On verra bien. Peut-être que dans trois semaines, j’écrirais un article de blog larmoyant expliquant que c’est trop compliqué, que j’abandonne tout, et que je préfère encore utiliser tout mon temps libre à zapper en continu sur Twitch.

(TODO: insérer ici une image prise sur Twitch de gens pixelisés déguisés en serpent qui font passer des arcs électriques dans de la vapeur d’eau pour voir si ça la disperse et qui ensuite font de la peinture sur corps).

À propos de corps

Petit rattrapage de tous les précédents articles n’ayant pas d’images de femmes rondes.

Voici Nicole Nurko, dont je vous ai précédemment parlé :

Ainsi que Kim Manana :

Et la sublime-bling-bling Gabriella Lascano :

Pro-tip : lorsque vous voulez parcourir un compte Instagram (d’une femme ronde ou pas) et que vous ne voulez pas vous inscrire car, comme dit précédemment, vous en avez marre de vous créer des comptes de partout, vous pouvez remplacez dans l’url « instagram.com » par « imginn.com ». Vous aurez toutes les photos sans les pop-ups lourdingues.

À la chopraine, comme on disait dans les années 1990.