#copinage : « sans droit ni loi »

Lulu les poilu(e)s !

Y’a des gens qui écrivent sur des blogs, d’autres sur du papier.

L’une des personnes écrivant sur du papier s’appelle Jacques-Yves Martin. Dit comme ça on a l’impression que c’est un pseudo. Franchement, quand on a un nom qu’est un prénom, on s’amuse pas à avoir un prénom qu’est un double-prénom. Enfin, sauf si on est un explorateur des grands froids (Jean-Louis Étienne, Paul-Émile Victor). Vous ne pouvez pas savoir si « Jacques-Yves Martin » est son vrai nom, mais ce n’est pas le plus important.

Et donc, sur du papier, il a écrit un polar, que j’ai lu et bien apprécié. Ça s’appelle « Sans droit ni loi » (https:// jacquesyvesmartin.com/sans-droit-ni-loi/).

On y retrouve des éléments de base assez classique : un policier menant une enquête, un suicide qui n’en est pas forcément un, des endroits glauques, etc. Sauf que Jacques-Yves Martin, qui n’a pas exploraté les étendues de Grande-Froidie, a eu l’occasion d’exercer le métier de policier. Du coup, son histoire est bien plus ancrée dans la réalité que d’autres. L’enquête s’étend sur plusieurs mois, au lieu d’être torchée en 3 jours par le super-sherlock de service. Des détails assez précis sont mentionnés : concernant la médecine légale, les indices présents sur un cadavre, l’administration policière, les procédures, etc.

Boris Thibert, le héros, est un justice-holique (il est accro à la justice). Alors là vous allez me dire que c’est banal, plein de personnages de polars sont comme ça. Mais c’est pas parce que quelque chose a déjà été fait qu’il ne faut pas le refaire à sa manière. En plus, un personnage justice-holique peut amener à des dilemmes moraux bien alambiqués : il pourrait glisser dangereusement vers la notion de vengeance, ou s’opposer à d’autres justice-holique n’ayant pas la même justice, etc. Les dérives potentielles sont innombrables.

Étrange mise en forme du texte

Les pensées internes du héros, ses réflexions, ses doutes et ses difficultés à s’affirmer sont écrites en italique et entre guillemets. D’autres parts, les pensées intimes du narrateur données en confidence au lecteur sont écrites en italique sans guillemets. Je ne suis pas sûr que ce soit les conventions standards, mais ça ne me dérange pas. De manière générale, j’aime bien voir la typographie un peu secouée par des nouvelles règles (cohérentes ou pas). Rappelons que dans les débuts de ce blog, il n’était pas rare de voir du texte changer de couleur pour montrer les moments où je craquais mon slip dans le but de l’accrocher fièrement au bout d’un bâton de majorette tel un étendard portant glorieusement les couleurs du ᵐ°uᵛₑᵚₑᴻt brownien gastrique (ha ha ha, mouvement « brownien » gastrique,  HAHAHAHAHA-HAAA !)

Hrrmm… Broumf. Je ne sais pas si je suis très clair avec ces histoires d’italique et de guillemets. Je vais donc vous montrer un exemple. Afin de ne pas vous spoiler l’histoire, il est de mon cru, inspiré de faits réels.

Réchèr entra dans le bar et jeta un regard circulaire pour repérer les gens intéressants.

« J’adore les volumineuses fesses de cette femme assise là-bas. »

La femme en question employa toute son attention à ne pas prêter attention à Réchèr.

Il aurait tant aimé être le tabouret de bar sur lequel elle était assise.

Il commanda une bière avec une paille et une touillette.

Vous voyez la subtilité ? La phrase en italique+guillemets est à la première personne car ce sont les pensées internes du personnage. Celle en italique simple est à la troisième personne car c’est le narrateur qui partage une intimité avec le lecteur.

Bon et alors ?

Eh bien je trouve personnellement que les italiques du narrateur sont inutiles. Le simple fait de lire un texte implique automatiquement une relation intime entre le lecteur et le narrateur. Ce n’est pas la peine d’en rajouter. Revoici mon exemple :

Réchèr entra dans le bar et jeta un regard circulaire pour repérer les gens intéressants.

« J’adore les volumineuses fesses de cette femme assise là-bas. »

La femme en question employa toute son attention à ne pas prêter attention à Réchèr.

Il aurait tant aimé être le tabouret de bar sur lequel elle était assise.

Il commanda une bière avec une paille et une touillette.

Je sais pas vous, mais moi je trouve ça plus fluide et moins insistant.

Un petit bug

C’est pas grave du tout, mais ça heurte ma sensibilité d’enculeur de mouches informaticien. L’histoire fait mention d’un « logiciel de cryptage ». Le mot « cryptage » ne devrait pas être utilisé. Explication rapide :

  • Pour rendre un message secret, on le « chiffre », en utilisant une « clé » (qui est un peu comme un mot de passe).
  • Pour retrouver le message original à l’aide de la clé, on le « déchiffre ».
  • Lorsqu’on tente d’obtenir le message original sans en avoir la clé, on le « décrypte ». C’est une opération plus ou moins faisable selon l’algorithme de chiffrement, la complexité de la clé, etc.

Le terme « cryptage » n’a donc aucun sens. Il voudrait dire qu’on rend un message secret sans avoir de clé, alors que c’est justement ce qui sert à chiffrer. Plus de détails par ici (https ://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement#Terminologie).

Sinon, le logiciel de chiffrement dont il est question est « TrueCrypt », et il semblerait que ce ne soit pas le plus fiable. (https:// www. howtogeek.com/203708/3-alternatives-to-the-now-defunct-truecrypt-for-your-encryption-needs/). Mais c’est un autre sujet et rien n’interdit d’inventer des personnages qui s’en servent.

Le mec au whisky

Attention, dans ce chapitre je vous spoile la première page. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop.

L’histoire débute par un mec qui boit du whisky.

Or figurez-vous que je connais personnellement l’auteur. Il m’avait demandé de relire et corriger une première version de son texte, ce que je fis, en échange de quelques dix-millièmes de bitcoins.

Dans cette première version, le mec de la première page buvait du Martini. Je lui ais suggéré que ça faisait un peu boisson de tafiole, du coup il l’a changé. Je me sens super important d’avoir eu cette petite influence.

Je vous laisse acheter et lire le livre pour découvrir le rôle que tient ce fameux « mec au whisky ».

Et sinon Jacques-Yves vient de sortir un deuxième livre : Ode à Caïssa (https:// jacquesyvesmartin.com/la-deuxieme-enquete-de-boris-thibert/).

Si je trouve le temps de le lire entre deux verres de bière (je bois pas de whisky, je suis une tafiole), j’en parlerais ici même.

« Sans droit ni loi » est un polar, mais il ne comporte pas de détective, contrairement à cette image.

Critères de recherche

Pour commencer, allez découvrir mon livre écrit par moi: « Dans la peau de Sandrine Tugu ». Ça se télécharge ici: https://recher.wordpress.com/un-livre-dans-la-peau-de-sandrine-tugu/

et sinon:

Je suis étonné de la relative augmentation du trafic sur mon blog depuis que j’ai publié les articles de chansons pipi-caca. Avant j’avais 2-3 visites par jour, maintenant c’est plus d’une dizaine, voire TOUTE UNE QUINZAINE DE VISITES, EN ENTIER! Je tiens donc à remercier l’ensemble de l’humanité pour la teneur de ses centres d’intérêts.

Un mec qui écrit des articles pipi-caca, ça n’engage que lui. Mais 15 gens par jour qui s’y intéressent, là, ça engage le monde entier. Donc bravo.

Sans transition, WordPress, mon gentil hébergeur du blog, me montre les critères de recherche que tapent les internaunautes pour échouer ici. Or, selon les règles de bienséance de la blogosphère, il semble être de bon ton d’en pondre un article. L’intérêt étant de sur-augmenter le page-rank de ces critères. Hahaha, les blogosphéronautes sont de machiavéliques et fins stratèges.

Là, j’ai effectué un détournement ironique et moqueur du terme « blogosphère », pour montrer que moi je suis supérieur à tous ces jeunes décérébrés lol qui s’y croient à fond dedans. Je pourrais faire un autre jeu de mot, tel que: « blogosphère » -> « blogoboule » -> « film de boule » -> über grosse cochonne aux yeux injectés de bite. Mais en fait j’ai surtout vraiment envie d’un câlin.

sphere1

Et pendant que j’y suis, à propos de recherche: Exalead (http:// www. exalead.fr/search/) sent bon de dessous les bras.

Bon bref.

En ce qui me concerne, la majeure partie des recherches menant à ce blog sont des bouts de paroles de chansons pipi-caca. Je passe rapidement dessus, et je vous propose le plus croustillant (ouais, d’une bonne croûte bien épaisse).

– caca pipi péter prout fesse zizi

– zézette qui pue du cul

– la chanson du caca

– jeux de poil pipi caca pet

Le problème avec WordPress…

…c’est qu’il tronque les critères trop longs. Du coup:

– ma voisine a sucé ma quéquette quand j’a

quand j’avais 5 ans? quand j’avais 85 ans? quand j’avais la trique? quand j’avais un fer à souder à la main? On ne le saura jamais…

– adulte pour les grands vrai voir de la fi

« de la ficelle » sans doute. Eh ben nen v’la d’la bonne grosse ficelle de vachasse assoiffée de stupre!

ficelle_vache

– paroles mais putain il fait chier ce gos

Ouais, et qu’est-ce que j’y peux? Tu crois qu’ici tu pourras trouver aide, réconfort et conseil? Eh bien oui. Mon avis est qu’il vous faut emmener ledit gosse aux putes (ou chez la voisine), là il sera content.

– sniper voir la video où ils se font suc

je veux pas le savoir! Ça m’intéresse pas!

– phrase de merde pour se donner une conte

– photos de femmes black qui se pisse dess

On continue dans le raffinement et la passion:

– j aime me peloter les seins 100f

Ben tu vas très vite me donner ton adresse. Allez hop, lâche ton comm’ !

– femmes rondes cherche homme

Là, on a à faire, soit à une femme ronde qui se cherche un mec, dans ce cas, toi aussi, tu vas faire péter ton adresse, soit à un mec qui cherche des femmes rondes qui se cherchent un mec, dans ce cas: bon vent à toi.

– j’ai envie de t’enculer

toi par contre ton adresse tu te la gardes. Et si t’es pas content t’as qu’à t’enculer toi-même. « Touche à ton cul » comme on disait au collège.

– grosses bites de taureaux

– femme à bite baise un mec

– nichon

– grand nichon

Ça sent la traduction à l’arrache de « big tits ».

<digression: ajouter une option multilingue aux moteurs de recherche. Les mots indiqués sont automatiquement traduits dans d’autres langues, et recherchés à leur tour. Par exemple, si on cherche « gros nichons », on aura également les résultats pour « big tits », « große Titten », « grote tieten », « 巨乳 », « बड़े स्तन », … et finalement, on pourra récupérer des trucs comme ça:

mastasia_stefani02_035

fin de la digression.>

Y’a aussi des trucs cohérents avec ce que j’écris.

Jeu: retrouvez les articles ayant permis d’accrocher ces termes de recherches

– nichons torsions

– saigner des yeux

– braillou

– cocktail merluchon

– pru-pra-prok

Ce dernier me fait très plaisir. Ça veut dire que y’a au moins un gens dans le monde qui s’intéresse à mon dessin animé. Allez-y voir si vous ne l’avez déjà fait, c’est dans la colonne de droite, la partie « trucs über importants ».

les trucs très bizarres que je sais pas du tout ce que ça fout là:

– hormone de cheval- drive

Bon le cheval d’accord, c’est par rapport à l’article « raffinement et passion ». Mais les hormones? Je vends pas d’hormones de cheval moi! Faut aller sur eBay pour ça.

– fion blague

J’ai encore jamais parlé du premier ministre. D’où ça sort ça?

– homme araignée genou

Il dit qu’il voit pas le rapport.

– pièce de théâtre de black très rigolot
chanteur noir américain + pacte avec le di

J’ai dû faire un truc par rapport aux « gens de couleur » parce que là, ça accroche. Ceci dit, moi je veux bien, ça me dérange pas du tout. Allez hohop:

shauna_moon211

Au passage, je dois reconnaître que les femmes rondes noires sont souvent plus jolies que les femmes rondes blanches. Il y a plus de dénivelés.

Off, videur zen.