Raffarin Pète-Gonade Memorial Day #12 : « Mauvaise journée de travail »

Yèèèèèèèè.

Comme chaque année, ce blog commémore le RPGMD, en souvenir de ce lundi qui était férié avant et qui ne l’est plus. Merci encore à Raffarin.

Niveau Travail, je suis toujours sur le projet ultra-secret POILS_PUBIENS. Jusqu’ici, tout va bien. Je fais pas beaucoup de python, mais je vais essayer d’y survivre.

Chef Tabarnak nous a dit que cette année, ConcreteWorld.🌍 ne nous donnerait pas notre jour férié. Parce que « c’est un jour pour aider nos aînés et nos personnes handicapées, il doit donc être exergué, ressenti et vécu ».

Ça me semble quand même un peu hypocrite. Il aurait pu dire que y’a très besoin qu’on bosse sur le projet, et que y’a besoin de toutes les heures de tra-tra définies par le code du tra-tra.

Je l’ai déjà dit, je le redis : bosser un jour de plus gratos pour se permettre de taxer un peu plus les entreprises pour avoir de l’argent pour aider les vieux, c’est sacrément alambiqué comme idée. L’intermédiaire ajouté (les entreprises) diminue fortement la garantie de récupérer tout le pognon généré par le travail supplémentaire. C’était pas plus simple d’augmenter un impôt existant ? Ça aurait tout autant fait râler les gens, mais pour un rendement à mon avis meilleur.

Je préférerais qu’on me prenne mon argent plutôt que mon temps libre.

  • Mon argent me permet d’acheter des choses, de bouffer, de survivre. Il définit ma quantité de confort. Je POSSÈDE mon argent.
  • Mon temps libre me permet de réaliser les choses que je veux. Il définit mes actes, mon expérience, mes souvenirs et mes projets personnels pour l’avenir. Je SUIS mon temps libre.

L’être et l’avoir, toujours cette dualité.

Autre info : les mots à la mode du moment sont : « résilience », « agile » (vous le saviez déjà), et « frugal ». Du coup, on peut créer un mot doublement à la mode : « frugagile ».

Ugh ! Pied-Agile être frugasilient !

Tant qu’à être là et à m’exprimer sur la façon dont on exprime les choses, je vais vous parler d’une expression que je trouve débile.

La « mauvaise journée de travail »

« La journée a été mauvaise ». Cette expression se truffe dans des conversations à haute teneur en lieu-communs et dans des articles à la con. En voilà une brouettée :

On y trouvera des interrogations hyper-réflexionnatoires telles que « le défi est de savoir que faire à ce sujet. » , ainsi que des conseils drastiquement inédits comme « reposez-vous quand vous êtes malade » . Passée cette décharge de sagesse que nous venons de recevoir sur nos visages ébahis, intéressons-nous au sens intrinsèque de l’expression.

Elle donne l’impression que le caractère « bon / mauvais » d’une journée peut changer du jour au lendemain, littéralement. Ça me paraît totalement déconnecté de la réalité et de ce fameux « Monde du Travail » que tout le monde se targue de connaître.

Bande de mongolos, c’est pas la journée elle-même qui est bonne ou mauvaise, c’est les événements qu’il y a dedans ! Lorsque ces événements ont un impact limité à une seule journée, on s’en fout un peu. C’est quand l’impact s’étend à une plus grande période (une ou plusieurs semaines) qu’il devient significatif.

Est-ce qu’on se lève le matin en n’ayant absolument aucune conscience de la qualité de la journée à venir ? Bien sûr que non. On a en mémoire les événements des jours passés, qui font que l’on est dans une bonne ou mauvaise période. Une mauvaise journée n’est que le symptôme ponctuel d’une mauvaise période, qui est elle-même la conséquence d’événements « mauvais ».

Je me fiche de lutter contre les « mauvaises journées », ça ne réglera pas le problème et je devrais recommencer le lendemain. Ce qui m’intéresse c’est de lutter contre les « mauvais événements » qui feraient que je me retrouve dans une période de merde dont la durée pourrait courir jusqu’à plusieurs semaines.

J’ai pas de méthode miracle pour ça, mais voici quelques conseils :

*) Faites pas chier le peuple.

*) Impliquez-vous si ça vous intéresse, mais arrêtez « d’y croire à fond ». C’est pas une religion, c’est juste votre emploi.

*) Masturbez-vous (que vous soyez un homme ou une femme). Ça ne réglera pas les mauvais événements, mais ça vous mettra dans de meilleures dispositions pour affronter le problème surfacique des « mauvaises journées ».

*) Écrivez de la doc. Ne vous prenez pas la tête à la présenter bien comme il faut et à respecter la charte graphique blabla en vigueur. C’est de la doc que pour vous. Vous avez le droit d’y mettre des trucs débiles décrivant des choses super simples que tout le monde a déjà comprises sauf vous. Si quelqu’un râle parce qu’un truc quelconque n’est pas documenté, mettez en forme puis montrez-lui la partie de votre doc concernant ce truc.

Et maintenant, voici un cliché tenace du monde du Travail des années 1970 : la secrétaire. Notez le bureau cossu et les tableaux de la période Louis croix-V-bâton.

Au boulot les feignassoss !

Je parle pas pour moi. Vous vous doutez bien que j’ai pris un congé pour cette journée si spéciale.

Raffarin Pète-Gonade Memorial Day #10 : Macron, petit patapon

Cette année, nous fêtons les 10 ans du RPGMD ! Cette journée magique mettant à l’honneur ce tocard vérolé de Raffarin qui nous a bouffé un jour férié.

C’est l’occasion de faire quelque chose de spécial, non ?

Eh bien oui. Pour nos joyeux dirigeants, c’est l’occasion de montrer qu’on peut faire encore pire que ce qu’on a déjà fait. Ce tocard vérolé de Macron a émis l’idée de nous bouffer un deuxième jour férié, pour « financer la dépendance ».

Donc voilà. Ça me fait chier. Mais ne baissons pas les bras, on a perdu une bataille, ce serait bien de ne pas en perdre une deuxième.

Je vais me contenter de répéter des arguments que j’ai déjà formulé :

  • Je préfère avoir moins d’argent que moins de temps libre. À quoi ça me sert de gagner des milliers et des milliers d’euros si je ne peux pas les dépenser parce que je passe ma vie dedans le monde de le Travail ? Vous voulez sauvez la planète et l’humanité ? Baissez les salaires pour que les gens consomment et polluent moins, et augmenter le temps libre pour que les gens puissent glandouiller en toute tranquillité. Quand on glandouille, on consomme moins que quand on bosse.
  • Vous voulez augmenter les recettes de l’État ? Soit. Mais c’est pas plus simple de monter les impôts ? (À vous de déterminer lesquels, c’est votre boulot). Cette idée à la con de jour férié supprimé fait appel à un intermédiaire : les entreprises. J’ai rien contre la notion générique « d’entreprise », mais il ne faut pas être débile pour savoir que plus on met d’intermédiaires, quels qu’ils soient, moins on récupère d’argent au final. Donc il vaudrait mieux monter directement les impôts, plutôt que de monter le temps de travail pour que les entreprises gagnent plus d’argent pour pouvoir se permettre de les taxer plus. Les gens vont râler, mais ils râleront autant à une montée d’impôt qu’à une montée de temps de travail. Autant rentabiliser la râlerie au maximum en supprimant les intermédiaires.

Boarf, c’est pas si grave. Quand tout le pays sera en grève, un jour férié de moins, ça ne se remarquera pas.

Ce sera tout pour aujourd’hui.

Pour l’image de femme ronde, j’ai cherché une « first lady », afin d’être ironiquement dans le thème de cet article : Macron -> Le vrai président c’est sa femme -> First lady -> Femme -> Femme ronde.

Mais j’ai rien trouvé. À croire que depuis le début de l’Histoire de l’humanité, toutes les femmes de chefs d’État et toutes les femmes cheffes d’État de tous les États ne sont pas rondes. Zut. Je me suis alors orienté vers des « Queens » rondes. Il y a bien la reine Victoria, mais ses habits ne la mettent pas en valeur. J’ai fini par dénicher une reine du bal. On va faire avec. Brigitte aussi fait avec ce qu’elle a, donc bon…