Le « Raffarin Pète-Burnes Memorial Day ». #2

Vous me connaissez, je râle régulièrement sur l’injustice de ce monde, qui fait que je suis forcé de faire l’ouvrier-codeur 8 heures par jour alors que mon cerveau mérite bien mieux.

Par conséquent, j’ai décidé que chaque année (si ce blog tient la route encore quelque temps), je commémorerais, par le biais d’un article dédié, le lamentable génocide de notre jour ferié de la Pentecôte.

Mesdames et messieurs, voici donc pour vous la deuxième édition du

Raffarin

pète-burnes

Memorial

Day

RAFFARIN 001

Rappelons que c’est ce connard qui est à l’origine du massacre de notre (et surtout de mon) temps libre.

Deuxième édition, déjà ? Oui oui, la première est ici : lien.

Voilà qui est bien. Mais de quoi allons-nous parler donc ? De Raffarin ? Que nenni. A l’heure où je vous écrit il sera certainement déjà mort. Passons à autre chose. Allez, une petite histoire.

– Bonjour monsieur le Responsable des Affectations aux Emplois de Glande, avez-vous étudié ma candidature ?

– Oui. Et je suis au regret de vous annoncer que nous n’avons rien pour vous. On croule sous les demandes, vous savez.

– Attendez, j’ai une bonne Valeur Créative Non Marchande, qui vaudrait le coup d’être exploitée ! Je tiens un blog de plutôt bonne facture, je suis rédacteur permanent au magazine 42, j’ai commis quelques œuvres ces dernières années : un dessin animé, un livre. Et j’ai des jeux vidéos bizarres en projet. Le tout disponible gratuitement, sous les licences libres qui vont bien !

Message à caractère informatif

– Ça ne vaut pas grand-chose. Il existe d’autres personnes, beaucoup plus créatives et prolifiques, qui méritent plus que vous nos Affectations.

– Mais il n’y a pas que ça ! J’ai aussi une forte Capacité de Travail Volontaire. Je suis bénévole dans l’association culturelle Alternateuf depuis plus de deux ans. J’ai une liste gigantesque d’aides, barmaneries, nettoyages de soirée, organisations d’événements et divers hauts fait, réalisés durant mes années étudiantes. Et une fois, j’ai bêché le jardin de ma vieille voisine de 75 ans.

– Oui bon. Ce n’est pas phénoménal. De plus, vous n’avez pas de savoir-faire lié à un Travail Volontaire spécifique. Par exemple, vous ne savez pas faire les vendanges, ni vous occuper d’handicapés, ni jouer d’un quelconque instrument de musique.

– Ca fait plus de 5 ans que je fais du théâtre. Je commence à être bon, et ça me plaît sacrément. Je pourrais donner des cours.

– Ha ha ha !! Vous croyez avoir le niveau d’un vrai prof de théâtre ?

– Bien sûr que non. C’est pour ça que mes cours seraient gratuit. Si je n’étais pas constamment obligé de gagner de l’argent pour vivre, je pourrais me consacrer à cette activité. Sans oublier tous les autres trucs cools dont je vous ai parlé au début, que je continuerais à faire encore plus intensément.

– Euh… C’est pas plus simple de devenir vraiment prof de théâtre et de vous faire payer ? Si ça vous plaît tant et que vous vous pensez suffisament bon.

– Mais, tonnerre de merde ! Je suppose que dans ce putain de pays, il existe des gens qui ont envie d’apprendre le théâtre, mais qui n’ont pas assez d’argent pour se permettre un tel luxe. Est-ce que je ne pourrais pas être leur chance ? leur moyen de réaliser ce rêve ? Alors ? Alors ?

secretaire black nichons

– OK, admettons. Mais même avec tout ce que vous avez dit, votre Potentiel de Génération d’Externalité Positive reste faible. Vous ne pouvez pas prétendre à mieux qu’un Emploi de Glande de classe 4. Et vous devrez le mériter !

– Oh merci mille fois ! À quoi correspond la classe 4, exactement ?

– Votre Marge de Glande sera d’approximativement 50% de votre temps de travail. Vous resterez donc ouvrier-codeur. Nous allons vous placer au poste d' »informaticien à la con », dans une agence immobilière tentaculaire. Par contre, votre accès internet sera limité aux sites non pornos, et restreint à un quota corporativement décent.

– Pas de problème. De toutes façons je n’ai pas un besoin constant d’internet. Lors de mes moments de création, mon cerveau me suffit. Mon écran sera-t-il visible par des collègues depuis le couloir ou un autre bureau ?

– Non rassurez-vous. Le Code des Emplois de Glande oblige à vous fournir une situation non constamment surveillée, quel que soit votre classe.

– Voilà qui est bien.

– Vous devrez nous faire un compte-rendu mensuel de vos activités libres et non marchandes, afin de justifier de ce cadeau que la société vous aura fait.

– Ah, vous allez m’espionner ? Je vais vous abandonner une partie de ma liberté ?

– Si vous tenez tant à cette fameuse liberté, peut-être que vous devriez continuer votre emploi d’ouvrier-codeur 8 heures par jour.

– D’accord, mettons que je n’ai rien dit. Par contre, avec ce que vous me proposez, je ne serais pas fonctionnaire ?

– C’est quoi ce cliché qui veut que les Emplois de Glande soient tous dans la fonction publique ? C’est faux, là. Regardez les postes à hautes responsabilités, les traders, les gens qui ont acquis un savoir-faire dans un métier très spécifique, les artistes qui ont créé une seule chanson ou un seul livre devenu à la mode on ne sait trop comment, et toutes sortes d’autres planqués, au fond d’un bureau. C’est de la Glande Royale ! Et c’est dans le privé !

Des yeux en décalcomanie. A se coller sur les paupières pour faire croire qu’on ne dort pas comme une souche au turbin.

– OK OK, Calmez vous. Désolé.

– Grmmblmm…

– Mais dites-moi, une question me taraude, monsieur le Responsable des Affectations aux Emplois de Glande.

– Quoi donc ?

– Comment se fait-il que votre système ne se casse pas la gueule ? Ces Emplois de Glande ne servent à rien. Pourquoi les entreprises ne les suppriment-elles pas ?

– Ce type d’emploi a toujours existé, et n’a jamais mis l’économie en danger. Les entreprises ne savent pas s’en débarrasser. Plus elles deviennent importantes, et plus elles se perdent dans des circonvolutions de processus alambiqués, laissant échapper de temps en temps des excroissances de tâches inusitées. La différence, c’est qu’avant, ce potentiel de glande était très mal exploité. Certaines personnes avaient le sentiment d’être inutiles et entraient dans des dépressions terribles. Tandis que d’autres avaient des idées plein la tête mais voyaient leur précieux temps gaspillés à devoir survivre. On a simplement optimisé tout ce bordel en donnant le potentiel à ceux qui en feraient le meilleur usage.

dilbert 01od4

– Merci. Je ne vous décevrais pas, monsieur le Responsable.

– Je l’espère. Et surtout n’en profitez pas pour vous droguer !

– Aucun risque. Je suis ma propre drogue.

Epilogue

Cette histoire est bien evidemment du grand n’importe quoi, et n’a absolument rien à voir avec le monde réel.

Cependant, il existe une autre idée, plus réaliste, plus équitable et plus efficace concernant l’optimisation et la rentabilisation de l’activité humaine. Il s’agit du Revenu de Vie, encore appelé Allocation Universelle. Ce sera l’objet de mon prochain article que je fais péter bientôt.

Petit détail qui a son importance : contrairement au bloc de fantaisie que je viens de vous narrer, le Revenu de Vie, lui, est défendu par des personnes autres que « moi-même tout seul dans l’univers ».

Je n’ai pas jugé utile de vous parler de l’allongement prochain de l’âge de la retraite. De toutes façons dans même pas 30 ans, la totalité de l’occident va changer, car y’aura plus de pétrole.

Et maintenant voici une secrétaire sexy qui va vous dire que le monde du travail, c’est trop le bien et la sensualité.

Peaches Larue 2

Peaches Larue

Moi et mon boulot

Un lundi de y’a pas longtemps, c’était férié, et j’étais au boulot. J’étais un peu énervé, enfin, rien de bien original. Mais voilà.

Vous savez, ma vie a l’air super chouette, vue comme ça. Je m’éclate à faire du code, j’écris des bêtises sur ce blog, je cherche des images de cul sur Internet… J’ai même réussi à arrêter d’être puceau. La crise mondiale étant ce qu’elle est, cet « achievement » n’était pas forcément chose aisée. Enfin bref.

Ce que je voulais dire, c’est que tout ne va pas aussi bien que ça.

Vous voyez, le problème, c’est tout ce qu’il y a dans mon cerveau. J’ai plein d’idées de textes, d’articles, de livres, de jeux vidéos, de dessins animés, et d’autres choses… Ça prend du temps de faire sortir tout ça sous une forme à peu près présentable. Et le temps, je trouve que j’en ai vraiment pas assez.

Déjà j’ai ma « dépendance aux jeux vidéos » (comme on lit dans les journaux des grandes personnes). C’est assez chronophage (comme on lit dans les sites internet branchés). Je suis cleric lvl 47 à Maple Story quand-même.

maple story brocolis

(Je m’appelle Recher03 parce qu’avant, j’ai fait 2 persos tout pourris).

En fait, c’est surtout ce travail. Oh, il ne me déplaît pas. Pisser du code et de la documentation, ça m’a jamais dérangé. Et puis je trouve amusante cette idée que tout ce que j’y produis aboutit dans un gigantesque magma que je ne comprends pas. Je suis une espèce d’ombre dans un coin que peu de gens remarquent et j’aime bien. Plus de la moitié de ce que je pisse sont des informations que personne n’utilise. Si un ahuri s’amusait à tout imprimer, on obtiendrait sûrement assez de papier pour envelopper toutes les femmes rondes que je mets sur ce site.

hugenhot009 rhonda bbwdreamlover

Un jour, il faudra que je vous raconte une journée de travail. C’est l’un de mes projets d’article et évidemment, je n’ai pas encore trouvé le temps de l’écrire.

Je vous raconterai les délais idiots que nous sommes censés tenir, que l’on ne tient pas et dont je n’ai que faire. Tous ces chiffrages bancals qui ne tiennent pas debout.

Je vous raconterai la petite lueur d’espoir que j’ai chaque fois que j’entends sonner l’alarme incendie. « Peut-être va-t-il enfin se passer quelque chose de rigolo ici? » Et ma déception quand elle s’arrête immédiatement. Rien qu’une stupide fausse alerte.

Je vous parlerai de toutes ces belles et fraîches femmes que je fixe par la fenêtre de mon bureau, avec mes yeux de bovins. Oh, Karo et son visage parfait. Fumigène et son énorme poitrine qu’elle darde vers l’avant. Et d’autres nanas dont j’ignore les noms, qui roulent des fesses et font flotter leurs cheveux.

S’il y a bien une chose que je dois reconnaître à Merluchon Corp, c’est la prestigieuse brouettée de nenettes greluchassement bien assemblées, avec une finition au poil. Tout n’est pas à mon goût, mais on sent une volonté de cohérence esthétique au niveau du recrutement.

intheway

silver1

Je m’amuserai à rajouter quelques phrases bibliques:

  • Et lorsque j’aurais purifié ce fichier de toutes les ordures dont il est parsemé, alors peut-être pourrais-je enfin graver du code de mes propres mains.
  • Dans ton petit espace personnel, tes sauvegardes, tu conserveras. Car il est bon de garder à l’esprit que tous les possibles dispositifs de sécurité orchestrés par tes prochains sont amenés à tomber.
  • N’achète jamais rien avec une fermeture éclair en nylon.

Ce ne sera pas forcément très ressemblant, car je n’ai pas (encore) lu la Bible. Aucune importance.

Je vous parlerai de la précision remarquable de mes techniques de contraction du sphincter, qui me permettent de ninja-péter dans mon siège de bureau. Même avec des pets qui auraient dû être bruyants à l’origine. Ça n’empêche pas les odeurs, mais ça, c’est plus un problème pour mes collègues que pour moi. Personne n’osera dire tout haut: « Arrête de péter, bordel! »

lysistrata acropole

Je ferai une liste de tous les petits textes bizarres que j’ai l’intention de post-iter dans les toilettes. Des choses qui ne veulent rien dire mais qui pourraient interpeller les gens. J’ai déjà placé un classique « the cake is a lie », et un plus mystérieux « si vous êtes arrivé ici, c’est que vous avez encore échoué ». Ça m’amuse beaucoup.

Au sujet des toilettes, il faudra que je me modère, que j’évite de donner trop de détails sur les moments de masturbation que je m’offre en ce lieu secret. J’ai bien conscience que tout ça ne vous intéresse pas énormément. Vous voyez, j’essaie, le plus possible, de ne pas transformer ce blog en un « 36 15 my life ».

Ah, au fait, la phrase « si vous êtes arrivé ici … » n’est pas de moi, mais de Chuck Pahlaniuk. Elle est dans « Journal intime », qui n’est pas du tout un journal intime. Enfin vous vous en doutiez.

C’est pas son meilleur bouquin. En ce moment, je lis « À l’estomac », qui trash-cartonne bien plus. J’en suis au passage avec les poupées anatomiquement correctes (en italique dans le texte). Mais je ne dois pas vous raconter, évidemment.

anatomically correct family

De quoi est-ce que je parlais moi ?

Pas la peine de s’en faire, i suffit d’oublier
Demain je s’rai funky, rastaquouère et blindé.
(Hubert-Félix Thiéfaine)

Mon rêve serait de trouver un travail de planqué. Je sais, annoncer ce genre de chose fait de moi un gamin stupide et irréaliste. Le problème, c’est que quand vous postulez pour quelque emploi que ce soit, vous ne pouvez pas demander au type en face de vous: « quel est le taux maximum de glandage autorisé dans votre entreprise? » Il n’ira jamais vous l’avouer, même si lui-même va 5 fois par jour aux toilettes, avec un préservatif rempli de framboise caché dans sa poche de chemise, et qu’il a le rang d’Archimage au jeu web-glande NaturalChimie.

Je dois faire un article sur les boulots de planqué. Ces petites perles…

Vous vous souvenez de Corinne Maier? La nana qui a écrit « Bonjour Paresse ». Elle explique qu’il n’y a plus rien à espérer de l’entreprise, de vos perspectives de carrières ou de votre « vie professionnelle ». Il ne vous reste plus qu’à vous asseoir sur votre siège et attendre. Scott Adams ajoute que l’idéal, c’en est un avec accoudoirs, pour une sieste plus confortable.

2842876836_1b11c6a075

Pouvoir se la couler douce ne me semble pas évident dans toutes les entreprises. Et je ne parle pas ici du clivage clichesque entre les fonctionnaires glandos et le privé où on bosse comme des dingues. Non, ce n’est plus aussi simple que ça maintenant. Les boulots de glande existent toujours, mais il n’y a plus de règle fiable pour les trouver.

Tu sais Corinne, dans certaines entreprises, on surveille vraiment le travail que tu produis. Il y a des délais. Des tâches à estimer en nombre de jours. Et si on ne respecte pas tout cela… Eh bien je ne sais pas exactement ce qu’il se passe. Je suppose qu’on se fait virer. Ou juste engueuler. Je ne le sais pas. Je n’ai pas encore suffisamment de courage pour essayer. Est-ce que ça veut dire qu’ils me tiennent déjà par la peur et le stress?

Le problème avec mon boulot, c’est qu’ils sont trop intelligents, ils savent faire la part des choses. Je peux jouer à des jeux vidéos à n’importe quel moment, personne ne m’en fera la remarque. Mais si je ne fais pas ce qu’on m’a demandé dans le temps imparti, là on me le signale. Je peux toujours essayer de tricher, annoncer qu’un truc va me prendre 10 jours là où ça m’en prendrait 2. Mais ça aussi ils savent le repérer. Trop intelligents je vous dis.

Si Corinne Maier avait mon emploi, est-ce qu’elle serait capable de le transformer en un boulot à possibilité de glandage? Est-ce qu’elle pourrait m’aider à ce que je le transforme moi-même? Est-ce qu’il existe des « consultants en glanding »? Je ne sais pas.

Glande

Mais je sais que je vais développer ce sujet le plus possible, afin de le détaboutiser. La « richesse » d’un boulot de glande est un concept de société qui me semble très important.

À suivre donc. (Mais je ferai une petite fiche-cuisine entre temps, histoire de conserver suffisamment de légèreté à ce blog).