Raffarin Pète-Gonade Memorial Day #11 : Hais-toi toi-même

Et voici comme chaque année notre petite commémoration, pour se souvenir de ce lundi de Pentecôte qui était férié à une époque, et qui nous a été mangé par Raffarin. (Qu’est-ce qu’il devient au fait ce cornard ? Oh on s’en fout).

Raff non contractuel

C’est l’occasion pour moi de faire un petit point sur mes conditions de travail, un changement non négligeable a eu lieu.

J’ai intégré une équipe de développeurs ayant un projet de ouf’patate. Un truc qui va au moins révolutionner le monde de la réalité, si ce n’est pas l’univers entier. C’est ultra-secret, même Mark Zuckerberg est pas au courant. Je ne peux pas vous en parler ici, j’utiliserais donc le nom de code secret « POILS_PUBIENS » pour le désigner.

POILS_PUBIENS est un projet super génial, mais j’avoue regretter un peu mon environnement de travail précédent, où j’étais le seul développeur. J’avais plein de boulot, mais j’étais le roi du pétrole. Dès que je créais un petit truc, le monde était génialement impressionné. À quelques exceptions près (voir mes deux articles sur l’outil Pochtronarr), j’avais suffisamment de liberté dans mes choix techniques. Si vous avez la possibilité de bosser en tant que développeur dans un milieu de non-développeurs, sautez sur l’occasion, c’est une place rare et en or.

Péquenologiquement parlant, je découvre actuellement le framework Symfony et le CMS Drupal. C’est plutôt bien ficelé, je pense que les personnes qui ont créé ces outils se sont franchement bien débrouillées. Il y a juste un point embarrassant : pourquoi ils ont écrit ça en PHP ? Craquage complet, là.

Dans cette nouvelle équipe, nous sommes en forfait à l’année. Dixit Colléguette Choucroute : « c’est plus adapté, car vous êtes en mode projet dans un environnement agile ». J’ai toujours pas compris ce qu’elle a voulu dire, possiblement elle non plus, on n’est plus à ça près.

Nous devons réaliser 1607 plombes de trawaille par an, n’importe quand, à n’importe quel rythme (en respectant quand même les contraintes légales tels que les heures de repos consécutives, etc). Ce calcul provient d’une moyenne à l’année, et tient compte des week-ends, jours fériés, jours de congés, etc.

Je me suis évidemment posé la question de ce 1607, semblant sortir de nul part. Il ne vous aura pas échappé que c’est un magnifique nombre premier. Pour une valeur censée provenir d’un lissage, où on s’attend à ce que des trucs soit multipliés par d’autres trucs, ça semble assez étrange.

Le calcul est décrit ici (https:// www. legisocial.fr/contrat-de-travail/duree-de-travail/savez-comment-determinee-duree-legale-annuelle.html).

La « vraie » valeur devrait être 1600, qui est un magnifique nombre pas-premier. Devinez d’où vient le +7 ? La chiottasserie d’enculerie de bite borgne de Raffarinade précédemment putain de mentionnée !

Il y aurait d’autres choses à dire sur le calcul en lui-même, bourré d’approximations allant toujours dans le sens de l’arnaquage du salarié, ce sera pour une autre fois.

Two wrongs don’t make a right, 10 000 « abouts » don’t make an « exact ».

Le forfait à l’année est une bonne idée dans son principe. Mais ça n’enlève pas le risque que si on ne vous laisse pas déclarer les heures que vous avez réellement faites, c’est sodomie-gravier gratuite. Ce risque est présent quel que soit l’organisation de votre travail. À vous de trouver des chefs qui sachent rester respectueux et corrects. En ce qui me concerne, pour l’instant, c’est ok. D’ailleurs ils nous ont redonné ces fameuses 7 heures de fériés.

Du coup, il nous a fallu un outil pour comptabiliser le temps de tra-tra effectué. Le truc que je déteste. Le truc qui force les employés à s’engager sur des délais de réalisation qu’ils sont contraints d’estimer à l’arrache en 5 minutes. Le truc qui fait qu’un chef vous demandera de « ne pas passer plus de 2 heures sur telle tâche », pour profiter des approximations et empêcher qu’elle soit tracée.

Devinez quoi ? C’est moi qui suis chargé de mettre en place cet outil. C’est moi qui ai créé le modèle des fichiers excel à remplir, c’est moi qui ai écrit le petit script python pour les parser, c’est moi qui ai envoyé un mail de rappel à l’ordre à mes propres collègues, pour dire de ne pas bidouiller leur fichier sinon ça pourrissait mon script, c’est moi qui ai refait un mail de rappel à l’ordre pour leur dire d’essayer d’associer un livrable à chaque tâche. Je hais Excel, mais on n’a pas le temps de coder une vraie appli. On n’a pas le temps de mesurer notre temps.

Tout ce que j’ai subi de la hiérarchie des entreprises précédentes, je l’ai imposé à mes collègues de l’équipe de dev dans laquelle j’ai été intégré. Je suis un vilain, je me hais, j’ai honte, je vais aller me cacher et vivre comme un ermite dans la forêt.

Peut-être que j’y rencontrerais Colors of Autumn.

Colors_of_autumnn, c’est son pseudo (avec deux N).

Tchô.

Tibuuuli Twiiit Plonk Prrrt !!

Et voici le traditionnel article mensuel relatant mes contributions au dernier numéro du magazine 42 (http:// 42lemag.fr). Boast ! Boast ! Boast !

Ce mois-ci dernier, dans ce numéro 13 dernier, les robots géants sont à l’honneur, avec de la philosophie, du métal, et comme toujours : <nimportequoi> des brocolis en poudre téléchargeables directement chez soi, à reconstituer avec un bol d’eau et 2 centimètres cube de sang de souris</nimportequoi>

magazine 42 couverture 13

Les 0 et les 1 signifient bien évidemment quelque chose. Je vous laisse décoder, c’est pas très compliqué.

<nimportequoi></nimportequoi>

Or donc. Quelles sont mes contributions céans ?

Page 2, le concours opérateur-de-la-matrix.

C’est débile et moche, mais qu’est-ce que j’en suis fier !!

Le concours a été gagné, rendez-vous sur le forum pour trouver la réponse. Je vous dis pas exactement où dans le forum, démerderez-vous. Petit indice : c’est dans le sujet qui se finit en queue de python. (Non c’est pas sale. Ca veut dire qu’on y cause du langage python).

Page 13, les deux fausses pub.

La pub sur Google Chrome est une idée de Draxx, le texte et l’image sont de moi.

Je m’auto-congratule pour la réactivité qui m’a été nécessaire à la seconde fausse pub. Celle d’origine a éclatée très tard dans le mois, j’ai donc été obligé d’aller très vite pour créer et faire paraître la parodie. Ça c’est du vrai boulot de journaliste !

Page 52 : « Détente chez 42 Corp »

Une petite histoire gamino-stupide. J’y réutilise habilement un élément scénaristique de mon article racontant mon arrivée à la rédaction (voir numéro 11). Évidemment, c’est du grand n’importe quoi, mais ça colle au thème.

Donc ce mois-ci, un seul gros article. Alors que d’habitude j’en fait 2. C’est la faute que je suis parti une semaine au ski tel le néo-bourgeois richiste que je suis. (Message privé : y’a un gangréné de la jambe qui est censé se bouger le cul pour montager un court-métrage. Il se reconnaîtra. Faudrait quand même pas qu’on ait bossé pour rien !)

Y’a un peu plus, je vous le met ?

Comme blablaté ailleurs dans ce blog, j’ai découvert Bricksmith et LDRAW, de poutrifiants logiciels pour jouer aux Lego (ça rime ! Putain j’aime pas quand mes phrases riment involontairement, ça fait super bizarre ! ). J’en ai donc profité pour vous concocter un robot géant.

Voici donc Hubert Gronez, avec sa pince géante et sa riveteuse automatique. Il bosse en Hongrie sur les chaînes de montage de voitures de marque Traban.

Lego robot hubert gronez 4

Lego robot hubert gronez 3

Je vous donne le fichier .ldr, décrivant l’assemblage des pièces (https:// sites.google.com/site/recherland/Home/constructions_lego/robot_entier-1-2.ldr).

Comme ça vous pouvez jouer avec et le modifier. Gentil je suis, non ?

Annonce d’article corporate

Comme blablaté ailleurs-ailleurs dans ce blog, j’ai changé de lieu de travail, sans changer de travail. L’ambiance est un peu plus « campagnarde », et ce n’est pas pour me déplaire. Le prochain article corporate sera donc d’un tout autre acabit que les précédents : foin de soirée mondaine agrémentée de chevals qui trottent, ni de cul-propres encostardés parlant de drogue du viol tout en buvant des cocktails sans alcool.

L’événement à chroniquer sera un petit-déjeuner traditionnel à la choucroute, réalisé en l’honneur d’une rencontre sportivo-folklorique locale. Mais vous découvrirez tout cela bien assez tôt. Euh… le mois prochain en fait, parce que d’ici là je serais de toute façon à l’arrache sur tout.

Edit 2013-06-30 : j’ai jamais pu prendre le temps d’écrire cet annoncé article. Et c’est super tard maintenant. Tant pis, il restera à l’état de bouillie brouillonesque dans mon cerveau.

Les nouveaux l’amis de l’internet du mois

Il y en a eu, mais je vais peut être attendre un peu avant de vous les balancer. Je préfère leur demander avant.

Y’a beaucoup plus je vous le met ?

Il m’a semblé avoir eu quelques echos (non, il ne s’agit pas d’une commande Perl ou ksh, mais de voix dans ma tête. Les voix dans ma tête. Les voix dans ma tête. Les voix dans ma tête. Que tout brûle ! Que tout brûle !) concernant une charmante dame récemment présente dans ici, et qui plairait à plus d’un d’entre vous. Bande de petits coquins. Cette dame, c’est bien évidemmment Karola. Je vous remet donc une couche d’elle. Comme d’hab’, les liens d’origine sont dans le premier commentaire.

karola giant boobs

karola giant boobs

Programmer en C++, en alsacien

Buschur métame zé mézieurs !!

Auchaurtui, tans ce plog, kekeu choss d’apsolument inkroyap ! Nouss allons rékonzilier les tradizion réchionales afec le monte moterne, krasse à:

La

prokram-

mation

C++ en

elsassien

Pour commencer, je vais arrêter avec mon faux accent. C’est chiant à écrire, chiant à lire, et en plus je ne suis même pas originaire de cette belle région, (mais je la kiffe, na!).

alsacienne culotte

Y’a des gens, ils se sont fait chier pendant des années à apprendre les subtilités de cette langue alémano-teutonne, et tout ça pour quoi? Pour finalement découvrir que ça ne leur permettait absolument pas de créer des logiciels. C’est inadmissible. Voilà pourquoi j’ai décidé d’y remédier.

J’ai créé un fichier .h, qui redéfinit la vilaine syntaxe du C++ avec du bel alsacien bien de chez nous. Grâce à moi, du code abscons de ce genre:

int main(int argc, char *argv[])
{
int nombre_de_bieres = NOMBRE_DE_BIERE_AU_DEPART;
...
}

deviendra ceci:

numerik_surkrut des_esch_s_angfang_vom_program
s_brucht_sich numerik_surkrut de_zahl_von_parameter on_de_nor text_surkrut parameter des_esch_e_wandtafle so
esch_fong_e_wurst_on
esch_bruch_e numerik_surkrut het_ver_nome zahl_von_beer het_ver_vertigkeitsmaaser ZAHL_VON_BEER_OM_ANGFANG hopla
...
_s_gilt

Et là c’est mieux.

Par convention, et pour une immersion plus naturelle du truc dans le truc, j’ai décidé que les variables s’appelleraient « surkrut » (choucroute) et les blocs de code « wurst » (saucisse).

À noter que la transcription est assez permissive. La fin du programme peut se noter « esch_hop_s_wurst_vertig » (j’ai fini la saucisse), ou bien « _s_gilt » (à la vôtre !)

Ne parlant pas vraiment alsacien moi-même, c’est Geoffrey, l’un de mes nombreux amis de l’internet, qui m’a fait les traductions. Qu’il en soit infiniment remercié, puisse le chemin de sa vie être recouvert de choucroute garnie et qu’un millier de camions de femmes turpides dansent lascivement devant lui, avec un millier de milliers de bières.

RCLE020402_18_Mar02_08 topheavy

Image qu’a pas grand-chose à voir, mais on s’en fout.

Je vous mets le contenu du fichier directement ici. Il manque encore 2-3 trucs, mais soyez assurés que je créerai de nouvelles versions de plus en plus enrichies. (hahaha! nan.)

#define des_esch_s_angfang_vom_program main
#define hopla ;
#define sand <<
#define ens_surkrut_usgang cout
#define on_geh_e_schrett_vor << endl
#define geh_e_schrett_vor << endl
#define esch_vott_de_huffe_von using namespace
#define fundamant_denks std
#define numerik_surkrut int
#define text_surkrut char *
#define des_esch_e_wandtafle []
#define on_de_nor ,
#define s_brucht_sich (
#define so )
#define met (
#define e_fonktion_wie_di_ruckschekt
#define nex_von_allem void
#define on_wie_servert_on
#define esch_fong_e_wurst_on {
#define esch_hop_s_wurst_vertig }
#define _s_gilt }

choucroute pied
// Ceux qui programment avec leurs pieds ne seront pas déçus!

#define ken_surkrut
#define ken_surkrut_werd_gebrucht ()
#define esch_bruch_e
#define het_ver_nome
#define het_ver_vertigkeitsmaaser =
#define so_long_wie while (
#define ens_fall_wie if (
#define no )
#define s_meust_gemort_xen )
#define oder else
#define mor_d_nachst_wurst do
#define e_besele_weniger --
#define e_besele_meh ++
#define esch_meh_als >
#define esch_weniger_als <
#define oder_egal =
#define esch_egal_als ==
#define esch_verschid_als !=

Fabuleux! Mettons-ny-ous tout de suite!

Je vais pas me contenter de coder un stupide « Hello World », comme une petite feignasse de merde. Je vous ai carrément concocté un « 99 bottles of beer ». Pour les gens normaux qui connaissent pas, renseignez-vous ici (http:// 99-bottles-of-beer.net/).

Edit 11/10/2009

Le programme sort bien évidemment les paroles en alsacien, et pas en vilain-américain-capitaliste-violacé-d-argent. Sauf que j’avais fait la traduction à l’arrache et c’était du petit nègre sorti du cul d’une machine de Turing névropathe. Geoffrey-mon-ami-de-l-internet a rephrazingué tout ça et c’est mieux. (Puisse la choucroute le camion-gonzesse-bière etc.)

Télécharger la dernière version du programme (http:// sites.google.com/site/recherland/Home/alsace-power/elsass_power2.txt).

Vous pouvez le compiler sur l’ordinateur de votre grand-mère, ça marche et ça donne ceci:

99 Flashe beer uff d’Mura, 99 Flashe beer.
Drenk eins on geh widerch, 98 Flashe beer uff d’Mura.
Ken Flashe beer meh uff d’Mura, ken Flashe beer meh uff d’Mura.
Geh ens Gschaft on kauif der wedder meh, 99 Flashe beer uff d’Mura.

Par contre, le sens a un petit peu changé. La bière, au lieu de la « take one down and pass it around », on la « drenk on geh widerch » (bois-en une et continue). Mais ça reste tout à fait acceptable.

Digression: est-ce qu’on a encore le droit d’utiliser l’expression « petit nègre » pour indiquer qu’on parle avec plein de fautes? Je demande, parce que déjà, on n’a plus le droit de dire « tête de nègre », alors voilà quoi. Si j’ai offensé des gens, j’en suis désolé. (Bière, choucroute, camion, nichons.)

Lien vers un chouette dictionnaire françois-elsassien (http:// pagesperso-orange.fr/culture.alsace/dictionnaire_alsacien.htm).

À part ça, j’avais un oncle alsacien pure souche qui s’y connaissait vachement en langage et en histoire, mais il est mort. Dommage, il aurait pu m’aider.

medium allemande biere 2

Pas de jeu de mot avec « mise en bière », car elles sont si jolies.

Par ailleurs, comme je pige rien aux divers encodages de notre monde informatique torturé, j’ai pas mis les accents, trémas, et autres tuning de lettre tout bizarre. Avec ces stupides petits strüdels, on n’arrive jamais à ravoir ce que on a écrit au départ. Putain.

Village Dalzasse Pictures !!

Je ne suis pas le premier à avoir contribué au mariage entre l’Alsakie et le code informatique. Je ne serais qu’un fieffé paltoquet si je ne mentionnais pas ce splendide film qu’est Meytrix Reloatètt!!

Ça date un peu, mais moi j’adore et c’est de l’authentique. Allez voir le site originateur de la bande-annonce (http:// www. cigogne.net/Maytrix-reloatet-VA.html).

meytrix reloatett

Un film réalizé sans aukun trukaschh !!!

mélangeons nos cultures

Je ne suis pas le premier à avoir contribué au mariage entre l’Alsakie et l’Égypte mystérieuse et épicée. Je ne serais qu’un fieffé paltoquet si je ne saluais pas cette sympathique initiative de sculpture d’une superbe alsagyptienne aux yeux de chèvre morte.

alsagyptienne

Brrraaaiiiinnnssss !!!! (Traduction : Kougelhooooooof !!!)

La lala lalaaaaaaa

Pour finir, une petite chanson. C’est pas un truc pipi-caca de gamin de 10 ans. Non non. Cette fois-ci, c’est un peu plus adulte.

Je suis un alsacien,
je vais dans la forêt, avec mon gros fusil
chasser le papillon.
et le mammouth, dans la prairie,
qui broute broute broute, si joyeusement
et les saucisses, dans la boucherie,
qui pendent pendent pendent, si joliment.

‘s gilt!

Edit 11/10/2009

Durant mes recherches documentaires sur le l’intraweb, je suis tombé (complètement par hasard) sur cette sympathique photo. Je vous en fais cadeau.

chloe vevrier beer fest

Edit 11/10/2009

Edit(h Cresson)

OFRTP-UNION-FRANCE-CRESSON-20060711 Edith Cresson

invisible hamburger !

Edith 11/10/2009

botte cresson