√Čv√©nement corporate : les Temps Forts de Pochtronarr (1/2)

Hey vous, voici le r√©cit d’un √©v√©nement corporate.

Y’en a une tartine, donc je l’ai coup√© en deux.

Contextualisation rapide

Je travaille √† ConcreteWorld.ūüĆŹ, une soci√©t√© qui a pour mission de conserver la r√©alit√© dans l’univers.

Nous d√©tectons et corrigeons les √©v√©nements de non-application des lois de la physique avec une r√©activit√© et un soin exemplaire. Vous avez entendu parler des bugs dans la Matrice ? Eh bien dans les m√®tres-cubes-seconde de coordonn√©es spatio-temporelles dont nous avons la charge, il en est survenu tr√®s peu. Notre activit√© grandit progressivement, car la confiance de nos clients, la t√©nacit√© de nos commerciaux et l’abn√©gation de nos techniciens nous font remporter de plus en plus de m¬≥.s.

Cette description provient de notre site internet. J’esp√®re que vous ne m’en voudrez pas trop pour le corporate bullshit.

Comme toute entreprise qui se respecte, nous utilisons un « outil de gestion de trucs ». Celui-ci supervise, entre autres, les latences de causalit√©, les pertes d’euclidianit√©, la localisation des relais de synchronisation d’entropie, la surveillance de la machine √† caf√©, les stocks de papiers toilette, etc.

Tr√®s souvent, le fameux outil « pour tout g√©rer » ne g√®re finalement rien, mais ce n’est pas intrins√®quement de sa faute. C’est juste qu’il faudrait finir de le configurer, le maintenir, saisir les donn√©es n√©cessaires, mettre √† jour les processus, etc. Bref, tout ce qui a √©t√© malencontreusement pas mentionn√© ni pr√©vu lors de son achat. L’outil v√©g√®te donc dans un coin et est utilis√© pour 0.05 trucs sur les 1000 imagin√©s au d√©part. Pour achever le tout, il est souvent indisponible et avec un temps de r√©ponse d√©courageant, car le serveur sur lequel il a √©t√© install√© h√©berge maintenant 10 autres applications qui elles, sont utilis√©es r√©ellement.

√Ä ConcreteWorld.ūüĆŹ, c’est un peu diff√©rent. Si l’outil qui g√®re tout ne g√®re rien, ce n’est pas uniquement √† cause de son environnement, c’est aussi et surtout la faute de l’outil lui-m√™me, bugg√© jusqu’√† la garde. Je ne vais pas vous faire la liste compl√®te des aberrations de ce charnier de code, j’en aurais pour une bonne douzaine d’articles de blogs. Retenez juste ces 3 informations principales :

  • L’outil se nomme Pochtronarr.
  • Il est √©dit√© (et vendu √† un prix non n√©gligeable) par une soci√©t√© appel√©e « Ploucocratt ».
  • Il est tout pourri.

Le d√©cor √©tant plant√©, je peux maintenant vous narrer l’√©v√©nement corporate dont il est question : Ploucocratt nous a convi√© √† un rassemblement de leurs Clients, afin de nous pr√©senter les √©volutions des produits, d’√©changer entre nous, de participer √† des tables rondes, de bouffer gratuit, etc. Ils ont baptis√© cette journ√©e : « Les Temps Forts de Pochtronarr », en pr√©cisant bien qu’elle serait plac√©e « sous le signe de la convivialit√© ». Youpi.

L’invitation √† ces Temps Forts nous est arriv√©e sous forme d’un mail, dont la premi√®re ligne √©tait :

Bonjour, cher {nom_du_contact}.

Petit souci de template de mass mailing. M’√©tonnerait pas qu’ils aient programm√©s √ßa avec Pochtronarr.

J’√©tais moyen chaud pour faire le d√©placement, mais Semi-Chef Pez y tenait grave taquet, alors j’ai fini par dire « banco ».

Semi-Chef Pez est le responsable de la mise en place de Pochtronarr. En fait c’est un Coll√®gue, mais Chef Peyotl m’a donn√© pour ordre de suivre ses directives, ce qui l’a donc promu au grade de Semi-Chef.

Il s’appelle Pez car il a une d√©pendance au sucre. Il a toujours un chargeur de ces petits bonbons, et en ing√®re un de temps en temps dans un petit bruit de « cla-clak ».

Chef Peyotl s’appelle ainsi car il a visit√© tous les pays du monde pour trouver l’alcool qu’il appr√©cierait le plus. √áa s’est r√©v√©l√© √™tre le peyotl.

 

En route !

Nous voilà donc partis en road trip, Semi-Chef Pez et moi, en direction du fief de Ploucocratt.

Comme pr√©c√©demment r√©v√©l√©, je suis une grosse quiche au volant. Il existe des conducteurs qui ma√ģtrisent, mais qui aiment les sensations fortes, ce qui les rend dangereux. Moi c’est plus simple, je ma√ģtrise juste pas.

Semi-Chef Pez est une grosse quiche en guidage de conducteur, car il ne sait pas se servir d’un Tom-tom.

Nous avons donc tr√®s intelligement attribu√© le r√īle de conducteur √† moi-m√™me, et celui de copilote √† Pez. Plusieurs mois apr√®s, il m’a avou√© que mon style de conduite chaotique lui avait fait « chier de l’huile » durant tout le trajet.

On devrait avoir le droit de dire sur son CV qu’on est, voituralement parlant, un handicap√© saltimbanque cyclothymique.

Rien d’autre de notable √† dire sur ce passage de ma vie. On arrive √† l’h√ītel, on s’installe, on se retrouve pour bouffer, on a une discussion conventionnelle, on se retire chacun dans notre chambre-bungalow respectif. Je trouve un scolopendre dans le lavabo, mais osef.

 

Le matin

Mini-trip en voiture, mini-chiage d’huile par Pez et nous arrivons au prestigieux lieu des Temps Forts. Nous sommes accueillis par des Ploucocratiens habill√©s en semi-formal, ce qui souligne la convivialitude de l’√©v√©nement, tout en montrant qu’ils ont fait un petit effort pour nous, car un peu de l√®che-bottage ne fait jamais de mal.

On nous donne √† chacun un sac √† goodies contenant du bla-bla de pr√©sentation, un formulaire de participation √† un quizz stupide, un polo et un chargeur universel de trucs rechargeables. Ce serait des objets int√©ressants s’ils n’√©taient pas estampill√©s « Pochtronarr ».

Nous nous voyons √©galement offrir un petit carton √† notre nom, √† accrocher √† notre boutonni√®re, afin de savoir qui est qui et de quelle bo√ģte. Nonobstant le fait que la police de caract√®re utilis√©e est le Comic Sans MS, les pr√©noms ne sont pas √©crits. C’est « Monsieur Machin », « Madame Truc », etc. C’est pas ce qui aide le plus √† se placer « sous le signe de la convivialit√© ».

On prend place pour les premi√®res d√©monstrations, le th√®me √©tant « les nouveaut√©s de la nouvelle version ». Je ne vous conte pas tout en d√©tail, ce serait lourdingue (autant que le fait que cela nous est pr√©sent√© sous forme de Power Point). Voici donc un floril√®ge des moments les plus amusants.

*)

Diapo de remerciement g√©n√©ral, avec les logos de tous les gentils clients, dispos√©s de mani√®re √† former le mot « merci ». Celui de ConcreteWorld.ūüĆŹ n’y est pas. On ne doit pas √™tre assez prestigieux, ou alors ils nous d√©testent parce qu’on arr√™te pas de relever leurs bugs et leurs failles de s√©curit√©.

Diapo de trombinoscope des fringants employ√©s ploucocratiens. Le locuteur annonce : « je vais lister les gens de gauche √† droite » et il les liste de haut en bas.

Nous avons :

  • Fournisseur-Mega-Chef TecNoTIC.
  • Fournisseur-Consultant Frigo.
  • Fournisseuse-Commerciale Jacquotte.
  • Fournisseur-Dir-Tech Ashereff.
  • Fournisseur-Sous-Mega-Chef Mick-Jagger.
  • Fournisseur-Support Jeunot.
  • Fournisseur-Consultant Craquel√©.
  • Fournisseur-D√©veloppeur Drache-Code 1
  • Fournisseur-D√©veloppeur Drache-Code 2
  • etc.

Vous l’avez certainement d√©j√† compris : leur titre de noblesse √† tous est pr√©fix√© de « Fournisseur » car ils sont fournisseurs de ConcreteWorld.ūüĆŹ. On aurait pu utiliser le pr√©fixe « Sous-Traitant », mais c’est moins classe, et √ßa aurait fait des titres encore plus long.

Nous expliquerons au fur et à mesure du récit les noms de certaines de ces personnes.

Diapo anim√©e vantant les fonctionnalit√©s de Pochtronarr, avec des engrenages qui tournent. Ils ne sont pas synchros et se traversent. C’est tr√®s amusant et tr√®s repr√©sentatif de l’outil : √† premi√®re vue tout fonctionne, mais d√®s qu’on fait le moindre simple test, des sympt√īmes r√©v√®lent que tout va p√©ter et que c’√©tait totalement irr√©aliste de croire que √ßa allait marcher.

*)

Dans une pr√©sentation corporate, l’humilit√© assum√©e est le nouveau moyen de se la p√©ter. On dit qu’on s’est plant√©, pour pouvoir ensuite insister sur le fait qu’on a √©t√© suffisamment observateur pour d√©tecter le probl√®me, suffisamment intelligent pour se remettre en question et suffisamment re-intelligent pour trouver une autre approche. Fusent alors des expressions comme : « on s’est aper√ßu que », « on a corrig√© les erreurs de jeunesse », « on reconna√ģt que », etc.

*)

Expressions qui claquent :

« On se d√©veloppe √† l’international, nous avons maintenant des clients √† Monaco. »

Ouais, sauf que la base de donn√©es de l’outil est encod√©e en Latin-1. Du coup, vous allez vous d√©velopper √† l’international-anglais. Oublions les chinois, les arabes, les russes et les grecs.

« Nous √©ditons un ERP M√©tier ».

Le mot « M√©tier », √ßa impressionne toujours.

« Une solution adapt√©e au march√©, avec les nouvelles technologies ».

En vrai c’est du C#, les pages web sont en asp.net, et le langage de script pour impl√©menter les process M√©tier c’est du … On verra √ßa plus tard, je vous laisse la surprise.

« On a un existant qui est lourd ».

√áa veut dire que leur base de code est pourrie, mais qu’ils n’ont pas la capacit√© intellectuelle et/ou financi√®re de poser leurs gonades sur leur clavier et de tout remettre √† plat. Donc ils rajoutent des couches de bordel, des patchs, des bouchons, des solutions de secours, des outils externes qui rattrapent les boulettes, etc. En tout cas, cet « existant lourd » est leur excuse par d√©faut √† chaque bug que je leur signale.

*)

Un gros paquet de communication a √©t√© √©mis concernant la nouvelle version majeure de Pochtronarr, un paquet encore plus gros sur la refonte totale de l’aspect visuel, l’ergonomie et la convivialit√©. (D√©cid√©ment, ce mot « convivialit√© », il claque, voire m√™me il chabraque du brontosaure hydroc√©phale √† la scie √©go√Įne).

Durant les différentes démonstrations, les impondérables suivants ont été relevés :

  • Un clic sur une option fait appara√ģtre un sous-menu d√©roulant, mais celui-ci est masqu√© par certains √©l√©ments de la page. Petit souci de « z-bug ».
  • Un tableau de donn√©es s’affiche au m√™me endroit qu’un autre texte. Il faut d√©velopper-r√©duire deux fois de suite ce tableau pour que √ßa se r√©organise correctement.
  • La liste d’une combo-box est coup√©e par la limite du formulaire dans laquelle elle se trouve, et n’affiche que les deux premiers choix.
  • Une fen√™tre d’alerte mal taill√©e, cachant la fin du texte du message.
  • Diverses fautes d’orthographe dans les formulaires, en particulier des terminaisons de verbe « er/√© ». (Astuce fut√©e : remplacer par un verbe du troisi√®me groupe, le mieux √©tant le verbe ‘prendre’, car il permet de d√©tecter le f√©minin avec ‘prise’).
  • Un mail envoy√© automatiquement, comportant le mot « Mail » dans son sujet. Merci Captain Obvious.

Je dois toutefois mod√©rer mon propos : plus tard, j’ai eu l’occasion de tester cette fameuse nouvelle version avec Chrome et Firefox, et la plupart de ces impond√©rables n’y sont pas apparus. C’est juste que l√† c’√©tait sous IE.

*)

Madame Roupy, de la société Nil, glousse à chaque remarque prétendument humoristique.

Est-ce que c’est sexiste, de mentionner ce non-√©v√©nement, ou pas ?

√áa ne devrait pas, puisque cet article brosse √©galement le portrait d’individus masculins, en des termes aussi peu √©logieux que ce que je viens d’√©crire l√†. Mais le gloussage est une activit√© qu’on attribue p√©jorativement aux femmes, donc c’est sexiste de renforcer ce st√©r√©otype. De plus, je mentionne beaucoup d’hommes, ce qui am√®ne quelques petits passages avec des termes moins pas-√©logieux que d’habitude. Or, je n’ai pas l’occasion de faire cela avec les femmes, puisqu’elles sont moins mentionn√©es. L√† encore, c’est sexiste. Mais c’est pas de ma faute dans le sens o√Ļ il y avaient beaucoup plus d’hommes que de femmes lors de ces Temps Forts.

Est-ce que je dois augmenter artificiellement la mention et la pr√©sence des femmes dans cet article, pour att√©nuer le sexisme et la non-parit√© inh√©rente aux m√©tiers de l’informatique ? Est-ce que √ßa ne risque pas de rendre mon article bidon, encore plus irr√©aliste que ce qu’il n’est d√©j√†, et ent√Ęch√© de bien-pensance niaise ?

Est-ce que c’est sexiste d’avoir √©crit ce paragraphe de r√©flexion interne, qui sous-entend lourdement que si je me suis senti oblig√© de l’√©crire, c’est justement parce que notre √©poque a chang√© et qu’on doit maintenant faire beaucoup plus attention √† ne pas balancer des remarques relevant du sexisme ordinaire ?

Je ne sais pas. Passons à autre chose.

O√Ļ sont les femmes qui auraient pu faire de l’informatique ? Ah ben elles sont l√†.

*)

Ces Temps Forts sont √©galement l’occasion pour les ploucocratiens de s’envoyer des fleurs entre eux et se faire des petites blagounettes de convivialititude.

« Le rendu des graphiques en mode image √©tait tr√®s mauvais. Mais nos d√©veloppeurs ont arrang√© √ßa et j’ai √©t√© bluff√©. »

« Je ne d√©sesp√®re pas qu’ils am√©liorent la fonctionnalit√© des r√©caps. (Hu hu hu, j’en profite pour leur passer des messages). »

« On est les seuls √† faire un produit qui soit compatible Oracle, postgreSQL et SQL Server »

Oui, euh… √ßa s’appelle un ORM (Object-relational mapping). Django le fait, pour ne citer qu’eux. Sauf que vous, vous mettez les diff√©rences de dialecte SQL au niveau des scripts de process m√©tiers, alors que √ßa devrait √™tre √† un niveau plus bas (dans le moteur de l’outil). Parce que l√† on doit tout se repalucher √† chaque script. Dans les faits, on repaluche rien, on reste sur le SGBD choisi au d√©part, et on prie pour qu’on n’ait jamais besoin de le changer.

« Il reste un petit souci avec les indicateurs graphiques, mais les d√©veloppeurs vont nous optimiser tout √ßa. Il y a eu un gros effort d’int√©gration. »

« Haha, quel rigolo je fais ! Dans le formulaire, je n’ai coch√© que des PC marqu√©s comme √©tant ‘en panne’. »

« Oups, √ßa n’a pas march√©. Mais c’est normal, le champ Description est obligatoire. Quel intelligent coquin cet outil ! Il me demande de me justifier. »

Fournisseur-Mega-Chef TecNoTIC annonce fièrement :

« on a enti√®rement restructur√© nos m√©thodes de travail en interne, maintenant, on est AGILE. Les d√©veloppeurs sont √† fond durant leurs ‘ ‘ ‘sprints’ ‘ ‘. ».

Il avait tellement mis de guillemets autour du mot « sprint » qu’on a tous compris que pour lui, √ßa restait un terme tr√®s exotique. Et il avait tellement mis de guillemets autour des guillemets autour du mot « sprint », qu’on avait √©galement compris qu’il revendiquait sa non-comprenance totale de la m√©thode AGILE.

TecNoTIC s’appelle ainsi car il travaille dans une entreprise de TIC, mais lui-m√™me n’y connait rien. Vous avez peut-√™tre d√©j√† rencontr√© ce genre de chef. Ils se vantent de leur ignorance. C’est un comportement que l’on pourrait relier au concept de « l’humilit√© assum√©e qui est un nouveau moyen de se la p√©ter. ».

Mais c’est aussi une insulte envers lui-m√™me. L’informatique fait maintenant tellement partie de notre vie que m√™me si vous ne travaillez pas dedans, c’est important de s’y conna√ģtre un minimum.

Et c’est aussi-aussi une manifestation de condescendance, voire de m√©pris, envers ses employ√©s : « la programmation est un domaine pour les gueux travaillant au bas de l’√©chelle. Je suis au-dessus de √ßa, donc je n’ai pas besoin de m’y conna√ģtre ».

Petit √©dulcorage de mon propos : j’ai eu l’occasion, plus tard, de rediscuter avec cette personne, il se trouve qu’il s’y connait malgr√© tout un minimum. Disons qu’il sait ce qu’est un cookie et qu’il a une vague connaissance du concept de l’authentification d√©centralis√©e.

Allez les gueux ! Finissez-moi ces features et pondez-moi cette release ! *claquement de fouet

*)

Je profite de toutes ces démos pour remplir la feuille du quizz à la con.

Il est gav√© de questions stupides et captain-obvioussesques. C’est limite un d√©nigrement de mon intelligence et de ma m√©moire.

La dernière question :

Qu’y a-t-il dans la nouvelle version de Pochtronarr (multi-cochage possible) ?

– Une refonte totale et endoscopique de l’interface utilisateur.

– Un module d’analyse d’image vous obligeant √† utiliser des photos de vous √† poil pour votre image de profil.

РUn changement de paradigme intrinsèque dans le noyau du sous-moteur déterminant la couleur des graphes en camemberts.

Je rajoute une case en dessous, sans la cocher, et j’√©cris : « int√©gration du langage python, parce que les scripts m√©tiers en Small-Talk avec l’IDE de Scratch, on a fait mieux depuis ».

Voil√† comment ont programme les scripts. √áa valait le coup de l’annoncer avec un peu de suspens.

*)

Parfois, les ploucocratiens s’envoient de vilaines petites piques.

« Nombreux sont les consultants qui ont eu un peu de mal avec la nouvelle fonctionnalit√© de multi-affichage. »

« On a eu quelques mauvaises surprises sur les temps de r√©ponses. »

(Apr√®s une remarque d’un ploucocratien random) : « Non mais c’est √† moi de parler, c’est pas √† toi ».

« Je suis pas commercial, je fais pas d’effet d’annonce. »

*)

Et bien s√Ľr, nous avons les in√©vitables al√©as d√Ľs au c√©l√©brissime « effet d√©mo ».

« Ah, mon poste n’est pas en forme. »

Le glisser-d√©placer d’un fichier dans une zone d’un formulaire web qui foire.

Une belle petite erreur 500. On a les mêmes. Elles sont totalement aléatoires.

« Moui bon, il y’a un petit souci sur les abscisses. »

(Aspect visuel, convivialitationnitudit√©, tout √ßa…)

Tentative de faire un regroupement de champ avec un tableau de données de 3000 enregistrements. Boum, ça pète.

« √áa devient moins rapide au fur et √† mesure qu’on rajoute des fonctionnalit√©s. »

Euh, non. Quand le moteur interne est bien structur√© et que la fonctionnalit√© est ajout√©e correctement, √ßa ralentit pas tout le reste. Mais bon…

« Ouh, vous √™tes un aventurier. »

C’est la r√©ponse que j’ai obtenue apr√®s avoir demand√© qu’on teste quelque chose de particulier (je ne sais m√™me plus ce que c’√©tait, et osef). √Ä vrai dire, j’avais √† peine √©nonc√© une action pr√©liminaire √† ce que je voulais r√©ellement voir test√©. Rien que √ßa faisait d√©j√† de moi « un aventurier ».

« Globalement, normalement, √ßa fonctionne. »

*)

Parfois, les probl√®mes ne viennent pas d’un vilain et inattendu effet d√©mo, mais des fonctionnalit√©s elles-m√™mes, ou de la mani√®re de les pr√©senter.

« √Ä la demande de beaucoup de nos clients, l’enqu√™te de satisfaction a √©t√© int√©gr√©e dans les mails ».

Dit comme √ßa, c’est impressionnant. En v√©rit√©, c’est juste des urls ouvrant sur une page sp√©cifique de Pochtronarr. Et comme les infos de connexion ne sont pas enregistr√©es dans un cookie comme dans tout site qui se respecte (me demandez pas o√Ļ elles sont enregistr√©es, j’ai m√™me pas cherch√©), eh bien il faut se relogger pour r√©pondre √† l’enqu√™te. Passons…

D√©monstration de cette fonctionnalit√©. L’ex√©cuteur de la d√©mo clique sur la note la plus mauvaise (un petit smiley pas content du tout, #on_est_trop_des_geeks) et indique en commentaire : « √ßa ne marche pas, gros nuls ». Voil√† un story-telling couronn√© de conconvivivialiturpitude !

« Le champ ‘Remarques’, vous oubliez ».

Ce champ contenait du putain de SQL. Merci de ne pas nous prendre pour des d√©biles. S’il est l√†, √† priori c’est pas pour rien et faut justement pas « l’oublier ». D’autres part, quelle d√©cadence d’encha√ģnement d’√©v√©nements a-t-on d√Ľ s’infliger pour se retrouver dans une situation dans laquelle un champ intitul√© « Remarques » doit contenir du SQL¬† ?

« Wolk on line »

Il s’agit de la mani√®re dont Fournisseur-Consultant Frigo prononce le terme « Wake on lan ». (Plus de d√©tails ici : https :// fr.wikipedia.org/wiki/Wake-on-LAN).

De mani√®re g√©n√©rale, j’ai remarqu√© que l’ensemble des interfaces et de la documentation de Pochtronarr montre des sympt√īmes inqui√©tants de gloubiboulgatisation s√©mantique et de mauvaise ma√ģtrise du langage (qu’il soit parl√© ou de programmation) : fautes d’orthographes, homonymes dans les noms de concepts, code non factoris√©, encodage et caract√®res sp√©ciaux non compris, etc. Ce « wolk on line » en est une confirmation.

Vous vous rappelez de Coll√®gue Eurod’, l’anti-Raymond Devos de l’ancienne cr√©merie o√Ļ je travaillais ? Je retrouve un petit peu de lui dans Pochtronarr.

Sur ce, les fabuleuses démonstrations du matin se terminent, il est temps de se précipiter vers la boustifaillou-graillasse.

 

Repas de midi

Sauf que c’est pas tout de suite l’instant boustifaillou-graillasse. L√† c’est « temps libre pour sociabiliser avec nos homologues d’autres soci√©t√©s ». Une id√©e fort louable, mais pour laquelle je n’ai que tr√®s peu de talent. J’envoie un SMS √† une personne imaginaire pour me donner une contenance.

Semi-Chef Pez, qui est meilleur que moi √† ces mondanit√©s, parvient √† choper « Monsieur Mucarpet », un techos d’apparat de chez CarGlass affubl√© de lunettes de la s√©curit√© sociale. Oui oui, ils ont des techniciens informatiques chez CarGlass. Et leurs verres de lunettes sont tr√®s √©pais.

C’est une belle prise de la part de Pez, car nos deux instances de Pochtronarr ont un bug en commun. Une histoire de changement d’√©tat d’un neuro-transmetteur virtuel qui est al√©atoirement non pris en compte. On est √† la fois rassur√©s de voir qu’on n’est pas les seuls √† avoir une foule de probl√®mes avec cette merde, et inquiets de voir que ces probl√®mes ne semblent pas r√©solus, ni m√™me pris en compte, ni m√™me reconnus par les ploucocratiens.

On tente de le leur faire entendre. Fournisseur-Dir-Tech Ashereff r√©pond : « chez d’autres clients √ßa marche », et « c’est la faute √† vos scripts m√©tiers, quand vous en codez un, il faut toujours mettre le changement d’√©tat en dernier ». Je veux bien √™tre d’accord, mais le bug a lieu lors de l’ex√©cution d’un script standard fourni avec Pochtronarr. Donc soit ils respectent pas leurs propres consignes, soit √ßa vient pas de l√†. Bref, chou blanc pour tenter d’attirer leur attention sur ce bug.

Entre temps, Semi-Chef Pez alpague d’autres ploucocratiens pour les vilipender, comme quoi l’installation de notre Pochtronarr aurait √©t√© effectu√©e via un concours de lancers de seaux de vomi.

Les ploucocratiens alpagu√©s admettent sans trop de r√©sistance que le consultant qui nous a √©t√© affect√© s’est r√©v√©l√© par la suite √™tre un radiateur de la plan√®te Radiateur, d√©guis√© en humain et visitant la Terre dans le cadre d’une excursion « Tourisme authentique de galaxies panach√©es ». Il a √©t√© vir√© depuis, mais les s√©quelles de son passage parmi nous restent encore.

Je suis content que Ploucocratt avoue avoir copieusement merd√©. Par contre le minimum aurait √©t√© de r√©parer. Or, la seule chose qu’ils nous proposent c’est¬†: « on corrige vos bugs, on finit de livrer ce que vous avez demand√© au d√©part, on tire un trait et on repart √† z√©ro ». Mouais bof. Je trouve √ßa un peu l√©ger comme r√©ponse. Et de toutes fa√ßons, il n’ont pas sp√©cialement corrig√© leurs bugs (se r√©f√©rer √† ce que je viens de raconter juste avant).

Dialogue entre Semi-Chef Pez et Fournisseuse-Commerciale Jacquotte :

‚ąí On aimerait aussi avoir une fonctionnalit√© d’arborescentisation des psycho-tropismes. Comment on peut faire √ßa ?
‚ąí Pour toute demande d’√©volution, voyez avec votre consultant.
‚ąí Oui, et c’est qui ? Parce que √ßa a chang√© quatre fois depuis cette histoire de radiateur d√©guis√© en humain.
‚ąí …

Jean-Rudy Radiateur, en train de se reposer.

Fini pour aujourd’hui

Comme annonc√©, je coupe ce r√©cit en deux. La suite arrivera le mois prochain. J’imagine qu’une multitude de questions cruciales hantent maintenant votre esprit :

  • Qui remportera les cadeaux du quizz idiot ?
  • R√©ch√®r aura-t-il l’occasion de boire suffisamment d’alcool pour se d√©sinhiber et dire ce qu’il pense vraiment de Pochtronarr ?
  • Quel est le secret du nom de Fournisseur-Consultant Frigo ?
  • Pourquoi ?

Vous le saurez au prochain numéro.