Un an de Squarity

Il y a un an et quelques jours, je mettais http://squarity.fr en ligne et je l’annonçais dans cet article. C’est l’occasion de résumer le chemin parcouru.

  • Je me suis lancé dans ce projet sans être sûr qu’il était techniquement faisable.
  • J’ai pesté contre la lenteur de Brython et son incapacité à faire remonter les messages d’erreur python.
  • Je suis passé à Pyodide.
  • Je me suis lamenté sur mon incapacité à écrire du CSS, pour finir par coder certaines parties du responsive design en javascript.
  • J’ai écrit des tutoriels.
  • J’ai écrit de la doc, que j’ai ensuite rendu obsolète.
  • J’ai répondu « oui » à une grande partie des suggestions d’améliorations, en précisant qu’elles étaient dans la road-map.
  • J’ai promis que je publierai cette road-map.
  • Je publie ici la première étape de la road-map, à savoir : « rédiger la road-map ».

Ensuite, j’ai créé un serveur Discord, et quelques gentilles personnes s’y sont greffées.

  • Ensemble, nous avons créé des jeux, joué à ces jeux, et eu des idées de jeux sans les concrétiser.
  • Nous avons participé à des Ludum Dare en ayant l’espoir que ça ferait connaître Squarity.
  • Nous avons bidouillé du javascript dans du python lui-même dans du javascript.
  • Nous avons fait de la 3D isométrique avec de la 2D.
  • Nous avons pallié l’inexistence de l’IDE de Squarity avec un serveur web local.
  • Nous avons discuté, twitché, live-codé, peer-programmé, Clash-of-Codé et parlé tous les jeudis soirs avec un·e nain·e.
  • Nous nous sommes bien amusé et ce n’est pas fini !

Quelques remerciements particuliers

Merci aux personnes suivantes, dont la plupart sont sur Discord :

  • 10K, qui a créé un Pacman quelques jours à peine après la mise en ligne de Squarity
  • Loowood, très souvent présent pendant les lives, toujours prêt pour donner un petit message d’encouragement, qui a créé le Bomberman Chelou ainsi que le fameux « framework-hack-3D ».
  • ℕarkoa, qui apparaît également dans ce blog et qui m’a soutenu pendant le dernier Ludum Dare.
  • lilithabaddon, qui a commencé à créer le jeu du Labyrinthe, toujours là aussi pendant les lives, et qui s’est inscrit trois fois pour gonfler à bloc le nombre de gens sur Discord. Sans ça, nous serions beaucoup moins de monde que 16 personnes !
  • Tacheul, de PixelJoint, qui a dessiné le superbe tileset du jeu H2O.
  • Mes enfants, qui testent mes jeux et font des vidéos avec moi, et qui parviennent à prendre un air réellement interessé quand je leur parle de mes avancées et mes élucubrations.
  • Ma chérie, qui écoute aussi mes élucubrations et qui établit actuellement un « état de l’art des jeux de Match-3 », je suis sûr que ça me servira à quelque chose.

Et bien sûr, merci à toutes les autres personnes qui s’intéressent à Squarity, qui passent dire un petit coucou, ou pas car elles n’ont pas envie (et vous avez bien le droit), qui, peut-être, créent des jeux dans leurs coins, qui ont des idées de malade et des projets complètement fous mais qui n’osent pas en parler. Être ici est déjà le début de quelque chose. On verra pour la suite !

Oui d’ailleurs, pour la suite ?

Ça fait quelques mois qu’il n’y a pas eu d’évolutions sur Squarity. J’ai passé les derniers mois à coder le jeu « Game of No-Life », ce qui n’était pas une stratégie très maligne. J’aurais pu utiliser ce temps pour améliorer le site, le rendre plus facile d’utilisation, ajouter des fonctionnalités dans le moteur et mettre la doc à jour. Mais à la réflexion, je n’aurais pas pu agir d’une autre manière.

C’est un projet que j’avance durant mon temps libre. Il est difficile de rester motivé sur le long terme pour ça. Vous-même, vous savez. Je n’en suis pas à mon premier projet perso, nombre d’entre eux ont survécu à peine quelques semaines avant de se retrouver jetés aux ordures tel une portée de petits chatons non prévue.

Mais j’aime inventer des jeux et j’aime coder en python. Le fait d’utiliser mon propre outil pour faire ce que j’aime m’offre un petit (ou un grand) moment de détente, qui me redonne de la motivation pour continuer.

Alors voilà. On va avancer très lentement. Il y aura sûrement d’autres pauses comme celle-ci dans le développement de Squarity. Des fonctionnalités que j’ai promises dès le départ arriveront peut-être dans 10 ans. Vous continuerez de galérez encore longtemps avec une API très pauvre et un site web mal fichu. Mais cette erratique manière de progresser nous donne, à moi et à vous, une garantie que je n’abandonnerais pas ce projet, tant que je suis capable de coder.

Le chemin vers Squarity est pavé de bonnes intentions carrées

Le Game of No-Life

Il est enfin terminé ! Il s’agit d’un jeu de stratégie minimaliste en temps réel, qui se joue à deux, avec seulement deux boutons par personne.

C’est aussi un petit test de performance, car il y en a pour :

  • 2656 lignes de code (4965 en comptant les commentaires).
  • Des actions sur l’ensemble de l’aire de jeu, effectuées automatiquement toutes les 200 millisecondes.
  • Une pseudo-interface intégrée dans le jeu
  • Une zone de 60 par 38 tiles au total.

Voici une petite vidéo de démonstration, dans laquelle je joue avec mon fils :

C’est un peu long, on raconte plein de bêtises. Mais vous remarquerez que j’ai pris soin de la décomposer en chapitres.

Si vous n’avez pas une demi-heure de temps de vie à gaspiller, vous pouvez juste regarder les chapitres « Comment jouer », « Présentation de Squarity » et « Dénouement final ». Ça ne vous coûtera que 17 minutes.

Et sinon, pour jouer, c’est directement dans votre navigateur en cliquant ici. Vous n’avez plus qu’à trouver un humain consentant à portée de main et à jouer ensemble !

Ludum Dare

C’est le week-end prochain. Comme d’habitude, je ferais quelque chose, mais sans y passer trop de temps. Il faut que j’arrête de coder des jeux dans Squarity et que je m’occupe de Squarity lui-même. En l’occurrence, rédiger cette fameuse road-map.

En plus ça risque d’être le bordel au niveau de mon travail salarié. Ce sera une fin de sprint et faut qu’on ait un truc-machin de finalisé pour notre super projet secret dont je ne peux vous dire que le nom : « POILS_PUBIENS ». Mais je ne vais pas vous embêter avec ces détails à la con de ma vie.

Les poils pubiens de Jessie Minxxx sont-ils aussi teints en bleu ?

L’article du mois prochain ne parlera pas de Squarity, faut bien varier un peu. En revanche, je ne peux pas vous garantir qu’il sera intéressant.

Rien de conséquent pour ce mois

Lecteurtrices, on va pas se mentir, je suis à l’arrache.

Je suis toujours sur mon gros projet http://squarity.fr . Je vais bientôt ajouter la possibilité de définir la taille de l’aire de jeu. Pour célébrer ça, je crée actuellement un petit jeu de démonstration sur un terrain honorablement grand.

Il s’agit d’un pseudo-jeu de stratégie en temps réel, où deux joueurtrices s’opposent. Il n’y a besoin que de deux boutons par personne. Ça s’appellera « Game of No-Life », en hommage au Game of Life de John Conway. Tout ce que je peux vous montrer pour le moment, c’est un screenshot.

Outre ce jeu, ma liste de tâches créatives comporte un certains nombres d’éléments aux deadlines proches et strictes :

  • Participer au Ludum Dare, du 23 au 26 avril. C’est un très bon moyen de faire connaître Squarity et d’éprouver son utilisabilité.
  • Créer un challenge pour la Toulouse Hacking Convention. Je profite d’avoir une connaissance dans l’équipe organisatrice pour proposer une contribution. La THCON a lieu au mois de juin, mais je dois m’y prendre suffisamment à l’avance pour réaliser le challenge.
  • Imaginer un espèce de jeu à énigme genre Escape Room, pour des connaissances personnelles, à l’occasion d’un événement spécifique (intrinsèquement deadliné).

Donc pas d’article conséquent ce mois-ci, à part ce présent article pour dire que j’ai pas le temps de faire un article.

En contrepartie, vous avez la promesse d’une multitude de goodies à venir :

  • Un jeu de stratégie, qui sera fini je-sais-pas-quand.
  • Le jeu que j’aurais créé pour le Ludum Dare.
  • Un éventuel article post-codem du Ludum Dare.
  • Un challenge de hacking. La THCON accepte qu’on publie nos contributions une fois que l’événement est passé.
  • Sans oublier le commentaire de NarK dans mon article précédent (encore merci à toi ! ), qui déclenchera un article supplémentaire concernant mon ancien projet avec les tinies.

Hey, j’me fous pas de vous, quand même.

Sur ce, voici la traditionnelle image de femme ronde. J’ai cherché quelque chose avec du rouge et du bleu, pour rappeler les petites unités-pixels du screenshot du Game of No-Life. J’ai trouvé ceci :

Notez les petites zones rouge et bleue, ce qui crée une image 3D à regarder avec les lunettes magiques idoines.

Il s’agit du top model Karola, que vous pouvez voir sur le site « Silicone Free ». Voici les images d’origine en 2D. Elle porte un mailot de bain violet, ce qui est tout à fait approprié, puisque le violet c’est du rouge et du bleu. Ha ha !

Justement, au sujet de Karola, (et de la ville de Reims)

Il y a quelques années de ça, j’avais orné un de mes articles par une image de cette belle dame.

Un type était venu me demander, dans les commentaires, si j’avais le droit de publier des photos d’elle. Je lui avais répondu courtoisement, mais il s’était assez vite énervé et je l’avais bloqué. Comme il n’était pas très malin, il avait indiqué une adresse mail non-bidon dans le champ du commentaire. Par de simples recherches, cette adresse m’avait permis de trouver son vrai nom, sa ville de résidence et quelques autres infos. Certaines laissaient à penser qu’il ne connaissait pas personnellement Karola, malgré ce qu’il prétendait. J’avais gardé les infos glanées, « au cas où ».

2 ans plus tard, suite à une publication d’une autre photo de Karola, il revenait à la charge. Nous nous sommes mutuellement insultés de manière tout à fait cordiale et conventionnelle. J’avais révélé son vrai nom dans un de mes commentaires, puis je me suis ravisé, car c’était trop méchant, voire illégal. J’ai laissé les insultes. Nous en sommes restés là.

Cette histoire toute moisie m’est revenue à l’esprit, et j’appréhendais (sans toutefois vraiment craindre) que l’image de cet article déclenche à nouveau un de ses caprices. Par curiosité et voyeurisme, je me suis dit que ce serait l’occasion de chercher à nouveau des infos sur lui. Peut-être qu’il avait dumpé quelques inepties de plus, ça et là sur internet.

Je retrouvais sa page Facebook, son profil Linkedin et d’autres petites crottes. Et là, en cinquième position des résultats de recherche : un avis de décès publié en ligne. Le type a crevé, il y a environ 3 ans.

Ça me fait un peu bizarre.

J’ai enlevé les blocages le concernant. Vous pouvez maintenant écrire des commentaires comportant les mots « karola » ou « karodiva », ainsi que des commentaires émanant de son adresse IP, bien que vous n’ayez pas besoin de ça.

Je ressens le besoin de lui rendre un tout petit dernier hommage, même si je ne le connaissais que très peu. Voici donc une dédicace posthume faite avec Paint, sur une carte postale de la ville de Reims. La ville où il est enterré, où il a vécu, et peut-être aussi où il est né.

Les fautes d’orthographe sont aussi un hommage.

Cet événement nous rappelle qu’il faut régulièrement remercier les femmes et les hommes en tout genre qui mettent des photos de leurs corps sur internet. Il nous rappelle aussi que l’internet tel que nous le connaissons actuellement, et qui permet (encore) de faire circuler ce genre d’images est quelque chose de précieux que nous devons préserver.

Encore merci, Karola, j’espère que vous allez bien.