Ça destructure du schtroumpf clignotant à coups d’extincteur !!

Alors ces fêtes, bien ou bien ? Si vous avez chopé la gastro ces deux dernières semaines, sachez que c’est de moi qu’elle est partie. Ouais, je suis le patient zéro. Me remerciez pas, c’est naturel. (J’espère que je ne vous apprends rien lorsque j’annonce qu’une gastro, c’est naturel).

schtroumpf_pompier

Schtroumpf destructuré à coup d’extincteur.

Je me dois de vous expliquer l’origine du titre croquignolet de cet article. Pour cela, il faut remonter à un peu plus avant dans le temps.

Un peu plus avant

Je suis (du verbe suivre) avec une assiduité certaine le blog geeko-pythono-sexo-philosophile « Sam & Max ». Dans un de leur récent article, ils listent des services, gratuits et payants, permettant d’héberger des applications web (http:// sametmax.com/quel-hebergement-web-pour-les-projets-python/).

Je cherchais ce genre d’infos, car j’ai quelques petites idées de bidouilleries à offrir à l’internet. Malheureusement, je n’ai aucune expérience dans ce domaine. Figurez-vous que, malgré tous les trucs informatiques étranges que j’ai fait jusqu’à maintenant, je n’ai jamais eu besoin de créer/tuner/jackiser intégralement un site. Les services préconçus existants m’ont toujours convenu : ce blog, le magazine 42, SourceForge, InLibroVeritas, Ulule, IndieDb, etc.

Il y a longtemps de cela, je m’étais fait un site perso (avec un fond vert), hébergé par Alice/Tiscali. C’était du HTML statique, et je n’avais pas profité de toutes les folles possibilités de customisation offertes, alors que y’avait moyen d’y mettre du javascript, et peut-être même du php. Je n’ai pas honte de ce site perso, il brahmapoutrait du pingouin Linux freudien à la kqlqsh. C’était simplement une autre époque.

Or donc, pour tester et découvrir ces services d’hébergement, j’ai créé un expressionotron, c’est à dire un générateur de phrases d’exclamations époustouflantes. Et c’est ce que j’ai utilisé pour obtenir le titre de cet article.

J’ai codé la chose en python, avec la librairie Flask, et je l’ai encastré chez PythonAnywhere. Allez-y voir, et n’hésitez pas à marteler à outrance la touche F5, afin d’avoir une foule de formules cosmopolites à ressortir « en société » : http://recher.pythonanywhere.com/expressionotron

Des pythons (flasques) dans des flasques

Des pythons (flasques) dans des flasques.

Un peu après, mais quand même toujours avant

Fier de mes exploits, je poste un commentaire chez Sam & Max, annonçant la toute nouvelle existence de mon œuvre. Le concept est accueilli à bras ouvert, et Sam (le chien) me suggère de créer un twitter bot émettant une phrase à la con par jour.

Je connais encore moins les twitter bot que les bidouilleries web, mais puisque je suis en phase « découverte de nouvelles teshnologies », je me lance dans cette entreprise.

Comme on pouvait s’y attendre avec le fabuleux langage python : il y a une librairie pour ça. Elle se nomme, et c’est fort à-propos : twitter (http:// code.google.com/p/python-twitter/).

Cerise sur la choucroute, les gentils lutins de chez PythonAnywhere l’ont pré-installée. Quelques recherches internetienne, quelques lignes de code, quelques tests, et voilà-t-y pas qu’un robot à touitte sort vaillamment de mon cerveau (à défaut de sortir d’un robot-utérus fait en métal liquide).

Le premier twitter bot, créé en 1739

Le premier twitter bot, créé en 1739.

Je vous invite donc à consulter, et surtout à vous abonner au compte suivant : https://twitter.com/expressionotron

Je suis bien content d’avoir réalisé tout ça. J’ai découvert des nouveaux trucs, et je peux maintenant mettre sur mon CV : « expert en programmation web ».

Ces exploits ne méritent pas vraiment un article décrivant en détail les aspects techniques. De la documentation sur Flask et Bottle, il y en a à la pelle (voire à la bouteille). PythonAnywhere a son propre tutoriel intégré dans le site. Quant au twitter bot, j’ai trouvé assez rapidement un exemple, incluant du code et des infos sur les mystères de l’OAuth. Il est par là (http:// wilsonericn.wordpress.com/2011/08/22/tweeting-in-python-the-easy-way/).

Si vous insistez en me mettant plein de commentaire, je ferais un tutoriel maison ici. Mais honnêtement, je pense que vous n’avez pas besoin de plus que ce qui existe déjà ici et là. Bonne débrouille !

L’idée originale de l’exressionotron ayant été piquée chez nioutaik, je l’ai bien évidemment crédité. Je me suis également fendu d’un joyeux clin d’œil : l’avatar du twitter bot est une version pixel-art-paint minimaliste de l’OMG-tortoise, égérie (s’il en est) de l’expressionotron nioutaikien (http:/ www. nioutaik.fr/index.php/2007/09/06/386-l-expressionotron).

Coïncidence ? Mmmhh... Pas sûr.

Coïncidence ? Mmmhh… Pas sûr.

Et pour après ?

J’ai envie d’améliorer le concept, mais je ne le ferais que si des gens s’y intéressent, et sont prêts à flatter mon ego en échange de mon travail. Car : oui ! C’est du Travail !

Au fur et à mesure que le twitter bot atteindrait de plus en plus de followers, j’augmenterais les fonctionnalités et la diversité des phrases rigolotes. Voici les étapes prévues :

  • Si j’ai 24 followers, je corrige les fautes d’orthographes, j’améliore la gestion de la seed, et je rajoute 50 verbes, 50 noms, 50 adjectifs et 50 trucs de fin. Sachant qu’il y a actuellement une centaine de chacun de ses éléments.
  • Pour 30 followers, je libère le code du site et le mets sur github. Mais je ne libèrerai pas encore les listes de mots.
  • Pour 40 followers, je corrige les fautes d’accord entre les noms et les adjectifs, et j’en profite pour rajouter une cinquantaine de noms, majoritairement féminin.
  • Pour encore plus de followers (nombre restant à déterminer), je rajoute encore des mots, et je les regroupe par champ lexical. Vous pourrez alors générer une expression spécial Star Wars, spécial Magic The Gathering, spécial jeux de rôles, etc. Vous pourrez également mixer plusieurs champs lexicaux.
  • Pour encore-encore plus de followers, je publie les listes de mots des premières versions, je rajoute d’autres champs lexicaux, je crée une interface permettant de construire manuellement son expression en piochant ce qu’on veut.
  • Il est certainement possible de trouver encore plein d’idées bien débiles. Les possibilités d’extension sont infinies.

Il y a déjà 14 followers, la première étape devrait être franchissable, j’ai bon espoir.

Alors, venez vous agglomérer, petits twittos. Faites comme les mannequins du site Scoreland, mettez-vous en file indienne et suivez-moi !

score_sixpack14

Ni avant, ni après, mais d’autre part

J’ai écrit deux articles de pythonneries sur le blog de Sam et Max. Je vous en parle plus tard.

Le magazine 42 est paru depuis le jour de la fin du monde. C’est le dernier numéro. Notre aventure s’arrête là. Il y aura bien sûr un petit article récapitulatif de ce que j’y ai fait, et quelques explications de cet arrêt.

Seed expressionotronatoriale du titre de cet article : 183058273_001

Seed du brahmapoutrage des pingouins Linux : 238201767_001

On va pas se laisser brahmapoutrer comme ça ! Quak quak !

On va pas se laisser brahmapoutrer comme ça ! Quak quak !

Dernière minute, de type « et merde ! »

Pas merci à ce putain de WordPress, de foutre automatiquement des liens là où j’ai absolument pas demandé qu’il en foute, et que faut justement PAS que y’en ai. Putain de bordel de connerie de truc de daube. C’est trop demander d’avoir juste du TEXTE SIMPLE dans un article comportant du TEXTE SIMPLE ?

Donc à partir de maintenant, les liens en clair, que je mets à côté des liens avec intermédiaire publicitaire, seront écrits en gris, italique, et SANS LE H DE « HTTP » ! Sinon ce connard de WordPress me les transforme automatiquement en lien cliquable, et je veux justement pas qu’il le fasse ! Je veux obliger les gens à cliquer sur les liens à pub, tout en donnant quand même la cible du lien, si jamais un jour l’intermédiaire publicitaire sus-mentionné a un problème, me claque entre les doigts ou me supprime mon compte pour une raison quelconque.

Et maintenant je vais devoir reprendre TOUS mes articles, pour corriger cette connerie. SUPER WORDPRESS, SUPER ! J’avais exactement besoin de ça ! Putain, heureusement que c’est gratuit, sinon je serais VRAIMENT en train de râler !

Plus qu’à espérer que personne n’invente de protocole intitulé « ttp », sinon je suis bon pour tout re-re-faire. TROP BIEN ! ÇA DÉPUCELLE DU ZOMBI NEURASTHÉNIQUE À LA PELLE À TARTE ! JE SUIS TROP HEUREUX!

Edit 2013-11-24 : Bon, j’ai trouvé une astuce un tout petit peu moins dégueulasse. Si je colle des espaces en plein milieu de l’URL, ça vire la mise en forme automatique. C’est ce que je suis en train de faire, sur tous mes articles.

Tipiak !!!

Party people are you ready ?

Comme vous le savonniez, le 12ème aux-puces du magazine 42 est sorti. Et le thème c’est : TIPIAK!!! (Cherchez sur Wikipedia si vous savez pas pourquoi je viens de crier ce mot bizarre).

Ça se télécharge par ici (http ://42lemag.fr/archive_n12.php).

Mes hauts faits dans ce numéro.

Page 13 : la pub à la con « hommage à un grand créateur ».

Je suis particulièrement fier du petit détail qui tue : les deux étoiles sur le flacon de parfum, pour faire comme sur les bouteilles de pinard.

Pour votre culture, sachez que les étoiles de pinard constituent un indice permettant de repérer ceux qui sont dégueulasses (nombre d’étoile différent de 0 = dégueu). C’est une information pratique destinée à ceux qui n’y connaissent rien en pinard.

Page 41 : article sur les splendides BD du maître Andreas Martens.

La trilogie Cromwell Stone, Rork, Capricorne, Arq, … Ce monsieur a vraiment compris le potentiel du média « bande dessinée », et l’exploite à cœur joie. Il superpose, tord, étire et mâchonne ses cases, mais toujours dans le but de servir sa narration, et non pas pour faire cool et tendance. Ses histoires sont remplis de mystères, événements fantastiques et petits détails à ne pas louper. Je vous invite à plonger dedans.

Page 48 : article sur les Legos.

C’est mon coup de gueule (j’adore cette expression) contre la décadence que subissent les Legos depuis déjà plusieurs années. Avant y’avait plein de petites pièces simples, pratiques et réutilisables. Maintenant on se coltine des monolithes tout fait, ne pouvant représenter qu’un seul objet. Les Legos se playmobilisent, c’est mal.

A ce sujet, je me suis renseigné sur des logiciels de Legos virtuels, pour geeks qui ne savent plus ce qu’est le monde physique. J’ai trouvé un truc bien sympa : LDRAW + Bricksmith.

LDRAW c’est la librairie de base (http:// www. ldraw.org/).

Bricksmith, c’est l’interface graphique qui va au-dessus, pour les Mac (http:// bricksmith.sourceforge.net/).

Il existe plein d’autres z’interfaces, pour plein d’ordinateurs et d’OS différents.

J’en profite pour vous offrir ce petit robot-fourmi :

lego mini robot

Je ferais peut être d’autres trucs, selon mes envies et mon temps. (Je manque tout le temps de temps, putain de boulot de merde. J’ai déjà parlé de ce problème, mais pas assez).

Et sinon, comme vous l’avez remarqué, j’aime bien le verbe « se coltiner ». Ha ha ha. Ridicule. Ringard.

Le nouveau l’ami de l’internet du mois

Un jour que j’étais à gonfler mon ego en regardant les statistiques de mon blog, je me suis dit qu’il faudrait que je vide la dernière fournée de commentaires-spam. J’affiche la liste et la regarde d’un air distrait, ne m’attendant qu’à des messages à la con du genre « your blog is so interesting, check out mine ! enlarge-your-penis.fist.fuck.bonobo ».

Et là je tombe sur un tout petit petit mot, d’un certain Jason, qui me dit « sorry for the english, I love chloe vevrier ! » C’était un vrai commentaire, fait par un vrai humain (anglophone, mais humain quand même). Je l’ai déspammé, vous pouvez le retrouver dans mon article sur le Code C++ en alsacien.

Ouais, et alors ?

Ce cher Jason possède lui aussi un blog, qui est NICHONIELLEMENT AWESOMSAUCE !!! En gros (nichons), il prend des revues pornographiques spécial tits, les scanne, et les met sur le l’internet. Je sais pas combien de temps ça va durer, parce que c’est un peu unlegal-rebelz, mais pour l’instant c’est là, alors autant en profiter !!

click tits click click click tits tits : http://bigtitsraider.blogspot.com/

Edit 2013-06-20 : lien mort, ou plus exactement, vidé de son contenu. Je savais que ça tiendrait pas longtemps. Tant pis, on va faire comme si de rien n’était et qu’il existait toujours.

Je décide donc de consécrater Jason au rang de « nouveau l’ami de l’internet, mention espécifique nichons ! ».

Valeureux Jason, voici ton seal of approval, que tu peux placer sur ton blog dès maintenant :

ami internet nichon peluche

Par contre, je suis pas sûr que tout soit bien rangé. Je voulais récupérer le numéro de Voluptuous de février 2010, c’est à dire ça :

the big tits raider Voluptuous

Et je suis tombé sur un Scoreland de mai 2009. C’est à dire ça :

scoreland couverture

Ça m’embête un peu parce que je voulais des images de Renee Ross. Heureusement, le lecteur averti et assoiffé de courbes trouvera une longue vidéo de cette dame, dans un autre article du même blog. Et cette fois-ci, aucun trompage ne s’est glissé.

Bref. Eclatez-vous le jonc. C’est tout ce que j’ai à dire.